...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois

L’intuition et la maîtrise d’une technique divinatoire ne suffisent pas non plus. Il faut savoir/pouvoir gérer la relation à l’autre tant du point de vue psychologique que du point de vue strictement humain

Article mis en ligne le 13 août 2004

par Laurent Edouard
logo imprimer

Note de la rédaction :

Texte écrit en juin 2002. Depuis, la position ici adoptée par l’auteur a encore évolué...

Nouvelles infos rentrées :

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aurélie M.:
Voyance - Avis sur Gamaïoun, taromancie :"tout était super"

"elle a vraiment un don"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aurélie M.:
Avis sur Christelle Beaumont - Astrologie : "Consultation troublante"

"m’a clairement donné l’impression d’une professionnelle"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Pascal S.:
Avis sur Carole 3f, voyante : "EXTRAORDINAIRE !!"

"Ma plus belle consultation à ce jour !"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Mouna Z.:
Voyance - Avis sur Sevasty, médium :"Je la recommande donc sans hésitation"

"très juste pour le présent et le passé"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Laetitia T.:
Voyance - Avis sur Rebecca Val, taromancie :"résume étonnamment bien la situation"

"a très bien cerné la situation présente"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Pascal D.:
Avis sur Eric Médium - voyance :"Je recommande sans aucune hésitation"

"grande fluidité avec beaucoup de détails"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aïcha B.:
Avis sur Daphnée Klauser, voyance pure :"je vous dis bravo"

"éclairée dans ce brouillard"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Patricia L.:
Avis sur Stéphanie Toscane, médium :"Consultation impressionnante"

"Elle a mentionné des choses de mon passé qui ne peuvent pas s’inventer"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Dienabou D.:
Avis sur Any Kler - Voyance : "donne beaucoup détails"

" juste à 90% sur les situations passées et présentes"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Anne B.:
Avis sur Marie Damotte - Voyance :"m’a littéralement bluffée"

"J’ai adoré et, pour sûr, je referai appel à Marie dans le futur"

La voyance professionnelle

Copyright Laurent EDOUARD

J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois. Juste le temps nécessaire pour me rendre compte que cette situation ne me convenait pas et qu’elle n’était d’ailleurs pas très enviable. Il me fallait prendre du recul pour resituer le contrat voyant-consultant dans un contexte plus juste, plus clair.

Il ne suffit pas d’être bien intentionné pour apporter de l’aide aux autres. L’intuition et la maîtrise d’une technique divinatoire ne suffisent pas non plus. Il faut savoir/pouvoir gérer la relation à l’autre tant du point de vue psychologique que du point de vue strictement humain. Or, quels sont les professionnels de la voyance qui disposent de tous les atouts nécessaires pour mener à bien un tel échange ? Comment dépasser la prise de pouvoir sur l’autre en lui apportant des réponses justes et utiles sans le décevoir ? Comment satisfaire ce besoin de magie du demandeur sans lui mentir ? Où et comment apprendre tout cela ? Voilà quelques questions qui méritent des réponses, à mon sens, avant de s’autoriser à intercéder dans la vie d’autrui.

La voyance professionnelle est un métier qui ne s’apprend dans aucune école. Or, qui accepterait d’être soigné par un médecin sorti de nulle part ? Qui confierait un litige juridique à un avocat improvisé ?

A l’époque (1999), j’avais réagi de manière virulente dans la presse pour souligner les dangers et les dérives de la voyance professionnelle telle qu’elle est le plus souvent pratiquée de nos jours. De nombreux confrères ont cessé de m’adresser la parole depuis ce jour-là, je peux comprendre leur réaction. Je m’étais attaqué à leur gagne-pain et, pour une fois, le commentaire critique provenait de l’intérieur de la profession.

D’autres, plus rares, ont su comprendre mon coup de gueule et ont fait preuve de compréhension, de fraternité et m’ont guidé vers plus de sagesse et de mesure. A tous ceux-là, je dis merci.

Il m’a été difficile de renoncer à une vocation ou tout au moins à une activité que j’aime par dessus tout. Mais je ne pouvais pas continuer de prendre le risque de nuire à ceux qui me consultaient.

L’acte divinatoire lui-même, tel qu’il est perçu par la majorité des consultants, pose problème. Ces derniers viennent consulter presque toujours dans une situation de détresse. Comment alors être sûr de pouvoir les aider à avancer par des prédictions qui ne se réaliseront peut-être jamais ?

En soi, prédire c’est imposer un futur à l’autre, un futur qui n’est peut-être pas le sien. Nombreux sont, en effet, les consultants qui se conforment avec une foi aveugle aux dires du voyant, passant ainsi à côté des opportunités de la vie non-prédites. Cela est intolérable.

Je crois nécessaire de reposer la relation duelle sur des bases plus saines. Entamer la consultation sur un mode plus ludique, mettre en évidence les limites de l’acte, tout en gérant avec beaucoup de bon sens et d’amour, de patience et d’attention les questionnements du consultant.

Voilà déjà un début de réponse à mes craintes de l’époque. Hélas, rares sont les consultants capables d’accepter d’emblée ce type de contrat. C’est donc toute une culture de la voyance qu’il faudrait revisiter. En considérant la consultation sur un mode ludique, ce qui ne veut pas dire que la démarche ne sera pas sérieuse, le consultant se protège déjà beaucoup et du même coup le professionnel gagne en confort de travail. Cela peut paraître au lecteur une démarche étonnante, ou même insensée, pourtant le jeu est souvent associé à la notion d’argent, alors pourquoi pas là non plus ? Pourquoi ne pas envisager l’acte divinatoire comme un jeu ? Ce qui sous-entend que parfois il faille perdre... N’est-ce pas plus reposant et plus rassurant pour les deux parties ? Je reste convaincu que chacun y gagnera en qualité et en bienfait. C’est un point de vue personnel et, à ce titre, il n’est à prendre que comme une proposition. La question de la rémunération reste posée. Considérons alors que le consultant rémunère le temps passé par le professionnel qui lui vient en aide plutôt qu’une prestation particulière. Chacun sait bien aujourd’hui qu’un professionnel doit faire face à des charges très importantes et que, comme tout le monde, il doit vivre et faire vivre les siens.

En se limitant le plus possible à une description du présent dans lequel se trouvent les germes du futur, le professionnel limite les risques inhérents à la consultation classique de voyance. En proposant des futurs possibles et non pas des évènements inéluctables, la qualité de l’échange croît. En entamant un dialogue avec l’autre au lieu d’imposer un monologue ponctué de mots tranchants et dangereux sans en avoir l’air, les risques diminuent. Car il est facile de blesser sans le vouloir, les mots sont parfois des armes. Tout cela et plus encore, certainement, doit être pris en compte. Autant dire qu’il faut une sacrée dose de tact, de savoir-faire et de maîtrise de soi pour approcher une relation de qualité dans un cadre divinatoire. Considérant que je ne disposais pas de tous ces éléments, j’ai préféré mettre un terme à mon activité. Pour avoir beaucoup fréquenté « le milieu », je peux dire que nombreux sont ceux qui possèdent les même limites que moi. C’est ce qui m’a incité à ce coup de gueule médiatique.

Il n’en demeure pas moins qu’il existe de grands professionnels de la voyance, des personnes généreuses et talentueuses, sincèrement animées par la volonté d’aider autrui. Des personnes rares.
Vous les reconnaîtrez à leur simplicité, leur humilité, leurs doutes. Ceux qui se cachent derrière des tenues fantaisistes et/ou affirment ne jamais se tromper sont suspects, mieux vaut les éviter.

Juin 2002
Laurent EDOUARD

Forum
Répondre à cet article
J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
besson-baulin catherine - le 19 juillet 2017

je vous remercie de votre article et de votre honneteté. je l’ai moi meme ete durant qques années, sans jamais demander d’argent,et l’ai abandonné à cause de la pression, mais maintenant, j’ai besoin d’aide, mais je ne peux plus me tourner vers personne car c’est devenu un métier, une scandaleuse horreur de profits ou l’on profite des plus faible pour de l’argent.

j’ai honte pour tous ces marchands de reves.

si vous pouvez m’aider, je vous en serai reconnaissante et vous offrirez ce que je peux. d’avance merci. catherine

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
Hélène - le 2 décembre 2004

Bonjour Danièle,

Vous dites que les clients n’attendent pas béatement que les prédictions se réalisent. Ok, mais en revanche, cela peut les influencer. Si on leur dit par exemple qu’ils vont réussir un exam, n’auront-ils pas tendance à se relacher ? Et si au contraire, on leur dit qu’ils vont le rater, ne vont-ils pas se décourager ? Parce que même s’ils essaient de ne pas en tenir compte, ça restera quelque part dans un coin de leur tête. Et il faut avoir un certain esprit de contradiction pour se dire "eh bien moi, je vais faire mentir le voyant, et même si on m’a dit que je vais le rater, cet exam, je vais quand-même tout faire pour le réussir".

Vous dites : ""s’il va voir un voyant c’est pour savoir si ces possibilités qu’il espère sont au programme pour lui et dans ce sens s’il est judicieux de continuer à espérer cette chose ou plutôt de passer à autre chose. ""
Ah, vous voyez, ce que dira le voyant modifiera donc l’état d’esprit et les actions du consultant. Mais, s’il se trompait ?
C’est ce que je disais justement, qu’il est impossible que le voyant n’ait aucune influence sur le consultant.

Je ne me tracassais donc pas sans raison... Peut-être un peu trop, mais ça, c’est autre chose...

Mais merci de votre réponse que j’ai trouvée reconfortante quand-même.

Cordialement.

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
julhia - le 28 octobre 2016

Bonjour,
je suis voyante professionnelle et considère que la voyance donne un éclairage pour que le client prenne conscience. Parfois, il faut le bouger pour qu’il se prenne en charge mais en aucun cas on ne peut agir à sa place comme certains l’attende. Certains sont furieux car on ne peut leur dire ce qu’ils veulent entendre. Bien sût ceci est un résumé. Pour ma part, je prends toujours du recul ayant + de 30 ans de psychothérapie analytique et de travail d’analyse de rêve derrière moi justement pour pratiquer au mieux et traduire les souhaits de mes clientes transmis par leurs rêves ou leur refus de quelque chose, il ne faut pas faire du Madame IRMA pur et dur

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
Hélène - le 29 novembre 2004

Moi aussi, j’ai été voyante professionnelle quelques mois, pour l’instant j’ai freiné, peut-être je reprendrai plus tard... Mais voilà ce qui m’a freinée : j’ai toujours angoissé avant, mais aussi après une voyance. Avant, c’était "vais-je pouvoir aider suffisamment le consultant sans trop influer sur son comportement dans le futur et sans le rendre dépendant de moi ?" et après "n’ai-je pas oublié de lui dire quelque chose, n’ai-je pas trop influé sur son futur ?". Car quoi qu’on en dise, du fait qu’on donne au moins quelques informations sur le futur au consultant, on influe sur son avenir, qu’on le veuille ou non, et quand on se rend compte de la responsabilité qu’on prend en étant voyant, ce n’est pas facile... Je vous comprends donc, vous qui avez arrêté.

C’est tellement délicat, en effet... Prenez quelqu’un qui cherche du travail et qui vous demande s’il va en trouver et quand. Si vous lui dites "bientôt", il va se reposer sur ses lauriers et ne plus bouger en se disant que ça va lui tomber dessus tout cuit, et du coup, le "bientôt" va devenir faussé ; si vous lui dites "pas tout de suite", il va s’arrêter de chercher pendant un petit moment et aura encore moins de chances d’en trouver. Donc en effet, il faut s’y prendre autrement. Considérer qu’existent plusieurs scénarios préecrits, qu’un seul sera utilisé, mais que cela va dépendre du comportement que le consultant va avoir.

J’ai fait cela en utilisant des "si" (si vous faites ceci, il arrivera cela ; si vous faites cela, il arrivera ceci), mais les consultants n’y étant pas habitués, ça les destabilisait parce que quelque part, ça les responsabilisait : comment donc, mon avenir dépend pour beaucoup de moi ? mon présent vient de mes actions passées ? Tout n’est pas écrit ? Il ne suffit pas de suivre une route déjà toute tracée ? Ben mince alors, en voilà une surprise !

Le problème n’est donc pas uniquement chez les voyants, mais aussi chez les consultants comme vous le dites bien. Le consultant a tendance à se reposer sur le voyant et à se dire : il va me prévoir mon avenir, et je n’aurai qu’à attendre qu’arrive ce qui est prévu. Et si ça n’arrive pas, ben forcement, c’est de la faute du voyant.

Alors oui, quand on est un voyant et qu’on s’en rend compte, quand on se rend compte aussi que le consultant risque de modifier ses actions en fonction de ce que le voyant va dire, on a de quoi angoisser sérieusement, voire arrêter.

Ou alors, vaut-il mieux fermer les yeux ? Se dire "moi, je prévois, le reste m’est égal, le consultant n’a qu’à se debrouiller avec" ? Ou encore "si le consultant ne fait pas ce que je lui ai dit, tant pis pour lui", ce qui sous-entend que le consultant ne décide plus. Il faut dire que c’est plaisant d’avoir une emprise sur quelqu’un en le voyant revenir souvent, mais c’est quelque part immoral aussi, la voyance n’étant en principe pas un traitement médical ou paramédical à suivre régulièrement.
En me mettant du côté des consultants, je trouve que c’est la majorité des voyants qui agit ainsi, qui s’en fiche et/ou qui cherche à "fidéliser" (= rendre dépendant de soi) de la clientèle. Mais en me remettant à la place du voyant consciencieux, je me dis que si on ouvre les yeux, ce n’est plus possible de pratiquer en toute quiétude. J’ai ainsi pas mal de consutants sur lesquels je me pose des questions, du style "il ne me rappelle pas, est-ce parce que ça va bien, ou parce que j’ai été nulle ?", mais d’un autre côté, je m’étais donné pour but de ne pas les rendre dépendants de moi, de savoir eux-mêmes décider de leur avenir et de ne pas en avoir peur... Mais là encore, je me demande tout le temps s’ils ne me rappellent pas parce que j’y ai réussi, ou bien parce qu’au contraire, je ne les ai pas convaincus...

On dit aussi partout qu’un voyant honnête doit dire quand il ne voit rien. Bon, eh bien un jour, ça m’est arrivé, je l’ai dit, et n’ai pas fait payer la consutation. Eh bien que croyez-vous, le personne n’est jamais revenue me voir, et ne m’a jamais envoyé personne. Alors, un bon voyant est un voyant honnête ? Je crains qu’un voyant trop honnête deviendrait surtout un voyant sans clients... Comme quoi, entre la théorie et la pratique...

Voilà les affres du voyant consciencieux, peut-être trop. Il y a peut-être des moyens de ne pas angoisser, tout en faisant du bon travail de voyance, de ne pas douter, tout en ne fermant pas les yeux, de reconnaître ses limites devant les clients sans pour autant perdre de la clientèle... Enfin s’il y en a, je ne les connais pas, et il faut croire que celui qui a écrit cet article non plus...

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
crab’s - le 2 décembre 2006

il y a l’effet inverse aussi moi si on me dit que je vais retrouver du travail(deja c’est evident qu’il faut chercher pour le trouver...) ça decuple mes forces et ma motivation et aussi une confiance en l’avenir qui me donne des ailes je pense que si un voyant vous dit qu’il faut tourner à gauche alors que votre logique (au moment ou il faut faire ce choix votre sentiment vous dit qu’il faut tourner à droite et bien je pense qu’il faut tourner à droite la 1ere chose à faire c’est d’ecouter son coeur et aussi sa logique quelques soit les predictions du voyant maintenant si vous voulez bien tourner à gauche et que en plus c’est censé être votre destinée !!! c’est formidable

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
oups21 - le 3 novembre 2010

je trouve dans votre courage une note de deception. Je pensais qu’il fallait trouver "un sponsor moral" ! vous n’en n’aviez pas ? est-ce que je me trompe ou bien reellement cette profession , est-elle un apostolat ? une amie sophrologue a laisse tomber, car : disait-elle"tous ces patiantys etaient des faineants neuronaux ! aux autres de nous enlever nos problemes et d’abord on paie.... c’erst tres bete de leur part.Mais peut-etre que ce temps viendra ou les gens viendront apprendre a penser plutot que vous leur fermiez les portes de leur reves en les laissant repartir...heureux !

> j’aimerais faire de la voyance "professionnelle"
Catel - le 25 janvier 2011

Cela fait quelques années que je me passionne pour l’art divinatoire.il m’est arrivé de tirer les cartes pour des personnes en détresse, qui avait besoin de mettre des mots sur leur situation, et tout cela gratuitement.
Je suis tout à fait d’accord sur le principe que le futur n’est pas défini, il dépend du libre abritre. Une consultation degage qu’une ramification d’un futur. Toutes les fois qu’on m’a demandé de l’aide, j’ai toujours informé le consultant qu’un acte ou une décision dessine le futur en permanence.Aujourd’hui je souhaiterais en faire mon métier et ne sais par où commencer.Si vous avez des conseils, ils seront la bienvenue.Merci

devenir voyante professionnelle
> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
SARA ISABELLE CHASLES - le 27 janvier 2011

Bonjour Catel ,

Entre aider les personnes de façon ponctuelle et creer une clientèle qui
peut vous permettre de vivre correctement , il faut vous dire qu’il faut du temps ..donc si vous en avez conscience dès le départ ce sera beaucoup mieux .

Définisez clairement votre projet : cabinet ou pas dés le départ ou secondairement ? Quel statut ? profession libérale ? Auto entreprise ? Portage salarial ?

Moi je recommande a ceux qui démarre de démarrer "petit", il sera toujours temps de se mettre de lourdes charges sur le dos quand la clientèle commencera a se fidéliser .

Le site internet est selon moi "incontournable" mais désormais il n’est plus indispensable d’avoir 4000 euro d’avance pour cela , les societés informatiques proposent des "packs" tout compris : site internet de base + paiement cb inclus dessus + referencement mensuel assuré ..vous pourrez meme faire des demandes de pages supplémentaires ou de mises a jour en fonction de l’évolution du site .

En plus suite a la "crise" , les banques sont très fileuses pour ce type de projet .

Voila pour la partie "communication" , vous pouvez aussi etre présent partout , twiter , facebook etc et faire aussi des échanges de liens pour etre bien placé sur Google ..Il n’y a aucun frais .

Vous pouvez aussi etre inscrit dans différents annuaires gratuits comme beaucoup d’entre nous le sommes ici , Estelle , Any kler , Laurent Edouard etc .

Bien sur présentez vous ici pour quelques consultations tests avec les membres de l’officiel de la voyance et obtenez votre accréditation comme nous .

En résumé : un bon téléphone portable , une connection adsl pour rappeler les gens sur un fixe , un pack mensuel pour votre site et le statut auto entreprise pour la 1ere année d’essai , puis si vous vous developpez coté clientèle , voir pour basculer dans un autre statut genre "libéral" ou autre .

Autre chose ..ont n’achète pas une clientèle dans ce domaine la , donc tout le monde est passé par ce chemin la !

Nous avons tous faits nos armes ..

Tous mes voeux , Catel !

En espérant vous avoir éclairé .

Chaleureusement

Sara Isabelle Chasles

http://www.isabellevoyancepure.com
> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
any kler - le 28 janvier 2011

Bonjour,

Votre demande me parait sage et réfléchie, on ressent dans votre discours une certaine maturité et une habitude déjà des contacts avec les consultants…Ce qui est un bon début… Dans les démarches à effectuer pour devenir pro c’est on ne peut plus simple vous devez vous adresser à l’URSSAF de votre département ou à la CCI ( selon votre statut actuel, demandeur d’emploi ou créateur d’entreprise, voir pour auto- entreprise qui est un statut extrêmement simple et dont les taxes - charges ss + impots sur le revenu - sont à régler à raison de 23,50% du CA réalisé, dans le cadre d’une activité de services)
Pour l’auto-entreprise le plafond HT du CA est fixé à 32100€.

Vous trouverez ces infos sur le net.
Après, prévoyez quand même un budget pub… car si vous attendez que le bouche à oreille fonctionne vous allez nourrir de faim !
Ce que je me permettrais de vous conseiller personnellement c’est de vous faire tester sur LOV.

En espérant avoir répondu à vos questions, je vous souhaite la bien venue !
Sachez que vous n’êtes pas toute seule sur le marché mais il y a toujours de la place pour les gens honnêtes et talentueux !

Bien à vous ANY KLER

J’ai été...
quelques conseils....
ESTELLE DES ENCLOS - le 30 janvier 2011

Bonjour Carel et soyez la bienvenue dans notre cercle professionnel et sur ce forum. Comme le disent si bien mes consoeurs Sarah Isabelle et Annie(que je salue au passage) s’installer en voyance doit etre un acte réfléchi( je vois actuellement trop de précipitation de la part de certaines personnes qui meme si elle en ont l’envie n’en n’ont pas les compétences bien malheureusement pour les consultants !)Pour votre cas je pense qu’aux vues de vos dires votre démarche est justifiée. Voici pour ma part quelques conseils qui j’espere vous seront utiles.La première chose à faire est un site internet n’oubliez pas qu’ il est le reflet de votre personnalité. Vous pouvez en créer gratuitement sur des bases comme jimbo attention pas de site clinquant genre la guerre des étoiles ! plus sérieusement
1/ je pense que le statu auto entrepreneur pour votre démarrage d’activité est la bonne solution car vous ne paierez que 22% de charges sociales sur votre chiffre d’affaire
ect...
2/si vous voulez avoir un cabinet il vous faut un bureau en étant locataire il vous devrez signer un bail mixte qui vous permettra légalement de faire votre activité et de recevoir votre clientèle à domicile
3/l’inscription au pages jaunes internet et un investissement indispensable pour vous faire connaitre dans votre région (je vous conseille un encart plus cher mais bien plus rentable en tant que retour)
4/vous pouvez échanger des liens( mais pour ma part je ne suis pas tres "chaude" car il faut vraiement savoir à qui l’on a à faire de l’autre coté de cet échange),ensuite faire des annonces style le trele,olx etc...(gratuitement) .Vos annonces doivent etre claires et concises pour dégager une notion de sérieux.
5/ pour vos référencements professionnels vous avez bien entendu votre acredition sur ce site ,votre réferencement sur l’annuaire du guide de la voyance, l’annuaire du réseau des voyants etc....(gratuit aussi)
Pour conclure il faut etre carrée dans votre démarche et dans votre tete ,il faut s’avoir garder froide envers et contre tous, s’armer de patience ,etre toujours dans une démarche saine et déontologique (et non filer dans l’argent facilement gagné car il "brûle" vite votre talent ).Vous verrez que si vous êtes dans cet objectif vous aurez la satisfaction d’avoir une clientèle fidèle et de faire un magnifique métier riche en émotions de toutes sortes. J’espere que ces quelques conseils vous servirons .Bonne fin de week end Amicalement ESTELLE DES ENCLOS ps j’ai oublié quelques choses d’important fixez vous des tarifs raisonnables car pensez que tout le monde doit pouvoir vous consulter peut importe son milieu social)et n’en changer pas tout les 4 matins pensez que vos charges elles varient dans le temps et que rien n’est plus désagréable pour un consultant de voir des tarifs changer au vue de la soit disant célébrité progressante du "voyant"(c’est tout ce que je vous souhaites). Cette fois j’ai fini mea-culpa d’avoir été un peu longue...

J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
j’envisage de me lancer en auto entrepreneur
stéphanie - le 8 octobre 2011

Bonjour, je suis tombée sur le site par hasard en faisant des recherches sur internet pour me lancer en autoentrepreneur dans la cartomancie afin d’essayer d’arrondir des fins de mois plus que difficiles (je suis à la limite de monter un dossier de surendettement)

Neanmoins je ne suis pas là pour parler de mes problèmes, je voudrais réagir à l’article qui date de 2002. J’ai été touchée par la souffrance qu’exprime l’auteur. Cette question qu’il se pose sur comment ne pas influencer les gens et la souffrance qui en découle je la comprends très bien. Infirmière de métier, c’est le même problème qui se pose à nous lorsque l’on prend en charge un patient. Et c’est pourquoi on nous fait étudier à l’école ce qu’on appelle la "distance thérapeutique"

Je pense que depuis 2002 vous avez réussi à résoudre votre conflit intérieur et mettre en accords vos valeurs personnelles. Mais pour ceux qui auraient aussi ce malaise, peut être pourriez vous vous orienter vers des lectures sur la distance thérapeutique et l’empathie. voilà j’espère que cela aura pu aider.

Stéphanie

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
nathalie albar - le 23 décembre 2011

bonjour,

je pense en effet qu’il est très difficile d’etre voyant de nos jours, vu la concurrence notamment des grandes entreprises. Pratiquant pendant quinze ans maintenant la cartomancie, meditation,la cristallomancie et diverses technique, car cet art me passionne vraiment. j’ai pratique gracieusement pendant ces 10 derniers années pour mon entourage, qui était satisfait de moi, car je ne perds pas de vu que c’est un guide,quelquefois des enigmes à resoudre pour reconforter un consultant a qui l’on ne dit pas forcement ce qu’il veut entendre et du coup, il ne comprends pas ou ne croit pas en vous. je me suis lancée dans l’auto entreprise, les gens pour qui j’ai travaillé gracieusement ne souhaitent pas faire partie de ma clientèle, donc un conseil, meme si c’est un don du ciel ou une faculté que vous avez su plus developper qu’autrui, mon conseil serait de ne pas pratiquer la gratuité. il ne faut pas non plus assomer le client mais tout travail merite salaire. bref, après quatre mois d’auto entreprise et 20 euros de chiffres d’affaires, je m’apprete à fermer boutique. les gens ont un manque de confiance et n’osent meme pas essayer une fois pour savoir et connaitre.malgré ces deboires, je suiis tout de meme fiere de moi, car j’ai changer la manière de voir de certaines personnes au sujet de la mort, le sens de la vie, les vraies bases, ce qui dépasse à mon sens la consultation type. j’aide les gens dans le travail de deuil, mieux supporter les angoisses de vies etc . c’est vrai que les consultants lorsqu’ils voient un voyant s’attendent à voir quelqu’un de superieur,d’impressionnantplein d’artifices alors que c’est tout le contraire, plus la simplité est presente et l’authenticité sera presente aussi. je ne crois pas que là haut le superficiel est de mise.
alors c’est la mort dans l’ame que je ferme ma petite entreprise mais je ne remet nullement mes facultés en questions car les resultats sont là en m’hallucinant toujours autant et ayant conscience que cette faculté n’est pas due à mon "intelligence" ou superiorité quelconque, mais ce sont les cadeaux que le ciel veut bien vous "preter"

pas facile d’etre voyant au service des gens
> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
Jean Suila - le 24 décembre 2011

nathalie albar a écrit :

bonjour,
...cet art me passionne vraiment...après quatre mois d’auto entreprise... je m’apprete à fermer boutique...
alors c’est la mort dans l’ame que je ferme ma petite entreprise mais je ne remet nullement mes facultés en questions car les resultats sont là ...

C’est Noël et dans l’esprit de Noël, nous allons essayer de vous aider.

J’ai transformé votre post en article pour lui donner plus de visibilité >>> http://www.officieldelavoyance.org/spip.php?article2553.

Any et Estelle ont été touchées par votre sincérité et votre désarroi, n’hésitez pas à leur demander conseils.

De mon côté je vous ouvre les portes de LOV, pour les fêtes (Et un peu plus si utile), contactez moi.

Nous espérons pouvoir vous aider à bien démarrer dans une profession très complexe et que vous passerez un joyeux Noël.

Très cordialement,
"Jean Suila"

Nous allons essayez de vous aider
une jolie leçon d’humilité...
ESTELLE DES ENCLOS - le 24 décembre 2011

En réponse à Nathalie.Bonjour je suis désolée que vous renonciez à votre vocation, car oui la voyance est une vocation et vous la représentez avez une humilité qui est toute à votre honneur. Le moment n’est peut etre pas le bon pour vous lancer professionnelement parlant mais n’oubliez pas le vieil adage nous dit que "tout arrive à qui sait attendre"... Vous avez de la place dans notre métier car vous êtes sincère et vous deviez être un ex pour les pseudo"voyants" qui au mepris de tout respect pense plus à "ratisser large" qu’a effectuer des consultations de qualité.Non vous avez raison, nous avons aucun pouvoir d’aucune sorte, non, nous ne sommes pas extraordinaires nous avons simplement une mission grâce nos dons : le devoir d’aider notre prochain...Recevez toute mon amitié ESTELLE DES ENCLOS ps : De bonnes fêtes de fin d’année à tous.

J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
ANY KLER - le 24 décembre 2011

Bonjour Nathalie

Pouvez me joindre téléphoniquement
Je souhaiterais m’entretenir avec vous !

Bien cordialement

Any KLER

J’ai ....
un bel élan de solidarité...
ESTELLE DES ENCLOS - le 25 décembre 2011

Cet élan de solidarité fait plaisir à voir.Je suis sûre que Nathalie va rebondir aidée par de bons conseils car elle le mérite. Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
taku888 - le 3 janvier 2006

Tombée par hasard sur votre article, j’en suis agréablement surprise..
Il est vrai qu’être voyant dans notre monde actuel n’est pas chose facile : nous voulons tout et de suite, nous voulons des certitudes, nous voulons du palpable pour notre argent.
La philosophie n’est plus de mode.

J’ai eu une amie voyante et des amis astrologues. Je sais donc en tant que cliente, qu’une voyante ne voit pas toujours. Le problème : cette information n’est pas la première annoncée lors d’une consultation.

Influencer ou non le client : même problème pour l’astrologie. Mon ex m’a fait les prévisons pendant des années.
Il me précisait par ex : bon aspect pour le travail mais si tu restes dans ton lit, rien ne se passera.

Une autre fois, je déprimais vraiment à cause de recherches infructueuses. Il m’a dit : pas d’aspects positifs avant avril. Je reconnnais avoir un peu freiné mes recherches et patienté, retrouvé un esprit paisible en prenant la vie du bon coté, jusqu’en avril, où le 1ier j’ai trouvé un job.
Je prends les arts divinatoires comme une lumière qui peut éclairer mon chemin parfois un peu plus embrouillé par la matérialité.

Depuis que j’ai connu le principe LOLA et vu ce qu’une amie pouvait obtenir par la pensée positive, j’oppose moins les bons aspects (ou prédictions) aux mauvais.
Car nous sommes seuls responsables de ce qui nous arrive, quoiqu’il nous arrive !. Derrière chaque échec et chaque réussite se cache un enseignement précieux.
Les arts divinatoires restent toujours une lanterne parce que se débarasser de la "matérialité" (bouddha est encore loin :-)) est un long chemin.

Chers voyants et voyantes consciencieux, ne culpabilisez pas !! Et merci de votre aide.

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
Hélène - le 3 décembre 2004

Bonjour Danièle,

Vous me parlez de confiance (par rapport aux voyants). Mais de mon côté, ce n’est pas une question d’absence ou de présence de confiance, simplement, je considère que l’humain est faillible quel que soit son domaine professionnel. Ce n’est pas que je considère que les gens sont nuls, simplement la perfection n’est pas de ce monde et tout le monde a droit à l’erreur.
Dans le domaine de la voyance, l’erreur est logiquement plus fréquente qu’en comptabilité par exemple, alors comment considérer qu’à priori, le voyant ne se trompera pas ? Ce n’est pas pour autant que je n’ai pas confiance : le voyant peut très bien être honnête et donc digne de confiance, mais peut se tromper quand-même...

Maintenant, si on me parle d’un voyant qui a de bons résultats avec d’autres, j’irais en me disant que celui-ci se trompe peut-être plus rarement que d’autres... Je ne me dirai pas pour autant qu’il est infaillible, mais qu’il est moins faillible que d’autres. Si de plus, on me rapporte un cas d’un voyant qui aurait avoué à un consultant ne rien avoir vu, j’irais en me disant que celui-ci est particulièrement honnête et courageux. Parce que je connais des voyants à qui j’ai demandé ce qu’ils faisaient quand ils ne voyaient rien. Eh bien, ils m’ont répondu qu’ils tirent alors un autre jeu, et un autre encore s’il le faut, et ils finissent bien par voir quelque chose. Donc ils font du forcing, veulent voir à tout prix, et à partir de là, les risques d’erreur sont augmentés.
A l’inverse, j’ai eu affaire à un consultant qui, malgré que je lui avais dit que je ne voyais rien, insistait beaucoup pour que je force : j’ai donc fini par y voir, mais c’était flou et donc forcement moins probant que si j’avais vu dès le début. On dirait que les consultants sont angoissés si un voyant leur dit qu’il ne voit rien, ils ne veulent pas le lacher, alors on comprend pourquoi les voyants, à force, s’obligent à voir même quand ça ne passe pas. Par ailleurs, certains d’entre eux m’ont même dit qu’avec plusieurs jeux de cartes, impossible de ne rien voir du tout, et ils étaient sincères. Dans ces conditions, comment pourrais-je considérer que le taux d’erreur des ces voyants-là est minime ? Et pourtant, on ne peut pas dire qu’ils ne sont pas honnêtes.

Pour l’influence sur le consultant : vous donnez un exemple où le voyant donne un conseil, or moi, je parlais des voyants qui font des prédictions simples. Dans votre exemple, ce serait alors "il arrivera ceci, cela, et vous serez amenée à démissionner". Bon, là, il n’y a pas une grande influence : on attend simplement qu’arrive ceci et cela, et si ça arrive, on voit encore, et on démissionne parce que c’est ce qu’on aurait fait de toute façon. Donc, là, pur avertissement, pas d’influence, en effet, parce que le comportement du consultant ne se sera pas modifié pour autant. Mais moi, je donnais d’autres exemples qui pourraient influencer...

Ainsi, une question se pose : faut-il que le voyant dise si le consultant est trompé par son mari/femme/compagnon/compagne, qu’il pose la question ou pas ? Car là, si le voyant le dit, qu’il se trompe ou pas, le consultant modifiera son comportement dans son couple, forcément et immanquablement : au mieux, il deviendra juste soupçonneux, au pire il cherchera à avoir des preuves à l’aide d’un détective par exemple (s’il en a les moyens, sinon, il fera le détective lui-même), bref, cette idée ne pourra pas sortir de sa tête, et son attitude dans le couple changera en négatif, au moins un peu. Donc là, influence du voyant, inévitablement...

Autrement dit, le voyant n’influencera pas forcement le consultant dans tous les domaines, mais pour certaines questions, son influence est inévitable...

Bon, mais peut-être qu’il faudrait que je voie un voyant qui sera différent de ceux que j’avais vu, et alors, je changerai d’avis... Après tout, les opinions de tout le monde ici me font évoluer, et je commence à voir les choses un peu différemment (mais je continue à penser que le métier de voyance n’est pas fait pour moi : vraiment trop stressant).

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
daniéle - le 2 décembre 2004

bonjour Héléne j’ai répondu à votre message en vous appelant Florinda, veuillez m’excuser pour cette erreur.

cordialement

daniele

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
daniéle - le 2 décembre 2004

florinda,

Si on a ce point aussi peu confiance ,il vaut mieux ne pas consulter car il n’y a pas moyen de savoir si le praticien est en train de voir juste au moment de la consultation, j’ai de plus pratiquement toujours constaté que ce n’est pas parcequ’un praticien voyait juste pour le passé et le présent qu’il voyait forcément juste pour l’avenir.

Pour ce qui est de l’influence du voyant sur les décisions du consultant, je pense qu’en ce qui concerne le consultant moyen, il n’a pas plus d’influence que n’importe qu’elle personne que l’on consulte avant de prendre une décision.

Je crois que si on abandonne un projet aprés qu’un voyant nous ait dit qu’il ne marcherait pas, ou parce que l’entourage familial ou amical nous déconseille de poursuivre ,c’est que déjà ,plus ou moins inconsciemment ,on avait déjà décidé de l’abandonner et qu’on cherche à être conforté dans la direction que l’on a déjà décidé de prendre.

Si demain un voyant me disait il faut absolument que vous démissionniez de votre travail pour telle et telle raison, je me garderais bien de le faire car ceci n’est absolument pas une éventualité que j’ai envisagée. Ma position serait alors d’attendre et de voir si les raisons avancées par le voyant ont un début de réalité dans ma vie. Et même s’il s’avérait que des événements se produisent dans le sens qu’a dit le voyant ma décision de démissionner serait mûrement réfléchie et je prendrais conseil auprés d’un grand nombre de personnes.

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
daniéle - le 29 novembre 2004

bonjour Héléne,

votre message m’a interpelée et j’ai envie de vous répondre.

Je pense que vous avez une vision erronée de ce qu’attend un consultant et du pouvoir de suggestion qu’a un voyant.

D’abord, pour l’avoir constaté sur moi et sur d’autres consultants, au sortir d’une consultation nous n’attendons pas béatement que les prédictions se réalisent. Nous continuons notre vie et on se dit on verra bien si le voyant a dit vrai.
En attendant nous continuons à chercher du travail si nous sommes au chômage , à aller au devant des gens si nous cherchons l’âme soeur, et à vivre raisonnablement si nous sommes limités financièrement même si le voyant a prédit que nous allions avoir une belle rentrée d’argent.
La position de la majorité des consultants est d’être ouverts et actifs face à toutes les possibiltés qui peuvent se présenter à lui de voir ses espoirs se réaliser, s’il va voir un voyant c’est pour savoir si ces possibilités qu’il espère sont au programme pour lui et dans ce sens s’il est judicieux de continuer à espérer cette chose ou plutôt de passer à autre chose.

Quant au pouvoir des voyants sur leurs clients rassurez-vous, la plupart des gens savent faire la part des choses et en sortant d’un cabinet de consultation reprennent leur vie en mains.
Biensûr, il existe des gens dont des problèmes de personnalité font d’eux des gens dépendants, ils le sont des voyants et de beaucoup d’autres personnes qu’ils côtoient et doivent trés utilement être orientés vers un psychothérapeute.

Au sujet de l’honnêteté des voyants, je persiste à dire qu’un voyant ne peut pas être voyant professionnel car il ne peut pas être opérationnel sur commande, il ne sait pas lui même quand il le sera et c’est la moindre des choses qu’il informe son client que ce jour là il ne voit rien et ne se fasse pas payer. Vous avez vécu une mauvaise expérience avec un client avec qui vous avez été franche mais il existe aussi des clients sans scrupule et ingrats , cependant tout comme les voyants peu scrupuleux je pense qu’ils sont minoritaires et qu’il vous faut donc continuer à pratiquer sur la base d’une éthique.La plupart des voyants font leur clientèle sur le bouche à oreille et non pas à grand renfort de publicité.

> J’ai été voyant professionnel pendant quelques mois
- le 7 septembre 2004

J’approuve ce que vous avez écrit car vous pensez tout d’abord à l’autre avant vous. Une qualité rare chez beaucoup et pourtant indispensable lorsque l’on a reçu ce qu’il faut pour aider autrui. C’est une belle manière de remercier pour ce cadeau. J’ai aidé et je continue, il est vrai qu’il n’y a pas d’enseignement, mais des méthodes ou des techniques peuvent être utiles. Il est dommage que vous ayez renoncé, car la voyance a justement besoin de personne de votre qualité.

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Professionnels testés et accrédités



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39
Hébergeur : Serveur dédié OVH