Voyance, astrologie, médiumnité, cartomancie, taromancie, numérologie, radiesthésie, géomancie,... les arts divinatoires sont innombrables, mais testons-en un maximum

depuis 1999 recense, grâce à vous, Visuel lien hypertexte

le meilleur des arts divinatoires

pour vous préserver du pire.


lien vers le forum

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Introduction

par Jean Suila
Imprimer logo imprimer

Histoire :
Au début du siècle dernier, les encyclopédistes étaient beaucoup moins neutres dans leur définition.
- Astrologie : "Art de prédire les événements d’après l’inspection des astres et la connaissance de leurs influences".

La définition contemporaine du dictionnaire a l’avantage
de ne satisfaire personne...
"Art divinatoire, cherchant à déterminer l’influence des astres sur la vie des personnes, ainsi que sur le cours des événements et en tire des prédictions d’avenir".

Au fil des siècles, l’astrologie ne déroge pas à la règle "des hauts et des bas".

Les historiens s’accordent à dire que ce sont les Chaldéens (plus de 3 000 ans avant J.C.) qui ont posé les bases de l’astrologie.
A des observations étonnamment judicieuses sur le mouvement des astres, ils ajoutèrent des notions conjecturales (suppositions, hypothèses, probabilités), relatives à leurs influences sur les événements terrestres et les êtres vivants.

De cette époque nous vient le "thème de naissance", "la carte du ciel" au moment même où l’enfant vient au monde et tombe sous l’influence des astres présents.

C’est "l’Astrologie judiciaire", qui n’est pas sans rappeler la croyance en un "Karma" :
Les Chaldéens préssentaient-t-ils que, dès la naissance, la justice était rendue, épreuves ou récompenses ?

Née en Chaldée, toujours d’après nos historiens, l’Astrologie conquit l’Egypte, puis la Grèce.

On croit perdre sa trace avec les Romains, mais elle revient, malgré tout, par l’Italie pour envahir l’Europe
et être persécutée au Moyen Age (du V siècle au XV siècle).

Elle atteint son apogée au 16ème siècle.
Souvenez-vous de vos leçons d’histoire (Evoquée pour, François Premier, Marignan, Du Bellay, Ronsard, Montaigne, Rabelais, Henri IV, la St Barthélémy, ...)

Chaque cour d’Europe, chaque Prince, chaque Roi, avait son astrologue.
Certains sont entrés dans l’Histoire : Galéotti pour Louis XI, Côme Ruggieri pour Catherine de Médicis (Elisabeth Tessier pour François Mitterand ... pardon).

Le prestige des astrologues déclina peu à peu, avec le 17ème siècle.

Descartes, Corneille, La Fontaine, Molière, Pascal, Richelieu, Bossuet, Racine, Boileau, Mazarin, La Bruyère, Fénelon, Fontenelle, Louis XIV, Voltaire... Chacun à leur façon, tous ces hommes, ont ouvert brutalement l’Europe à de nouveaux horizons.

Il fallait du temps à l’astrologie pour s’adapter, et digérer les siècles passés. C’est le 20ème siécle et, pour la France, certainement avec l’arrivée de l’horoscope, vers 1950 dans les journaux, que se relança l’astrologie ... mais c’est une autre histoire.



Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)


Nouveautés sur le Web

puce Contact RSS Valid XHTML 1.0 Strict puce Espace rédacteurs
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :