...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
Comment vivre la perte d’un être cher
Article mis en ligne le 22 juillet 2007

par Celtika (Céleste)
logo imprimer

Suite aux nombreux messages de lecteurs sur le sujet, il m’a paru important de faire le point sur ce que l’on peut attendre ou pas de la "médiumnité", i.e. la communication avec les défunts.

Je souhaiterais apporter ma vision des choses en tant que médium, mais aussi en tant que témoin de choses vécues.

Nouvelles infos rentrées :

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Catherine G.:
Voyance - Avis sur Euphoria, médium :"elle devinait toutes mes pensées"

"elle devinait toutes mes pensées"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aurélie M.:
Voyance - Avis sur Gamaïoun, taromancie :"tout était super"

"elle a vraiment un don"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aurélie M.:
Avis sur Christelle Beaumont - Astrologie : "Consultation troublante"

"m’a clairement donné l’impression d’une professionnelle"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Pascal S.:
Avis sur Carole 3f, voyante : "EXTRAORDINAIRE !!"

"Ma plus belle consultation à ce jour !"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Mouna Z.:
Voyance - Avis sur Sevasty, médium :"Je la recommande donc sans hésitation"

"très juste pour le présent et le passé"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Laetitia T.:
Voyance - Avis sur Rebecca Val, taromancie :"résume étonnamment bien la situation"

"a très bien cerné la situation présente"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Pascal D.:
Avis sur Eric Médium - voyance :"Je recommande sans aucune hésitation"

"grande fluidité avec beaucoup de détails"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aïcha B.:
Avis sur Daphnée Klauser, voyance pure :"je vous dis bravo"

"éclairée dans ce brouillard"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Patricia L.:
Avis sur Stéphanie Toscane, médium :"Consultation impressionnante"

"Elle a mentionné des choses de mon passé qui ne peuvent pas s’inventer"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Dienabou D.:
Avis sur Any Kler - Voyance : "donne beaucoup détails"

" juste à 90% sur les situations passées et présentes"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Anne B.:
Avis sur Marie Damotte - Voyance :"m’a littéralement bluffée"

"J’ai adoré et, pour sûr, je referai appel à Marie dans le futur"

J’ai intitulé cet article " Comment vivre la perte d’un être cher", car il s’agit bien de "vivre".

J’insiste sur la notion de la "vie" qui me semble parfois un peu mise aux oubliettes dès qu’il s’agit d’évoquer la perte d’un proche.

Tout d’abord ce que j’ai retenu des nombreux messages que j’ai parcouru :
- la douleur, l’incompréhension, et principalement le désir de rentrer en contact avec la personne décédée.

Un point important est à retenir :
- Ne pas confondre médiumnité et spiritisme

- La médiumnité est la faculté de recevoir naturellement des messages de ce que l’on appelle l’au-delà, puis de retransmettre ces messages à la personne destinée.
- Le spiritisme, lui, est une pratique qui consiste à appeler délibérément des esprits, à provoquer une communication non naturelle, et non destinée.

L’effet de médiumnité, phénomène spontané et donc, destiné, nous apporte des messages que l’on attendait pas forcément, au moment que l’on attendait pas, et d’une façon que l’on n’imaginait pas.
Le propre de l’effet spontané, c’est par définition l’effet de surprise.
Et l’effet de surprise, est le propre d’un cadeau.
Recevoir un message de l’au-delà, lorsque l’on ne s’y attend pas, et d’une manière inattendue, est un vrai cadeau du ciel.
C’est un cadeau précieux, et qui à ce titre, reste rare.

Le spiritisme, phénomène non spontané et donc, non destiné, nous apporte...un cadeau ?
A quel titre et depuis quand, exige-t-on un cadeau ?
Depuis quand fixe-t-on les conditions, la forme, les règles, pour obtenir un cadeau ?
Peut-on obliger quelqu’un à nous aimer ?
Peut-on obliger quelqu’un à nous parler ?
Pensez-vous vraiment qu’obtenir un cadeau de cette manière pourrait vous satisfaire ?...

J’ai vu à plusieurs reprises des messages de personnes déçues de ne pas avoir reçu de message, cela seulement quelques petits mois après le décès de la personne.
Comment la personne décédée pourrait-elle vous contacter si vous ne la laissez pas s’élever, afin qu’elle puisse maîtriser sa nouvelle condition ?
Peut-on être déçu de s’apercevoir qu’un nourrisson à peine mis à l’eau ne nage pas pour nous rejoindre ?

J’ai moi-même vécu deux décès.

Le premier fut celui de ma grand-mère, alors que j’avais 17 ans.
Il m’a fallu au moins deux mois pour réaliser la perte, et plus de deux ans avant de "recevoir" quelques signes venant d’elle.
Lorsque cet événement est survenu, je ne me suis pas mise en demande, mais simplement en "éveil".
C’est d’ailleurs ce qui, sans que je m’en rende compte, a réveillé par la même occasion mes aptitudes à voir ce que les autres ne voyaient pas.
Mais jamais, je dis bien jamais, je ne me serais permise de déranger l’esprit de ma grand-mère.

Et non, je ne discutais pas tranquillement avec son fantôme tous les soirs dans ma chambre, un peu morbide non ?

Evidemment je pensais beaucoup à elle, plus que jamais, puisque je l’aimais !
Ma réaction immédiate a été simple :
Je me suis donnée pour mission de réaliser tout ce qu’elle souhaitait me voir réaliser.

J’ai eu à ce moment-là ce que l’on appelle la rage de vivre. La rage de faire honneur à son souvenir, en faisant honneur à mon propre avenir.
La personne qui m’apportait le plus de réconfort à cette période, venait de quitter ce monde.

Après cet épisode, mes parents se sont séparés et j’ai été séparée par la même occasion de ma petite soeur.
Quelques années plus tard, le second décès que j’ai connu a concerné un jeune homme, un flirt, décédé brutalement dans un accident de moto.
Je ne m’attarderai pas plus, mais à 24 ans, j’avais bien intégré l’expression qui dit que "tout ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort".

Les morts sont morts, et nous, nous sommes vivants.

Ce n’est pas aux vivants de regarder les morts, mais aux morts de regarder les vivants, vivre !

Ils veillent sur nous sans arrêt (le temps n’existe pas chez eux). Et je vous garantis qu’ils vont bien.
La seule chose qui peut les faire aller mal, c’est de vous voir vous préoccuper plus de la mort, que de la vie. Rien ne les rendra plus tristes.

Avant de savoir nager, un nourrisson doit grandir. Une fois grand, il doit apprendre à nager. Si il n’a pas peur de l’eau, il parviendra peut-être à nager.
Une fois que l’enfant sait nager, il ira à l’eau, si le coeur lui en dit, et s’il n’a pas peur de l’eau.
Jetez donc un enfant, qui ne sait pas nager, à l’eau. Ou pire, jetez un nourrisson à l’eau ! Que se passe-t-il ? Une légère panique n’est-ce pas, le risque de se noyer, des gestes dans tous les sens qui ne servent à rien, et surtout le risque du traumatisme et de la peur définitive de l’eau. Et donc le risque de ne plus jamais aller à l’eau.

Lorsque vous demandez à une personne décédée de venir vous contacter, vous lui demandez de se jeter à l’eau, sans réfléchir.
Avec le risque que ce premier "contact", forcé, se noie à jamais.
Inutile de préciser tous les serpents d’eau qui se feront un plaisir de répondre à votre appel à la place de votre proche...

C’est pourquoi je tenais à vous faire part de mon expérience.
Pour vous dire, qu’un message de l’au-delà ne se demande pas, il se reçoit.

Celtika ©

Forum
Répondre à cet article
Comment vivre la perte d’un être cher
melissa - le 27 février 2014

Bonjour moi j’ai perdue ma soeur de 25 ans très récemment,elle étais atteint du cancer mais avait une tel force de ce battre et guérir qu’on i croyais on n’étais très proche et cela me tue de l’intérieur de plus avoir ma soeur ,ma meilleure amie a mes coter mais j’essaie d’avoir un petit message de sa part pour me réconforter mais rien :((et avant quelle nous quitte elle m’avais promis de venir me rendre visite de la haut ;(y’a til une vie après la mort je souffre tellement de son absence une réponse serais apprécier merci.

Suicide ou meurtre, en mémoire à ma sœur Evelyne qui n’avait que 18 ans.
jacques trouillot - le 1er novembre 2007

* la douleur, l’incompréhension, et principalement le désir de rentrer en contact avec la personne décédée.

C’est pourquoi je tenais à vous faire part de mon expérience. Pour vous dire, qu’un message de l’au-delà ne se demande pas, il se reçoit.

A la lecture de l’article de Celtika, traduisant la nature du médium, du spiritisme et des deux mondes, y compris la justesse de ce qu’elle dit pour le spiritisme, j’aimerais apporter à votre connaissance ce qui est mon travail et le fruit de mes expériences dans ce domaine.

Il est certain que les esprits ne se manifestent pas au bon gré de tel ou tel, mais au moment propice. C’est en premier lieu notre guide et éventuellement le guide du consultant.

Mon guide est ma maman. Elle m’aide dans mon travail et aussi laisse passer les guides des personnes en consultations. Mais, car il y a un « mais » …… certain d’eux ne peuvent ou ne pourrons se manifester : en effet, la conscience de leur nouvelle vie, la façon dont ils sont partis, tout est important.

Cela m’amène à vous donner des éléments qui pourront, j’en suis sûr, aider ceux qui se posent des questions qui souvent restent sans réponse ou vivent avec la rancune, l’amertume de ce qu’ils pensent ne pas avoir pu faire ou comprendre mais aussi avec cette soif de savoir, comment et pourquoi, elle ou il est parti, et surtout trouver un « coupable » là où quelque fois il n’y en a pas.

Je suis le deuxième d’une fratrie de onze enfants tous élevés dans l’amour et le respect. Il aura fallu à mes parents attendre le septième enfant pour avoir une fille, la première. Materner était pour ma mère la vie qui continuait, la vue d’une femme enceinte lui donnait à elle ce besoin de porter un enfant. Les années passent, hélas et nos caractères se forgent mettant à jour un lot de problèmes et de choses à comprendre.

Ma sœur, quand à elle, avait un caractère bien trempé et voulait vivre sa vie. Pour cela, elle s’en donnait les moyens, au risque de faire les rencontres qui vous bouleversent une vie et surtout de nous mettre sans arrêt sur le qui-vive.
Je vous cite tout cela pour que vous compreniez l’importance des choses.
A maintes reprises nous dûmes aller chercher notre sœur qui fuguait, au hasard de rencontres. Combien de fois nos parents ne nous ont-ils dit : votre sœur, on ne sait où elle est.
Puis vint l’avant-dernière fugue.
Trente années de ma vie, je me suis tourmenté.

Lors de cette avant dernière fugue je suis allé la chercher, lui expliquant qu’elle avait une fille et qu’il fallait qu’elle rentre. Ce jour là, je vis son entourage et face à sa négativité, ma colère prit le dessus. Je lui donnai une gifle, elle comprit et regagna la maison.

Je ne compris que plus tard ce geste.

Une semaine plus tard elle partit pour rejoindre des personnes, Nous l’avons cherchée. Cette fois, ce fut la police qui nous annonça où elle était :
A la morgue.

Je vis dans les bureaux de la police une des personnes présente sur le lieu de son décès avec des menottes, j’entendis des choses, dites aussi à mes parents :
ne portez pas plainte nous faisons notre enquête.
Trente années à chercher un coupable, trente années à souffrir de ne pas avoir pu lui demander pardon.

Un Médium, me donna ce message :
Pourquoi Jacques ne s’étonne-t-il pas de ne pas avoir de message de sa sœur.
Non, je ne pensais qu’à ce pardon et à cette gifle.
Pourtant, c’est ma maman qui me demanda, en se montrant : « Mon gamin, je vois ma fille mais elle ne me voit pas. Si je lui parle, elle ne m’entend pas. Je suis malheureuse mon gamin, fais ce qu’il faut pour qu’elle me rejoigne. »

Comment ? Oui, comment ?
Dans ma tête j’avais la solution et le lendemain ma maman me confirmait comment faire.

Car par dessus tout, je venais d’apprendre que ma sœur n’avait pas été assassinée mais s’était suicidée. Que cette gifle qu’elle avait reçue reflétait ce que je pressentais.

Ma maman :
« Mon gamin, fais ce qu’il faut pour qu’elle sorte d’où elle est, je lui tendrai la main et je l’aiderai à venir vers nous. » Ce travail une fois fait, je sentis en moi comme un apaisement, une grande joie.

Ma maman
« Merci mon gamin, je suis une mère qui va enfin être heureuse car j’ai ma fille à coté de moi. Elle va t’aider dans ta nouvelle vie. Tu auras un message d’elle. »

(Les jours suivants, sans que je demande) ma sœur Evelyne :
« Mon frère, tu me demandes pardon. Il ne faut pas, je n’avais pas compris ce que tu voulais que je comprenne et c’est moi qui ai mis fin à ma vie. Je te demande pardon. Nous avions tant de choses à faire ensemble. Mais maintenant dans ma nouvelle vie je vais pouvoir t’aider et c’est moi qui vais t’emmener là où nous sommes afin de te faire avancer dans la construction de ce que tu dois faire. Pardon mon frère je t’aime. Merci pour ce que tu as fait pour moi. »

Oui, nous cherchons tous un coupable lorsque les choses nous semblent bizarres, floues, jamais nous ne pensons que cela puisse arriver et pourtant !
Dans ces cas (mort violente) il est impossible à l’esprit de se manifester car il est tenu à l’écart de tous, isolé afin qu’il comprenne que sa vie lui a été donnée et qu’à ce titre il aurait dû aller jusqu’au bout. Aucune épreuve ne nous est donnée qui ne soit insupportable ou trop lourde ; le tout est de comprendre le pourquoi.

En consultation une femme vint me voir en consultation, -le bouche à oreille fonctionnant là-haut comme en bas
Pour situer le cadre :
Pas de problèmes majeurs dans la vie. Professionnel : la gestion d’un foyer de personnes âgées mais surtout l’envie de comprendre, le pourquoi de cette vie afin de lui donner un sens. De suite je lui parlais de ce que je faisais pour les personnes suicidées. Des larmes perlèrent sur son visage et je compris alors le pourquoi de mon excès de volubilisme. Elle me raconta que sa sœur avait mis fin à ses jours, dans certaines circonstances. Ce fut comme un appel.

En consultation, il lui a été dit que sa sœur suicidée lui donnerait un message pour avancer dans son projet, car elle comprenait la souffrance de ceux qui restent, ayant elle aussi mis fin à ses jours ( par respect je ne vais pas réveiller des douleurs.) Je fis avec elle ce qu’il fallait pour que sa sœur retrouve la place qui aurait dû être la sienne. Puis On me permit de lui transmettre l’écriture afin qu’elle reçoive les messages de sa sœur pour la guider dans ce qui est le but de sa vie.
Encore une preuve que tout n’est pas fini (après la mort physique) et qu’une autre vie commence, que ceux qui sont auprès de nous sont là pour nous aider.

A ce jour mon travail de medium va tant dans l’aide à ceux de notre plan mais aussi et surtout dans l’aide à ceux de l’au-delà qui ne peuvent communiquer entre eux et avec nous, dans l’aide à ceux qui se cherchent encore dans l’autre monde (cette autre vie) à travers
la compréhension de leur mort brutale ( meurtre, accident violant, mais surtout suicide……………) Tout cela pour qu’ils retrouvent leur place et qu’ils puissent avec la volonté de celui qui nous guide donner des messages ou des éléments pouvant nous faire comprendre que la vie continue.
Mais attention !

Certains voyants/gourous/soi-disant mediums ou cellules spirites vont vous vendre des choses qui ne sont pas. J’ai fait cette expérience et moi aussi j’ai vu la façon dont on pouvait se servir de la douleur à des fins mercantiles. J’en ai fait les frais.

Jamais pour ce genre de travail il n’y a de rémunération car le médium reçoit de celui pour qui il a fait ce travail toute la force dont il a besoin. C’est pourquoi Il (l’esprit) le présente toujours comme « ami » avec toute la valeur que l’on peut donner à ce mot et l’amour qui en découle tant dans la confiance que dans le respect mutuel.
Voilà le seul paiement.

Ma vie n’a pas été qu’un long fleuve tranquille.

Mais il n’y a pas de douleur plus lourde que celle de ne pas comprendre et de ne pas avoir de réponse, car il y a une vie après notre vie.
Depuis ma naissance il y a toujours eu des printemps et il y en aura encore après notre fin ici bas………….. Tout est recommencement, pas de temps, pas de limites - l’infini (ce qui n’est pas fini)

Si tous les véritables médiums voulaient se donner la main, sans ego, sans mercantilisme,
avec la mise en avant de ce qui est leur véritable mission, quelle force et quel amour à faire partager, tant de vérités à dire. Tant de choses à faire.

Mais comme dit ma maman « le monde de l’au-delà n’est pas pavé que de bonnes intentions. »

à l’attention de tous ceux qui cherchent,
cordialement vôtre,
jacques trouillot

L’aide que nous pouvons apporter
Marie-Claire - le 6 novembre 2007

Je viens ici apporter mon témoignage. J’ai fait appel à Jacques Trouillot pour mon cousin suicidé. Je connais Jacques depuis maintenant 6 ans, j’ai un profond respect pour cet homme et j’ai confiance en lui et en son "travail".
Pourquoi avoir fait appel à un médium pour un suicide ?

Parce que connaissant les lois de l’Univers, nous ne pouvons pas laisser les personnes qui nous sont chères (je parle au présent !!) dans cette dimension où malheureusement ils errent.

Nous avons la possibilité de les aider (avec l’accord du ciel) , alors faisons le , n’hésitons pas et la récompense (si je peux me permettre ce terme ) sera sans limite au regard de cette âme qui aura enfin "re"trouver son chemin.

Cordialement. Marie-Claire

suicide de mon compagnon
cris - le 1er avril 2008

j’ai pris la peine de lire votre texte qui est tres interessant,j’ai moi meme vecu une histoire similaire a part que je l’ai entendu mourir,j’ai pris cela comme une punition
je m’en veux c’est sur puis c’est recent ca ne fait que 3mois donc...je n’ai pas prix au serieux quand il ma dis par sms adieu,je l’ai laisser dans le vent et je m’en veux pour ca j’aurais du reagir et je ne l’ai pas fait mais j’etais sous la colere et je ne voulais pardonner
bien sur depuis sa mort il y a des represaille pour moi,obligation de changer de maison,factures,tribunal enfin des consequences du a sa mort
au debut j’ai bcp pleurer et aujourd’hui je ne pleure plus si il est bloquer at malheureux c’est lui qui la choisi pourquoi je l’aiderais a aller vers la lumiere alors qu’il a preferer fuir plutot que d’assumer son probleme voila en tous cas vous avez bien du courage faut pouvoir pardonner ce qui n’est pas mon cas !!!

Suicide de votre compagnon
Celtika - le 4 avril 2008

Bonjour cris,

vous êtes passée par la phase de la colère, puis celle de la peine.

Vous parlez du pardon que vous refusez à votre compagnon, mais j’ai l’impression que vous avez surtout du mal à vous pardonner à vous-même.
Vous savez, même de là où il se trouve, il est très probable qu’il culpabilise de son geste, au moins autant que vous avez pu culpabiliser de ne pas l’avoir pris au sérieux.

Je crois que... vous êtes à égalité de ce point de vue.

Je vais donc vous dire une chose évidente qu’il est important que l’on vous dise : quelqu’un qui décide vraiment d’en finir, soit il y parvient de suite, soit il recommence afin d’y arriver.
Le désespoir de votre compagnon était probablement bien au-delà de vos problèmes, il y avait certainement un malaise très profond en lui.
Cela pour vous dire que vous n’auriez surement pas pu l’empêcher, à partir du moment où il n’a pas hésité une seconde.

Le fait qu’il vous ait laissé ce message "adieu", montre bien que sa dernière pensée a été pour vous.

Vous reviendrez à des phases de colère, et de tristesse, mais avec le temps vous vous apercevrez que vous ne serez à nouveau sereine qu’en vous pardonnant, et en lui pardonnant également.

Vous savez, ce refus de lui pardonner.... c’est un moyen pous vous de garder un lien avec lui : la colère.

Lorsque vous aurez fait son deuil, vous n’aurez plus de colère, la tristesse s’estompera doucement, et au milieu de tous ces sentiments , naîtra l’envie de revivre heureuse.

Prenez tout le temps qu’il vous faudra pour passer ces étapes, vous y parviendrez j’en suis convaincue.

Vous souhaitant une belle fin de journée.

Celtika

suicide de mon Papa
daisy - le 15 août 2011

jacques trouillot a écrit :

* la douleur, l’incompréhension, et principalement le désir de rentrer en contact avec la personne décédée.

C’est pourquoi je tenais à vous faire part de mon expérience. Pour vous dire, qu’un message de l’au-delà ne se demande pas, il se reçoit.

A la lecture de l’article de Celtika, traduisant la nature du médium, du spiritisme et des deux mondes, y compris la justesse de ce qu’elle dit pour le spiritisme, j’aimerais apporter à votre connaissance ce qui est mon travail et le fruit de mes expériences dans ce domaine.

Il est certain que les esprits ne se manifestent pas au bon gré de tel ou tel, mais au moment propice. C’est en premier lieu notre guide et éventuellement le guide du consultant.

Mon guide est ma maman. Elle m’aide dans mon travail et aussi laisse passer les guides des personnes en consultations. Mais, car il y a un « mais » …… certain d’eux ne peuvent ou ne pourrons se manifester : en effet, la conscience de leur nouvelle vie, la façon dont ils sont partis, tout est important.

Cela m’amène à vous donner des éléments qui pourront, j’en suis sûr, aider ceux qui se posent des questions qui souvent restent sans réponse ou vivent avec la rancune, l’amertume de ce qu’ils pensent ne pas avoir pu faire ou comprendre mais aussi avec cette soif de savoir, comment et pourquoi, elle ou il est parti, et surtout trouver un « coupable » là où quelque fois il n’y en a pas.

Je suis le deuxième d’une fratrie de onze enfants tous élevés dans l’amour et le respect. Il aura fallu à mes parents attendre le septième enfant pour avoir une fille, la première. Materner était pour ma mère la vie qui continuait, la vue d’une femme enceinte lui donnait à elle ce besoin de porter un enfant. Les années passent, hélas et nos caractères se forgent mettant à jour un lot de problèmes et de choses à comprendre.

Ma sœur, quand à elle, avait un caractère bien trempé et voulait vivre sa vie. Pour cela, elle s’en donnait les moyens, au risque de faire les rencontres qui vous bouleversent une vie et surtout de nous mettre sans arrêt sur le qui-vive.
Je vous cite tout cela pour que vous compreniez l’importance des choses.
A maintes reprises nous dûmes aller chercher notre sœur qui fuguait, au hasard de rencontres. Combien de fois nos parents ne nous ont-ils dit : votre sœur, on ne sait où elle est.
Puis vint l’avant-dernière fugue.
Trente années de ma vie, je me suis tourmenté.

Lors de cette avant dernière fugue je suis allé la chercher, lui expliquant qu’elle avait une fille et qu’il fallait qu’elle rentre. Ce jour là, je vis son entourage et face à sa négativité, ma colère prit le dessus. Je lui donnai une gifle, elle comprit et regagna la maison.

Je ne compris que plus tard ce geste.

Une semaine plus tard elle partit pour rejoindre des personnes, Nous l’avons cherchée. Cette fois, ce fut la police qui nous annonça où elle était :
A la morgue.

Je vis dans les bureaux de la police une des personnes présente sur le lieu de son décès avec des menottes, j’entendis des choses, dites aussi à mes parents :
ne portez pas plainte nous faisons notre enquête.
Trente années à chercher un coupable, trente années à souffrir de ne pas avoir pu lui demander pardon.

Un Médium, me donna ce message :
Pourquoi Jacques ne s’étonne-t-il pas de ne pas avoir de message de sa sœur.
Non, je ne pensais qu’à ce pardon et à cette gifle.
Pourtant, c’est ma maman qui me demanda, en se montrant : « Mon gamin, je vois ma fille mais elle ne me voit pas. Si je lui parle, elle ne m’entend pas. Je suis malheureuse mon gamin, fais ce qu’il faut pour qu’elle me rejoigne. »

Comment ? Oui, comment ?
Dans ma tête j’avais la solution et le lendemain ma maman me confirmait comment faire.

Car par dessus tout, je venais d’apprendre que ma sœur n’avait pas été assassinée mais s’était suicidée. Que cette gifle qu’elle avait reçue reflétait ce que je pressentais.

Ma maman :
« Mon gamin, fais ce qu’il faut pour qu’elle sorte d’où elle est, je lui tendrai la main et je l’aiderai à venir vers nous. » Ce travail une fois fait, je sentis en moi comme un apaisement, une grande joie.

Ma maman
« Merci mon gamin, je suis une mère qui va enfin être heureuse car j’ai ma fille à coté de moi. Elle va t’aider dans ta nouvelle vie. Tu auras un message d’elle. »

(Les jours suivants, sans que je demande) ma sœur Evelyne :
« Mon frère, tu me demandes pardon. Il ne faut pas, je n’avais pas compris ce que tu voulais que je comprenne et c’est moi qui ai mis fin à ma vie. Je te demande pardon. Nous avions tant de choses à faire ensemble. Mais maintenant dans ma nouvelle vie je vais pouvoir t’aider et c’est moi qui vais t’emmener là où nous sommes afin de te faire avancer dans la construction de ce que tu dois faire. Pardon mon frère je t’aime. Merci pour ce que tu as fait pour moi. »

Oui, nous cherchons tous un coupable lorsque les choses nous semblent bizarres, floues, jamais nous ne pensons que cela puisse arriver et pourtant !
Dans ces cas (mort violente) il est impossible à l’esprit de se manifester car il est tenu à l’écart de tous, isolé afin qu’il comprenne que sa vie lui a été donnée et qu’à ce titre il aurait dû aller jusqu’au bout. Aucune épreuve ne nous est donnée qui ne soit insupportable ou trop lourde ; le tout est de comprendre le pourquoi.

En consultation une femme vint me voir en consultation, -le bouche à oreille fonctionnant là-haut comme en bas
Pour situer le cadre :
Pas de problèmes majeurs dans la vie. Professionnel : la gestion d’un foyer de personnes âgées mais surtout l’envie de comprendre, le pourquoi de cette vie afin de lui donner un sens. De suite je lui parlais de ce que je faisais pour les personnes suicidées. Des larmes perlèrent sur son visage et je compris alors le pourquoi de mon excès de volubilisme. Elle me raconta que sa sœur avait mis fin à ses jours, dans certaines circonstances. Ce fut comme un appel.

En consultation, il lui a été dit que sa sœur suicidée lui donnerait un message pour avancer dans son projet, car elle comprenait la souffrance de ceux qui restent, ayant elle aussi mis fin à ses jours ( par respect je ne vais pas réveiller des douleurs.) Je fis avec elle ce qu’il fallait pour que sa sœur retrouve la place qui aurait dû être la sienne. Puis On me permit de lui transmettre l’écriture afin qu’elle reçoive les messages de sa sœur pour la guider dans ce qui est le but de sa vie.
Encore une preuve que tout n’est pas fini (après la mort physique) et qu’une autre vie commence, que ceux qui sont auprès de nous sont là pour nous aider.

A ce jour mon travail de medium va tant dans l’aide à ceux de notre plan mais aussi et surtout dans l’aide à ceux de l’au-delà qui ne peuvent communiquer entre eux et avec nous, dans l’aide à ceux qui se cherchent encore dans l’autre monde (cette autre vie) à travers
la compréhension de leur mort brutale ( meurtre, accident violant, mais surtout suicide……………) Tout cela pour qu’ils retrouvent leur place et qu’ils puissent avec la volonté de celui qui nous guide donner des messages ou des éléments pouvant nous faire comprendre que la vie continue.
Mais attention !

Certains voyants/gourous/soi-disant mediums ou cellules spirites vont vous vendre des choses qui ne sont pas. J’ai fait cette expérience et moi aussi j’ai vu la façon dont on pouvait se servir de la douleur à des fins mercantiles. J’en ai fait les frais.

Jamais pour ce genre de travail il n’y a de rémunération car le médium reçoit de celui pour qui il a fait ce travail toute la force dont il a besoin. C’est pourquoi Il (l’esprit) le présente toujours comme « ami » avec toute la valeur que l’on peut donner à ce mot et l’amour qui en découle tant dans la confiance que dans le respect mutuel.
Voilà le seul paiement.

Ma vie n’a pas été qu’un long fleuve tranquille.

Mais il n’y a pas de douleur plus lourde que celle de ne pas comprendre et de ne pas avoir de réponse, car il y a une vie après notre vie.
Depuis ma naissance il y a toujours eu des printemps et il y en aura encore après notre fin ici bas………….. Tout est recommencement, pas de temps, pas de limites - l’infini (ce qui n’est pas fini)

Si tous les véritables médiums voulaient se donner la main, sans ego, sans mercantilisme,
avec la mise en avant de ce qui est leur véritable mission, quelle force et quel amour à faire partager, tant de vérités à dire. Tant de choses à faire.

Mais comme dit ma maman « le monde de l’au-delà n’est pas pavé que de bonnes intentions. »

à l’attention de tous ceux qui cherchent,
cordialement vôtre,
jacques trouillot

Bonjour Monsieur,
Est il possible svp de vous contacter par téléphone ou par mail ? J’ai quelques petites questions concernant mon Papa. Celà me réconforterait de savoir qu’il est bien.
D’avance merci beaucoup.

suicide d’un proche
Suicide ou meurtre, en mémoire à ma sœur Evelyne qui n’avait que 18 ans.
corniche - le 23 janvier 2014

je repond a votre message car j ai perdu mo frere il est deceder devant moi et je n est rien pu faire son coeur c est arrete le 13 novenbre 2013 et je vie un cauchemare j ai l inpression qu il est encore la mais pourtant je n est aucun signe de lui il n avait ue 41 ans je pleure tout les jours j aimerais savoir si il a un message pour moi il me manque je l aime temps j ai le coeur meurtrie j ai deja contacter des voyant mais tous me vende des chose ou me deman de argent alors je perd espoir et je reste dans cette tristesse aider moi svp

Comment vivre la perte d’un être cher
louloutte - le 29 janvier 2013

Bonsoir,jetenais a reagir car je suis absolument d’accord avec vous !!!!
mon cousin est decede il y a 7ans a l’age de 18ans jai recu un message il y a quelques mois et cela m’a enormement touche et chamboule !!!je ladorais et je ladore toujour,3ans avant mon grand pere esr decede et 6mois avant ma grand mere !!!Tres dur a gerer !mais ils sont toujour la defois je sen leur presence !!!
Maisje dirais simplement ne pas les reveiller,juste les laisse venir eux meme vers nous !!!!!!D

Merci Celtika pour cet article
leomaya - le 14 août 2007

Bonjour et merci Celtika, pour cet article,

J’ai perdu mon papa il y a trois ans ce mois ci, et ma chère maman l’a rejoint un an plus tard, cela fait un peu moins de deux ans.
J’ai cru recevoir des messages d’elle, tout de suite après sa mort et je les ai notés très soigneusement. Au bout de quelques mois, trois je crois, plus rien du tout à mon grand désespoir.
J’ai beau avoir 67 ans, je me sens orpheline, pour bien des raisons qui ne sont pas de mise ici.
Votre message, que je lis aujourd’hui m’a fait du bien, car je vais maintenant me mettre en "état d’éveil" et non en demande.
Merci Celtika pour tout le bien que vous m’avez apporté par la justesse de vos propos.
Leomaya

réponse à Leomaya
Celtika - le 17 août 2007

Bonjour Leomaya,

c’est une très bonne chose de tout noter, cela peut nous éclairer de façon surprenante, parfois des années plus tard !
Le fait que vous ayez reçu des informations, puis plus rien, c’est généralement le cas pour tous les décès. Certainement une façon de nous imposer des règles auxquelles on ne peut échapper...

C’est une situation frustrante sur le moment (je connais un peu), mais croyez-moi par la suite vous en verrez les effets positifs, ces limites sont ce qui nous aide à garder notre équilibre, notre santé mentale.

Surtout continuez bien à tout noter, ce que je recommande à toute personne, même des petits détails, des rêves a priori insignifiants, peuvent ensuite prendre tout leur sens et c’est une très belle expérience.

Il nous arrive souvent de passer à côté, car l’on se dit que ce n’est pas important, ou que cela ne veut rien dire.
Lorsque vous ne comprenez pas un rêve (et surtout dans ce cas), notez-le et conservez-le précieusement.

Une aventure exceptionnelle à vivre.

Amicalement,

Celtika

Réponse à Celtika
leomaya - le 18 août 2007

Merci pour votre si aimable réponse Celtika,

Justement, cette nuit j’ai rêvé de mon père et de ma mère, ensemble dans ma cuisine, chose qui ne s’est JAMAIS produite. J’ai ce rève en mémoire car ce n’était qu’une photo dans le fond, et je pensais qu’il n’avait pas d’importance, et n’avais pas l’intention de le noter.
Dommage que chaque fois que cela m’est arrivé, j’aie en effet penser qu’il n’y avait rien à noter.

Une nouvelle fois merci, grand merci.
Leomaya

précision
Galaad - le 11 août 2007

celtika,

Etant Chrétien pratiquant, je veux bien croire à ce que vous dites, c’est à dire qu’il faut attendre une éventuelle communication et non la provoquer. Toutefois, comment détecter les signes, quels peuvent-ils être ? et au bout de combien de temps une âme peut-elle communiquer après le décès de son enveloppe.
J’ai perdu mon papa la semaine dernière. Très affecté, j’espère avoir un jour un signe.
Merci de me répondre.

l’acceptation du décès
Celtika - le 12 août 2007

Bonjour Galaad,

toutes mes condoléances pour votre père.
Il n’y a aucune règle concernant le temps, ou le type de signes que l’on peut recevoir. Concernant l’attente, je ne peux que vous répondre de par mon expérience, il n’est pas utile d’attendre, car ces signes ( qui ne seront jamais plus que de simples signes rappelons-le), ne surviennent que lorsque la personne n’est plus en attente.

La période d’acceptation de la mort est nécessaire et indispensable, et rester en attente d’un signe revient à retarder cette acceptation. Il faut d’abord accepter que la personne est décédée et qu’elle ne reviendra jamais.

Ce n’est que plus tard, après avoir accepté, que l’on peut envisager ces signes. Pour cette raison, chaque cas est propre à la personne qui le vit.

Enfin, il y a certaines personnes qui recevront des signes, et d’autres qui n’en recevront pas, il faut le savoir. A la question : pourquoi ? Il n’y a pas de réponse, on ne peut qu’accepter afin d’avancer.

En tous les cas, ce n’est pas une question d’injustice comme on pourrait le penser, il s’agit simplement des mouvements des énergies, toute chose étant à la base composée d’énergies.
Pourquoi certains vents soufflent dans un sens, et d’autres dans d’autres ? Il n’y a pas de réponse particulière, on vous répondra que c’est un ensemble de phénomènes énergétiques qui créent cet état. C’est la même chose pour les âmes ou esprits qui sont devenues pure énergie.

Celtika

beaucoup d’autres questions...
galaad - le 12 août 2007

celtika,

merci pour votre réponse même si, je l’avoue, elle ne me satisfait pas pleinement dans la mesure où elle laisse quelques-unes de mes questions en suspens. D’un autre côté, vous avez des certitudes.
Les questions sur la mort, je me les suis posées bien avant le décès de mon père. Celui-ci ne fait que les remettre au jour.
Pour ma part, je crois à des sortes de cercles où les âmes se dirigent en fonction de l’existence qu’elles ont menéé (la pureté de l’âme en quelque sorte). Plus elles sont pures, plus elles sont vers le centre où se situe Dieu. C’est un peu comme les neuf choeurs d’anges. Les Séraphins étaient plus proches de Dieu que les Archanges, par exemple. Cela permet d’expliquer qu’un homme "bon" soit finalement mieux "accueilli" qu’un homme au comportement déviant, même si là aussi on peut s’interroger sur ce qui est bon ou mauvais, sachant que cela dépend aussi de l’époque où on vit !.
Le problème est donc de savoir comment l’âme peut progresser d’un cercle à l’autre ? Peut-on l’aider par la prière ? A quoi sert la prière pour un défunt ?
D’autre part, dans les lectures que j’ai pu avoir, beaucoup parlent de réincarnation, considérant que le passage sur terre est initiatique. Or, dans ma Foi (chrétienne), il n’y a pas de réincarnation mais l’attente de la vie éternelle suite au sacrifice du Christ. Si l’on considère que les Lois qui régissent l’Au-delà s’appliquent à tous, je me pose donc des questions quant à la pertinence de ma Foi dans une seule religion. J’essaie de concilier ma vision de l’Au-delà avec ma Foi chrétienne mais cela paraît parfois contradictoire.
Les âmes peuvent-ils continuer à veiller sur nous et comment ? On dit souvent que l’on retrouve dans l’autre monde les personnes qui nous étaient chères. Cela veut-il dire que l’on tisse sur terre les liens qui perdureront dans l’Au-Delà ?
J’espère que ces quelques questions ne vous ennuieront pas...

Beaucoup d’autres questions..
ANY KLER - le 13 août 2007

bonjour Galaad,

En aucun cas je ne veux me substituer à Celtika. Je voulais seulement vous recommander quelques ouvrages qui pourront vous apporter certains éclairages.

"LES MORTS NOUS PARLENT" et " DITES - LEUR QUE LA MORT N’EXISTE PAS" auteur le père François BRUNE

Il existe enormément de livres sur le sujet, mais ces deux là sont particuliers puisque ils émanent de la plûme de ce prètre spécialiste mondialement connu de la transcommunication.
Il donne aussi des conférences dans tous les pays.
J’ai rencontré ce personnage extraordinaire, qui représente l’église et est bien sur une montagne d’humilité. je me souviendrais longtemps de ce face à face. Si vous avez la chance de croiser son chemin allez vers lui.

Trés cordialemnt ANY KLER

Beaucoup d’autres questions..
choix judicieux
galaad - le 14 août 2007

Any Kler,

merci pour ces conseils. Je viens de commander ces livres. J’espère qu’ils répondront à mes questions. J’ai également noté d’autres spécialistes : Moody, Kubler-Ross, Simonet, Kardec...Mais je vais commencer ar Karine et par le Père Brune...
En parcourant le site, les messages, j’ai pu comprendre que vous étiez vous-même la spécialiste du site...J’aimerais donc savoir comment vous en êtes venus là, si ce n’est pas indiscret.
Une seule chose me gène un peu : on parle parfois d’âmes errantes, méchantes, blagueuses... Tout ceci donne une vision un peu trop anthropomorphique à cet Au-delà. De plus, si j’ai bien compris, une fois que les âmes ont atteint un certain niveau, elles ne devraient plus pouvoir communiquer...car trop élevées.
Cordialement.

choix judicieux suite....
- le 15 août 2007

Bonjour Galaad,

Il est bon de vouloir acquérir une base culturelle par le biais de la litterature sur le sujet qui vous interesse...Cela vous permettra dans un premier temps de comprendre ou nous allons aprés ? que faisons nous aprés ? Déjà, en approfondissant ces questions vous vous sentirez mieux personnellement.
La curiosité qui vous anime est un bon début, allez de l’avant de façon progressive.
Ces livres vous aidront pas seulement sur le plan de la thérapie morale mais aussi pour allez vers "la connaissance".
Quand à mon parcours il est long et attipique, juste pour vous en dire un peu, je suis prévenue de ce qui est sensé ce passer aprés la mort, depuis l’age de 6 ans par mon père.... (j’ai 58 ans)
Si vous souhaitez me joindre vous avez mes coordonnées par les biais LOV n’hésitez pas !

Bien cordialement ANY KLER

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Professionnels testés et accrédités



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39
Hébergeur : Serveur dédié OVH