...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
L’imposture taromantique (Chapitre 3 - suite)
Article mis en ligne le 14 juillet 2005

par Laurent Edouard
logo imprimer

Le déclin du Tarot de Marseille dans l’occultisme est-il irréversible ?

Littérature
- Version bêta du livret à paraître, donnée à éditer, à titre exceptionnel et gracieux, à L’Officiel de la Voyance
- Tous droits réservés [1]

Une avalanche de rumeurs séculaires

Nous allons dans ce chapitre retracer l’histoire de ces rumeurs pour permettre au lecteur d’en comprendre l’origine. Ce sera donc la suite de notre voyage dans le temps.

Parce que l’histoire ne se réécrit pas, nous nous devons de lui emprunter le plus grand nombre d’éléments possibles pour approcher au mieux l’énigme du tarot.

Jusqu’au XVIIIe siècle, le tarot est perçu comme un jeu de hasard et son sens profond n’est appréhendé que par quelques "Connaissants". Son graphisme subit de sérieuses mutilations et dégradations diverses, entre autres celles destinées à divertir les nobles de la Cour.

Nous tenons à préciser qu’il ne s’agit pas ici de salir la mémoire de tous les occultistes qui se sont penchés sur le tarot. Néanmoins, nous pensons que ce détournement était volontaire pour la majorité d’entre eux. Cette attitude est condamnable dans la mesure où l’intention était une démarche de pouvoir et d’argent.

A n’en pas douter, il est dommageable pour soi de détourner la vision des hommes des confréries de cartiers. Souhaitons qu’une prise de conscience intervienne aujourd’hui pour éviter que l’histoire ne se répète. Il est hélas permis d’en douter au regard de certaines restaurations fantaisistes récentes.

Des personnages clés

En 1781, l’auteur français Court de Gébelin (né aux environs de 1725, mais la date varie selon les sources, et décédé en 1784) revisite le Tarot de Marseille. Le huitième volume de son "Monde Primitif" dans lequel il développe l’origine égyptienne du tarot en une quarantaine de pages influencera les tarologues pendant deux longs siècles. De nos jours, il est encore fréquent de croiser des partisans de cette thèse historique erronée.

Court de Gébelin est un personnage haut en couleurs. Pasteur chargé de missions d’ordre diplomatique, ce franc-maçon et grand érudit s’attache à un projet d’envergure : son œuvre monumentale devait apporter à ses contemporains "la clef de tous les siècles et de toutes les connaissances humaines".

Il prétend que les 22 "lames majeures" sont des hiéroglyphes issus du "livre de Toth" sauvé des ruines des temples égyptiens il y a plus de mille ans. Pour justifier cela, il n’hésite pas à trafiquer les cartes. Il ajoute un zéro à LE FOV et inverse le sens de sa marche, ajoute un pied à la table de LL BATELEVR, redresse LE PENDV, transforme l’oiseau noir de LESTOILLE en papillon, etc. Il interprète ces modifications comme corrections et rectifications des erreurs des cartiers.

Jean-Baptiste Alliette (1738-1791) allias Eteilla, coiffeur de son état, puis prétendu professeur d’algèbre (?) lui emboîte le pas. Il restaure à son tour "la signification" du Tarot de Marseille et établit entre ses "lames" fantaisistes de non moins fantaisistes correspondances avec l’Astrologie et la Kabbale.

Eteilla crée alors son propre jeu portant son nom et lance la mode du tarot divinatoire qu’il baptise "le livre de Toth" ! Dès lors, des milliers de publications seront écrites, démontrant tour à tour l’origine égyptienne du tarot ou encore hébraïque, quand ce ne sera pas arabe, chinoise ou extra-terrestre.

Dans le même ordre d’idées, d’innombrables communautés ethniques, mystiques ou philosophiques (Juifs, Gitans, soufistes, maçons, etc.) en brigueront la paternité. Plus tard, la polémique perdurera entre les Milanais, Marseillais, Parisiens, etc. Toutes ces divagations donneront naissance à une multitude de jeux (plusieurs milliers) étrangers à l’Esprit des confréries de cartiers, seules véritables détentrices du Tarot de Marseille.

Le mot TAROT serait égyptien ethniques ou (TAR : chemin ; RO, ROS, ROB : royal), indo-tartare (TAN-TARA : zodiaque), hébreu (TORA : loi), latin (ROTA : roue ; ORAT : il parle), sanscrit (TAT : le tout ; TAR-O : étoile fixe), chinois (TAO), etc.
Certains voient dans le Tarot une œuvre alchimique, kabbalistique, astrologique, arithmomancienne. Chaque société, chaque noyau ésotérique, chaque branche de la magie, chaque Initié, chaque nationalité, chaque artiste sentent alors la nécessité de peindre enfin le vrai Tarot...

De cet enchevêtrement d’interprétations limitées, naïves, fantastiques, mercantiles, pseudo-historiques, romantiques, schizophrènes, vaniteuses ou édulcorées, de cette superposition de dogmatismes et de systèmes, jaillit enfin le TAROT DE MARSEILLE monument authentique, anonyme comme l’est tout art sacré, défini en ces termes par l’occultiste Eliphas Levi :
- "C’est un ouvrage monumental et singulier, simple et fort comme l’architecture des pyramides, durable par conséquent comme elles ; livre qui résume toutes les sciences et dont les combinaisons infinies peuvent résoudre tous les problèmes ; livre qui parle en faisant penser ; inspirateur et régulateur de toutes les conceptions possibles : le chef-d’œuvre peut-être de l’esprit humain, et à coup sûr l’une des plus belles choses que nous ait laissées l’antiquité ; clavicule universelle, véritable machine philosophique qui empêche l’esprit de s’égarer, tout en lui laissant son initiative et sa liberté ; ce sont les mathématiques appliquées à l’absolu, c’est l’alliance du positif à l’idéal, c’est une loterie de pensées toutes rigoureusement justes comme les nombres, c’est enfin peut-être ce que le génie humain a jamais conçu tout à la fois de plus simple et de plus grand" ("Dogme et rituel de la haute magie", 1854.)

Malheureusement, E. Levi, comme Gébelin et Eteilla, malgré son immense intuition, dédaigne le TAROT DE MARSEILLE, le trouve "exotérique" et inventant des cartes "ésotériques" selon lui, crée son propre Tarot.

Il met en relation chaque Atout du Tarot avec l’une des 22 lettres de l’alphabet hébreu, méprise les ARCANES MINEURS et place le MAT entre les clefs 20 et 21. Et depuis, bien peu ont su se défaire de cette vision personnelle et littéralement voir le TAROT originel.

Sans vouloir reconnaître que le MAT est un mystère, sans nombre, qui n’est nul part et partout, d’innombrables théories en ont fait LE FOU et lui ont donné le numéro 0 ou 22. Chacun, comme dans "Cendrillon", est prêt à couper un morceau de son pied pour pouvoir chausser la pantoufle de "VERRE" (VAIR).

Afin de faire coïncider le Tarot avec les XXII Sentiers de l’Arbre de la Vie des Dix Séphiroth de la Tradition kabbalistique, Arthur Edwards Waite, occultiste anglais membre de l’Ordre Hermétique de l’Aurore Dorée, invertit les numéros de LA FORCE et de LA JUSTICE, transforme l’AMOUREUX en LES AMOUREUX et falsifie la signification de tous les ARCANES MAJEURS...

A.Crowley, quant à lui, occultiste appartenant à l’Ordre du Temple de l’Orient (O.T.O.), change une fois de plus, les noms, la signification et l’ordre des cartes. LA JUSTICE devient L’AJUSTEMENT ; LA FORCE, LA LUXURE ; LA TEMPERANCE, ART ; LE JUGEMENT, AEON. Il élimine les VALETS et les CAVALIERS et en fait des PRINCES et des PRINCESSES...

Il est curieux et révélateur, en observant les différentes variations que les interprètes plus ou moins éclairés font subir au TAROT DE MARSEILLE, de voir comment, recopiant les erreurs de leurs prédécesseurs, ils leur attribuent en fait un sens "traditionnel".

Oswald Wirth, occultiste suisse, maçon et membre de la Société Théosophique, dessinant son Tarot, y introduit non seulement des costumes médiévaux, des sphinx égyptiens, le symbole chinois du Tao, la version du diable de E. Levi, etc., et s’inspire davantage de la maladroite version de Court de Gébelin (voir sa MAISON-DIEU, sa TEMPÉRANCE, sa JUSTICE, son PAPE, son AMOUREUX) que du réel TAROT DE MARSEILLE...

Certains érudits en arrivent à affirmer que le TAROT DE MARSEILLE est une version naïve du Tarot de Gébelin !...

Les milliers d’adeptes d’une secte Rose-croix américaine affirment que le Tarot égyptien de R. Falconnier - alors sociétaire de la Comédie Française, il le publia en 1896 et le dédia à A. Dumas fils - constitue l’original du jeu sacré...

Deux siècles de songes et de mensonges. Des monceaux de livres et de cartes imprimées en quête d’un secret à la portée de tous et n’attendant pour être percé que les flèches d’une lecture correcte : LE TAROT DE MARSEILLE.

[1] Le Code de la Propriété Intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants-cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.

Notes :

[1Le Code de la Propriété Intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants-cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.

Forum
Répondre à cet article
> L’imposture taromantique (Chapitre 3 - suite)
severine - le 26 novembre 2006

Bonjour
Il est bon de faire appel à l’histoire ; mais, l’histoire n’interdit pas l’évolution ! Je dirais même l’évolution est un devoir...si le tarot evolue, se transforme, se redessine...en quoi cela est-il inacceptable ? Nos artistes (peintre, sculpteur..) s’inspirent souvent des Maîtres passés. Qui les condamne ?

Deux mille ans de christianisme ne doit pas interdire l’evolution de l’église ; idem pour le tarot...idem pour tout ce qui nous entoure. L’important c’est que ceux qui l’ont touché et modifié l’aient fait en âme et conscience. L’important c’est que ceux qui n’y adherent point, ne soient pas contraints ! Il me semble que c’est le cas de nos jours.

Mais sans doute, certains d’entre nous, moralisateurs et au dessus de tout soupson, souhaiterions clouer la main de tous ceux qui croient et qui essayent d’avancer. Sous pretexte que des ’charlatans’ s’approprient l’histoire du tarot !
Cordialement

Tarot ou tarots ?
Jehandesfleurs - le 6 avril 2007

Bonjour Séverine,

Peut-au lieu de parler d’évolution devrions nous parler de régression ?

Selon mon idée, et après de très longues années de regard sur les tarots anciens et une partie de la littérature qui leur est consacrée, nous aurions un justement inclus dans des images archétypales une évocation du chemin de l’évolution de l’homme...

Alors pourquoi le transformer au point de parfois renommer des arcanes, les dénuméroter, voire pire. Je crains de n’y voir qu’un but parfaitement mercantile qui par ailleurs fonctionne fort bien, puisque les éditeurs en ont oublié complétement de faire des éditions des jeux les plus anciens pour se consacrer à des éditions multiples d’une rare pauvreté. Oeuvres d’artistes ? Et bien l’art serait-il donc tombé si bas ?

A quand une version restaurée d’un vrai Conver, d’un vrai Dodal, d’un vrai Noblet.

Le tarot ancien existe et se suffit à lui-même, sauf que bien des personnes qui en font l’approche préfèrent avoir une nourriture dilué, hachée, pré-mangeable si je puis dire. Est-ce celà l’évolution ?

Pur sûr les temps changent, vous avez raison et il n’est pas utile de se battre contre cela, mais au moins qu’au minimum on ne massacre pas des oeuvres.

Avez vous vu des Léonard de Vinci, des Titien, des Michel Ange. Imaginez qu’on vous les accroche dans votre salon repeints à la sauce contemporaine, à coup de tags, couteau ! Peut-être ne seriez vous pas d’accord. Imaginez qu’un olibrius aille remplacer les statues de Notre-Dame de Paris par des carcasses de voiture...

Personnellement je comprend un puriste des jeux anciens, j’en ai pour ma part une collection conséquente, tout en ayant quelques jeux récents - sous réserve qu’il soient un tant soi peu esthétiques ;o)

Personnellement je ne m’arrête ici qu’à évoquer la partie technique et artistiques des jeux, tout en sachant que l’auteur de ce rédactionnel développe un point de vue plus large que ce seul aspect.

Je pense qu’il saura apporter un complément d’informations et le remercie de nous faire passer toute sa culture sur ces aspects historiques du tarot, aspect ignorés de la majorité des utilisateurs des jeux récents dont le seul but semble dévolu à la divination.

Fort heureusement les jeux anciens comportent un autre message, je vous souhaite de vous y intérresser.

Jehan

Disponibilités des jeux de TdMs
Laurent EDOUARD - le 7 avril 2007

Bonjour Jehan,

A quand une version restaurée d’un vrai Conver, d’un vrai Dodal, d’un vrai Noblet.

Réponses :

- vous connaissez certainement le fac-similé du jeu de Nicolas Conver (Marseille-1761) disponible chez Héron ?
Il s’agit certainement du plus bel exemplaire complet sur le marché.

- Le TdM de Jean Dodal (Lyon - entre 1701 et 1715) fût lui aussi édité dans une édition industrielle par Dusserre, dans les années 80.
Hélas, cette édition est épuisée. C’est aujourd’hui un jeu de collection assez difficile à trouver.
Vous pouvez cependant vous procurer l’excellente reproduction artisanale des 22 atouts sur le site de JC Flornoy.

- Enfin, le TdM de Jean Noblet (Paris-circa 1650) sera disponible, dans quelques mois au plus tard, dans une édition industrielle complète. Renseignements auprès de JC Flornoy.
Les 22 atouts du Noblet sont également disponibles dans une édition artisanale.

Espérant vous avoir renseigné au mieux, je vous adresse mes meilleurs sentiments,

L.E.

Site letarot.com
du rose sur les visages et les mains
Jean-Claude Flornoy - le 11 avril 2007

Bonjour Laurent, bonjour Jehan,

vous connaissez certainement le fac-similé du jeu de Nicolas Conver (Marseille-1761) disponible chez Héron ? Il s’agit certainement du plus bel exemplaire complet sur le marché.

A ceci près : pour éviter de payer des droits à la BN, l’éditeur à réduit la dimension des cartes de 10%, et, rajouté du rose sur les visages et les mains !!!

amitiés,

JC Flornoy

j’en rougis
Jehandesfleurs - le 16 avril 2007

Jean-Claude merci pour cette remarque ! C’est d’autant plus inadmissible que les cartes comportent le sceau de la BN ! Je savais pour le format, mais cette particularité des visages rosis m’avait échappé avec le temps. De temps en temps, il faut réviser ses classiques, et il manque de puristes pour nous rappeler des éléments essentiels.

A quand donc un Conver restauré, un vrai, copie des originaux façon FLORNOY !!!

Bon à défaut d’un jeu complet, mon préféré de tous mes jeux reste le DODAL en 22 arcanes majeurs de Maître Jean-Claude ;o)

Jehan

TEMPS DE SILENCE (ghislaine)
- le 20 avril 2007

Un temps de silence sur le forum, comme cela fait du bien.
pour ceux (celles) qui auraient des questions sur les sujets qui les interpèlent au niveau "voyance", sans polémique entre nous, je suis prête à reprendre...bien à vous. ghislaine.

MESSAGE d’AMITIE ET DE COMPREHENSION POUR CELESTE (GHISLAINE)
- le 24 avril 2007

Dans la rubrique l’actualite sur le web, vous y trouverez un message adressé à Celeste. peut-être cela aidera aussi nos jeunes voyants (es)
et les lecteurs critiques (tout comme moi je l’ai été) non pas que pour Céleste mais aussi pour les voyants amateurs-ou professionnels qui n’ont pas eu son courage. bien à vous. ghislaine. medium depuis 30 ans.
écriture automatique. message qui je souhaite va "remettre un peu d’ordre" sur le sujet des élections.merci à toutes et à tous et à O.V.
j’avais déjà donné mon avis sur les prédictions publiques et "le danger que cela pouvait comporter) mais à chacun (e) son trajet. je fais ce que je peux, ou plutôt ce qui m’est donné de faire. bien à vous. Ghislaine

Les TdMs historiques
Laurent EDOUARD - le 7 avril 2007

Bonjour,

[Séverine] Bonjour Il est bon de faire appel à l’histoire ; mais, l’histoire n’interdit pas l’évolution ! Je dirais même l’évolution est un devoir...si le tarot evolue, se transforme, se redessine...en quoi cela est-il inacceptable ? Nos artistes (peintre, sculpteur..) s’inspirent souvent des Maîtres passés. Qui les condamne ?

[L.E.] L’évolution est dans la Nature, ce n’est pas l’Histoire ni un devoir. L’évolution est incontournable. Réviser l’histoire ça s’appelle le révisionnisme. Nous en connaissons les dangers.
Le TdM n’est pas une oeuvre d’art ordinaire mais un enseignement ancestral. Ses images prennent sens et s’adaptent à notre époque sans qu’il soit nécessaire de les bricoler. Car... le Tarot vient du futur. (CF. Tchalaï - Le tarot, pourquoi, comment, jusqu’où - Notice Grimaud 1981.).

"Contrairement à tous les exégètes, qui tentent de justifier le Tarot comme survivance du passé, on peut montrer aujourd’hui que le Tarot vient du futur, parce que ses niveaux de signification apparaissent de plus en plus et tendent à une sorte de perfection, sans que le code ne soit modifié en quoi que ce soit".

[Séverine] Deux mille ans de christianisme ne doit pas interdire l’evolution de l’église ; idem pour le tarot...idem pour tout ce qui nous entoure. L’important c’est que ceux qui l’ont touché et modifié l’aient fait en âme et conscience. L’important c’est que ceux qui n’y adherent point, ne soient pas contraints ! Il me semble que c’est le cas de nos jours.

[L.E.] Les églises meurent. Elles n’ont pas su s’adapter à l’évolution de notre monde. Le Tarot de Marseille n’est pas une Eglise même si certains occultistes ont tenté d’en faire une en détournant ses images pour les faire coller à leurs dogmes. Le Tarot de Marseille est l’élément privilégié de la transmission des connaissances occidentales. Il en est la synthèse la plus juste. Impossible d’y toucher sous peine d’être un mystificateur.
Imagineriez-vous un instant ré-écrire le Yi-Ching et le réviser ?
Absurde !

Voici ce que m’en a appris Charly, un initiable parmi tant d’autres croisés sur mon chemin au fil du temps :

Notre Tarot représente la vision occidentale d’une tradition universelle où la terre est carrée (les 56 enseignes et honneurs marqués par le nombre 4) et le ciel rond (par les 21 triomphes marqués par le ternaire et le septénaire).

Dans l’ancienne Chine à l’Occident très chrétien, le ciel est rond et la terre carrée.
Le jeu de l’Oie est constitué de 9 fois 7 cases, avec 7 oies et la 7ème oie couronnée.
La Marelle nous indique 7 marches vers le Paradis et il n’y a que 7 Tarots dans notre jeu.
Pour les Compagnons de la pierre se célèbrent les 3 lumières et les 4 couronnés, dans l’ancienne règle du Tarot, il y a 3 bouts et 4 ROYS pour former les 7 Tarots.

C’est là invitation à abandonner notre vision linéaire, à 2 bouts, objectivité et subjectivité, du champs des 4 éléments de la matière et notre carré existentiel (56 en Tarot, 64 aux échecs).

Accéder à un champ de conscience à 3 "bouts", le triangle équilatéral, c’est accéder au cercle, au Ciel, à la vision non dimensionnelle où les ressources du principe de complémentarité permettent d’opposer par COUPLES (d’où les mariages du Tarot) les termes antagonistes dans leur affrontement d’apparences contradictoires pour les RETOURNER vers l’Unité. 3 avec le ternaire, la temporalité se résorbe, l’optique du déterminisme s’évanouit, les images fallacieuses d’un itinéraire mystique, d’étapes, d’épreuves, disparaissent du champ de conscience de celui qui se croyait un "pèlerin de l’Absolu". (Roger Godel)

Et vous croyez peut-être pouvoir faire évoluer ça ?

Nos maître-cartiers avaient la maîtrise d’une tradition, d’une technique et d’un langage pour véhiculer cette tradition. Le respect et l’aptitude à voir préservent le message et garantissent son authenticité. Touchez un seul détail du jeu et l’édifice s’écroule.

[Séverine] Mais sans doute, certains d’entre nous, moralisateurs et au dessus de tout soupson, souhaiterions clouer la main de tous ceux qui croient et qui essayent d’avancer. Sous pretexte que des "charlatans" s’approprient l’histoire du tarot !

[.E.] Il ne s’agit pas de morale mais de préservation d’un héritage séculaire.
L’histoire du Tarot ne s’approprie pas, elle se transmet.
Les "charlatans" du Tarot (qui croient pouvoir faire avancer/evoluer/manipuler ses images) n’en connaissent pas l’histoire. Jean Noblet (circa 1650 - Paris- ) leur a réservé son doigt d’honneur (voir LL BATELEVR). Tout était déjà pensé... puisque "le tarot vient du futur".

"Certains ont même poussé la complicité avec leur EGO jusqu’à fabriquer depuis la nais­sance du Tarot de Marseille, d’autres images, ou d’autres noms, ou d’autres chiffres qui leur paraissaient plus appropriés que celles et ceux du Tarot de Marseille, ou en y ajoutant des séries de symboles empruntés à leur tour aux autres vocabulaires de la Tradition, faute d’avoir été assez humble devant l’héritage du passé, le seul qui vienne aussi du futur".

Tchalaï-1981-

Cordialement,

Laurent EDOUARD

Copyrigt 2007

Restons modestes !
Jean-Claude Flornoy - le 10 avril 2007

Chaque fois qu’il a été tenté de "moderniser", de créer un tarot nouveau ou de retrouver le tarot originel, le "moi tyrannique" a toujours pris le dessus et nous a abreuvé de son idiosyncrasie. Restons donc modestes et contentons-nous de respecter nos sources.

Cordialement,

Jean-Claude Flornoy

> L’imposture taromantique (Chapitre 3 - suite)
Oriane - le 4 septembre 2006

Votre travail de recherche historique et symbolique est remarquable.
Et je pense sincèrement que n’importe quel "tarologue" (quelque soit le sens que l’on met derrière ce terme) se devrait de connaître cette Histoire.

Néanmoins j’étudie le Tarot depuis de nombreuses années et j’ai du mal à comprendre le dédain, voire le mépris et la condamnation sans appel et souvent verbalement très violente que les spécialistes du tarot de Marseille historique portent sur les versions ultérieures (je ne parle pas des créations "artistiques" et totalement profanes qui sortent de façon exponentionnelle aux Etats-Unis par exemple, mais des tarots qui sont des oeuvres spirituelles ou occultes, ou du moins qui fournissent une relecture sémantique du tarot et non seulement artistique).

Certes dans ce cas la revendication du nom de Tarot de Marseille est usurpée et je suis moi aussi énervée par ces expressions dignes du marketing le plus trivial de "authentique tarot de marseille" ou "reconstruction historique du tarot de Marseille". Il s’agit souvent d’un leurre et d’un signe de mauvaise foi.

Mais depuis le Noblet par exemple, l’humain a changé, notre vision du monde, de l’histoire et du Divin ont changé, l’homme a quitté le géocentrisme, a décomposé l’atome, et s’est mis à "relativiser" sa perception de la réalité.
Le Dieu d’un contemporain de Noblet n’a plus rien avoir avec le Dieu d’un catholique d’aujourd’hui, la divinité dans son ensemble n’apparaît plus aujourd’hui de la même façon à nous autres humains.

Nos livres d’astromonie ont changé, nos manuels de psychologie ont changé, nos systèmes politiques ont changé.
Pourquoi seul le Tarot DEVRAIT rester identique ?

Le Tarot de Crowley (par exemple et pour ne pas être trop longue) marque une étape importante de l’évolution de la pensée humaine.
Et s’il n’est plus un Tarot de Marseille, il est, à mon sens, à respecter pour sa valeur.

Etre attaché à retrouver le Tarot de Marseille original est une démarche admirable et passionnante, mais pourquoi nécessairement estimer qu’il est le seul valable ou le "mieux".
Il est une version parmi d’autres d’un message éternel et universel, écrit pour être lu par des gens de son époque ou par ceux qui s’y retrouvent.
Laissons donc la liberté à chacun de réécrire ou de relire ce message à la lumière de siècles d’histoire humaine et spirituelle qui font aujourd’hui partie de notre inconscient.

Très cordialement

> L’imposture taromantique (Chapitre 3 - suite)
Laurent EDOUARD - le 10 septembre 2006

Chère Oriane,

vos propos sont pleins de bon sens et de sagesse.
Je vous remercie pour cette intervention enrichissante.

Si vous le souhaitez, nous pouvons échanger de vive voix quelques idées ;-)
Vous savez certainement comment me joindre, sinon utilisez Google ;-)

Recevez, chère Oriane, mes pensées les plus lumineuses,

Laurent EDOUARD

> L’imposture taromantique (Chapitre 3 - suite) : source du tarot
Laurent FLAMAND - le 6 août 2005

Je ne puis que vous féliciter pour cet éclairage historique objectif quant à la matière du tarot.

D’autant que cette histoire est asphyxiée par des théories diverses sur le sujet.

Ces théories et « philosophies » en question constituent un labyrinthe dans lequel le chercheur authentique ne peut que se perdre à défaut d’être « guidé » correctement…

Effectivement, l’occultisme de tout bord du 19ème siècle fut une production étonnante et déconcertante de prétentions à la connaissance de la source originelle du tarot.
Il est incontestable que ces sociétés secrètes revendiquaient chacune sans exception la paternité d’un « décodage véritable et intrinsèque » du tarot.

Ceci sur des bases de recherches motivées par un certain imaginaire et l’avidité de pouvoir de leurs membres respectifs, qui ne détenaient d’ailleurs pas plus que les autres de preuves historiques de ce qu’ils avançaient.

Ce que l’on observe aujourd’hui, c’est la continuité en la croyance de ces hypothèses, illustrées par des tarots modifiés par des touches personnelles d’éditeurs ou de prétendus professeurs de tarot…

L’on peut subodorer quelques manifestations sectaires. Observons nous-mêmes.

Dans votre article, vous indiquiez que la maçonnerie a généré ce flot de transformations des images du tarot historique (cf Court de Gébelin).
Cela est exact. Comparez un Noblet (1650) ou un Dodal par exemple avec un Convers (1761) plutôt maçonnique et vous trouverez dans ce dernier ces modifications dont il est question.
Et toute une littérature qui en découle.

Ce qui indique par extrapolation que la Franc-maçonnerie s’est bel et bien appropriée le support du tarot…

Pour terminer, il est intéressant de chercher l’origine des choses, de procéder à des hypothèses mais pas de conclure arbitrairement.

Puisque le tarot produit conséquemment un impact sur le psychisme humain, bien des hommes l’ont et l’utilisent à leur escient égotique.

Reprenons parmi les plus anciens tarots historiques ; le Visconti-Sforza (15ème siècle, Italie), le Jean Noblet (Paris), le Dodal (Lyon) etc. Ces tarots permettaient de jouer le premier à la Cour royale italienne, les seconds au bistrot…
Il s’agit de jeux ; de jeux de rôles vous me direz qui permettaient à ses manipulateurs de se refléter dans les images des cartes (même si l’on pratiquait déjà à l’époque une forme discrète de divination).

Mais à la différence des « tarots de sociétés secrètes », les individus ne trouvaient que leur vérité intime par le tarot, mais pas une vérité imposée.

C’est sans doute ce que les « anciens », qui n’ont d’ailleurs pas écrit sur le tarot, ont voulu nous faire comprendre ce que l’on ne souhaite toujours pas comprendre.

Pour les cartes plus récentes, plus modernes, on peut les trouver à son goût.
Il est également question d’attraction intime avec la psyché ; importante dans les phénomènes de voyance mais sans élucubrer et errer intellectuellement…

Professionnels testés et accrédités

Les promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.10
Hébergeur : Serveur dédié OVH