...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
Bases de la géomancie
Article mis en ligne le 22 août 2003

par Frédéric Alphératz
logo imprimer

De nos jours,
où il est fréquent d’entendre un astrologue se vanter d’avoir fait des
milliers de thèmes,
on réalise difficilement le travail considérable qu’était, pour le praticien
de la Renaissance, le montage d’une carte du ciel.
Ce dernier ne disposait ni de l’informatique, ni même des éphémérides
précises calculées par
la NASA. Il établissait son point avec sa sphère armillaire et s’aidait
de l’astrolabe. Pourtant, les auteurs qui nous décrivent ces époques,
montrent magistes et étudiants en astrologie en perpétuel mouvement, allant
d’une ville à l’autre, pour y fréquenter la Faculté.

 

Ce n’est
qu’au XVII siècle que COLBERT interdit l’astrologie à l’Université. Jusque
là elle y a droit de cité, au même titre que le Droit et la Médecine.
Toutefois, malgré cela, les astrologues fournissent le travail important
qui leur est demandé, tant par leur Prince, pour l’astrologue de Cour,
que par les petits seigneurs et les bourgeois pour l’étudiant vagans*.

 

Ce qui amènent,
tout naturellement,
à penser qu’une autre technique plus rapide est couramment utilisée.
Ce n’est pas le Tarot, puisque celui-ci n’est réellement mentionné qu’au
XVIII siècle par COURT DE GEBELIN, dans son ouvrage "Le Monde Primitif
" et ne sera définitivement codifié qu’au XIX siècle par les ETEILA, E.
LEVY,
S. DE GUAÏTA, PAPUS, etc… Remarquons au passage, que si le Tarot est codifié
dans sa symbolique
à la fin du XIX siècle, il semble qu’il en soit fait un usage fréquent
dans les couches populaires, dès le début du XIX siècle (Soit quelques
dizaines d’années après COURT GEBELIN) puisque c’est ainsi qu’est, du
moins selon ses dires, envoûté BERBIGUIER, dans son ouvrage "Les Farfadets"
paru en 1821.
Ce sont les contes arabes des "Mille et une nuits" qui nous renseignent

sur la technique complémentaire à l’astrologie en ces époques lointaines.
En effet le méchant mage qui poursuit Aladin, y est qualifié "d’Astrologue
et Grand Géomancien " et, pour retrouver Aladin, qu’il croit avoir enfermé
sous terre "… il sort un bac à sable de son armoire, y jette les points
et découvre qu’Aladin est riche, puissant, marié à une princesse… ".

 

L’Astrologie
est l’Art d’interpréter
les signes du ciel et la géomancie l’art D’INTERPRETER LES SIGNES de la
terre car elle était pratiquée à l’aide d’un bac de terre, à ses débuts,
dans les pays arabes, avant de s’installer en occident dès le moyen âge.

 

Aujourd’hui
le matériel est assez peu dispendieux, une feuille de papier et un crayon
sont suffisant.
Ce, à moins que l’on veuille compliquer ou poétiser les choses, en faisant
appel, soit aux dès géomantiques à douze faces de Dom NEROMAN ("les Djinns
Magiques"), soit à un coffret magique aux couleurs bien définies décrit
par FRANÇIS KING ("Technique de haute magie") et réalisable par un bricoleur
moyen.

 

Pour résumer
la technique et en gardant simplement notre crayon et notre feuille de
papier, il suffit de jeter sur icelle, seize lignes de bâtonnets, de compter,
dans chaque ligne, les bâtonnets, et, suivant que le total est pair ou
impair, de tracer un point ou deux points.

 

Seize lignes
de bâtonnets tracées "selon l’inspiration du moment"

-
Exemple sur quatre lignes


Pair = . ., Impair = .
 :



I I I I I I I I I I I (11) = .

 

I
I I I I I I I I I I I (12) = . .

 

I
I I I I I I I (8) = . .

 

I
I I I I I I I I I I I (12) = . .



(Ces lignes donnent les quatre premières figures de quatre lignes : "Les
mères"). Il existe, en tout, seize possibilités de figures de quatre lignes.
C’est à partir de ces quatre figures que nous allons tracer un ensemble
de quinze figures :
- Quatre mères, quatre filles, quatre nièces, deux témoins, un juge -
qui nous amènera, non seulement à la réponse à notre question mais aussi
à l’étude de son cheminement dans le temps, c’est à dire à comprendre
 : "Pourquoi cette réponse ?"
Et, tout ce qui peut arriver entre l’interrogation et la conclusion est
survolé.

 

Les
figures des témoins et du juge nous permettent aussi d’estimer si la demande
est favorable au consultant. La réponse définitive est une seizième figure
issue de l’union du questionnant et du juge. Tout cela est fort intéressant
direz-vous ! Mais quel rapport avec l’astrologie ? Il semble s’agir tout
au plus d’une sorte de Yi-King à l’occidental. La réponse à tout ceci
est fort simple. La géomancie dispose d’accessoires dont un, qui relie
le thème géomantique au thème astrologique : La part de fortune géomantique.
Celle-ci suivant la maison ou elle se situe dans le tirage géomantique
permet de rattacher la figure de géomancie au thème natal du consultant.

La case où tombe la part devenant la maison où se situe la part dans le
thème natal. Ainsi, par l’application des figures de géomancie aux différentes
maisons du thème, on peut augurer de l’incidence de la démarche qu’exprime
la question posée dans les différents domaines de la vie. Donc par rapport
à l’astrologie traditionnelle la géomancie apparaît comme beaucoup plus
rapide et moins complexe, pour ce qui est des questions ponctuelles. Elle
apparaît, avec ses seize figures se plaçant dans une figure de quinze
cases, comme la divination par la terre complément indispensable à la
prévision par les cieux puisqu’elle peut, sans problème être rattachée
au thème natal et éclairer celui-ci sur un point précis en cours de développement.

 

L’astrologie
est l’interprétation des signes du ciel. La géomancie est l’oracle de
la terre. La géomancie est considérée comme la "petite soeur de l’astrologie".
Dés de Dom NEROMAN ·

 

*
VAGANS : du latin vagus : libre, indépendant, itinérant. Le terme est
surtout utilisé dans sa francisation pour qualifier les évêques dont le
diocèse n’existe plus en tant que tel (En particulier, dans les petites
églises parallèles telles que celles issues de la filiation de l’archevêque
de Hué. On parle alors "d’Episcopae vagans") N.B. : Cela concerne des
églises parallèles. Monseigneur Gaillot - Evêque de Parthenia - n’est
pas un "episcopae vagans", quoi que …

 

Forum
Répondre à cet article
> Bases de la géomancie
lelynx7 - le 11 juin 2005

bonjour

On peut également tracer un thème de géomancie en demandant à la personne
consultée de donner des chiffres entre 1 et 99 pour aller plus vite en précisant
pas de chiffres fétiches ni date de naissance cela doit -être spontanné et on obtient
d’excellents résultats .

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Professionnels testés et accrédités



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39
Hébergeur : Serveur dédié OVH