...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
Médiumnité-Entités-Contact

...démystifier le monde de l’au-delà et les différentes spéculations révélatrices ou supposées...

Article mis en ligne le 24 mai 2005

par Marie-Josée Lupfer
logo imprimer

Les mondes visibles et invisibles forment, en substance, un tout cohérent dans la mesure où l’interpénétration est omniprésente.

Motivation de tout canal qui se respecte, celle entre autres, de pouvoir démystifier le monde de l’au-delà et les différentes spéculations révélatrices ou supposées.

Mais à mon sens, il est judicieux de débuter le débat en se basant sur des préliminaires précis.

Les mondes visibles et invisibles forment, en substance, un tout cohérent dans la mesure où l’interpénétration est omniprésente.

La réalité tangible manifestée par la relativité dans toute sa splendeur, pourrait n’être que le reflet "presque parfait" de l’immensité indescriptible, du moins à nos sens objectifs, d’un univers illimité en théorie, mais bel et bien borné pour notre compréhension humaine.

Ainsi se pose cette sempiternelle question :
- Comment mesurer l’immesurable ?

Tout n’est que vibrations au sein du macrocosme comme au sein du microcosme.

Mais ces particules ne sont pas inertes.
Elles se distinguent par leur luminosité plus ou moins intense, leur densité, ainsi que par leur vitesse de propagation dans l’espace.

Personnellement, je les nomme "entités" (Identités sans individualité propre).
Ces dites « entités » (énergies) qui ne connaissent et ne transmettent ni mots et ni images, émettent des vibrations, lorsque que le canal est connecté bien sûr.

Deuxième étape, étroitement reliée à la précédente :
Les effets de ces "entités" sont captées par le subconscient pour intervenir au niveau de la conscience objective qui, elle, est susceptible de traduire ces impacts vibratoires par des mots et/ou des images compréhensibles, ainsi que par des sensations.

Reste au point de vue fondamental, l’éveil réel de facultés requises, celles susceptibles de donner naissance à un contact si possible positif :
L’ouverture de conscience (L’état d’esprit), mais avant tout de grandes qualités charismatiques envers soi, comme envers son prochain.

A mon humble avis, il ne s’agit en aucun cas d’un apprentissage bien ciblé, mais plutôt d’un éveil graduel (Connaissance ou reconnaissance de ses facultés, éveil de la compassion, etc...).
Dur labeur au quotidien afin d’aiguiser toujours et encore notre sens de l’observation.

Observation, tel est bien le terme approprié en matière de médiumnité, qui ne s’apparente pas à de la curiosité malsaine, mais plutôt qui fait intervenir un regard plus profond afin de comprendre l’être tel qu’il est réellement, pas seulement en fonction de son paraître (Constat également émis pour soi-même).

Médium pourrait se définir par "milieu" ou "entre deux", sans jamais perdre de vue, à une échelle plus grande, que le canal en connexion ne fait plus "qu’un" de façon provisoire avec les entités.

Fort heureusement, la conscience conserve un oeil vigilant pour limiter toute dérive, même si celle-ci se garde de toute interprétation pouvant découler du raisonnement de l’individu, logique dans un sens, mais source d’erreurs car limité sur le plan terrestre.

En clair, c’est le consultant qui s’arroge le droit d’interpréter, d’assembler les différentes pièces du puzzle en un tout cohérent, car il reste le Maître de sa Destinée.

Marie-Josée Lupfer - Médium

Forum
Répondre à cet article
Voyant et ou médium
Any Kler - le 27 juin 2014

La médiumnité c’est savoir écouter entre les phrases prononcées.
C’est recevoir un courrier audio qui ne nous est pas forcément destiné
En état de médiumnité on est présent physiquement, pas mentalement !
Etre médium c’est avoir une vision, une image ... qui n’a rien à voir avec la voyance à priori.
La médiumnité c’ est plus un outil de communication qu’un moyen de prédiction, en revanche cet état favorise la sensibilité chez le praticien voyant dans toutes disciplines confondues .
Certains tarologues, astrologues, numérologues et autres... en dehors d’être médiums sont d’excellents prédicateurs !
Bonjour à tous les amis du site et bien sur à Mr Jean Sula
Any Kler

Voyant et ou médium
de Carli - le 3 juillet 2014

Le médium doit être capable de traduire par les moyens qui lui ont été donnés les symboles que ce soient des mots, des phrases, des codes, des contextes. Le médium connait son Guide car c’est à Lui qu’il est relié. Il peut sentir des odeurs, entendre, écrire par la main de son Guide.
Son rôle est d’apporter ce qu’on lui communique ou transcrit, les éléments qui lui sont apportés afin d’en faire une consultation cohérente.
Des messages flous peuvent être malgré tout révélés mais il y aura toujours un jour ou l’autre une explication.
le médium, c’est rare peut avoir une consultation où rien n’est communiqué c’est que le consultant n’est pas prêt à entendre ou simplement il y a des vies qui n’ont pas besoin d’une consultation. Cela peut être frustrant, mais si le médium est honnête ce sera à lui de ne pas conduire la consultation ou la proposer ultérieurement.le médium doit avoir une éthique : l’honnêteté. Bien à vous. Ghislaine

> Médiumnité-Entités-Contact
shipoutaw - le 2 août 2005

vraiment très intéressant cet article. Mais comment savoir si l’on ne se trompe pas, c’est à dire savoir faire la différence entre notre inconscient qui pourrait nous jouer des tours et un "don" de médiumnité ?? personnellement, ma mère (décédée depuis 3 ans) communique avec moi, par la vie quotidienne, mais j’avouerai que je l’ai entendue plusieurs fois et un médium me la confirmer (sans que je lui ai dit quoique ce soit)... A savooir que je fais des études d’infirmières et que j’ai vu beaucoup de gens en psychiatrie parlant de voix dans leurs têtes... comment savoir si je ne fais pas fausse route ??!! merci de m’éclairer

> Médiumnité-Entités-Contact
Florinda - le 3 août 2005

certains perçoivent la schizophrénie comme une maladie, d’autres comme un état médiumnique déréglé.

toujours est-il qu’en dehors d’une incapacité de maîtriser leurs émotions, ils ont une sensibilité très accrue par rapport aux choses, même si la plupart du temps les mots qu’ils utilisent pour l’exprimer n’ont pas de sens a priori.
les flux électriques que sont les pensées sont une énergie très imposante chez eux. et il va sans dire que la parole en ressent les conséquences puisque le système nerveux de la parole subit ces flux.

quand les psychiatres pensent voir des démences, des psychoses que l’on matraque à coup de neuroleptiques, d’autres pensent à la manifestation du bas astral.

que croire.

et bien en réalité. on demande trop à ces gens de penser qu’ils sont fous. même si ce n’est pas dit ainsi, tous les propos des médecins et de la famille souvent désoeuvrée, maladroite, d’aucune aide, l’y incitent.
je crois que même si la psychose est le mot juste, on ne voit pas assez ce que veulent exprimer les schizophrènes, ce qui les ronge, ce qu’ils perçoivent.
et je peux affirmer que la majeure partie ont une intuition sans faille. la différence avec des personnes dites normales et sensitives, c’est qu’ils vivent par le corps et l’esprit toutes leurs intuitions. toute sensation, toute vibration est assimilée. et aucun médicament ne pourra leur apprendre à gérer ça.
ils ont peur, et plus on leur dit qu’ils sont malades, plus ils ont peur que la vie leur échappe et plus ils paniquent.

d’ailleurs, en apparté, ne pas confondre psychopathe et schizophrénie. car si les médias donnent des informations erronées, les médecins le font plus encore.

parfois, ils parlent, ils utilisent un vocabulaire incompréhensible, car incohérent apparemment... mais leurs mots ne sont rien. ils suffit de leur laisser du temps. car en général ils n’arrivent pas à faire des phrases sereinement si leur cerveau s’emballe.

en somme, médiums ou malades ?

je dirais les deux, médiums dans l’âme avec une âme souffrante. des névroses, des peurs, des angoisses... un tout qui fait mal.

Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Jean - le 22 août 2005

Schizophrène, qui es-tu ?

À l’occasion de mes multiples déplacements, j’eus l’opportunité de rencontrer à plusieurs reprises des jeunes atteints de cette maladie désignée par la médecine sous le vocable « schizophrénie ». Les jeunes en question semblant pour la plupart fortement affaiblis et diminués dans leurs réactions physiques et mentales. Quasiment abrutis par des médicaments qui les rendent amorphes, ils sont déboussolés et souvent déroutés face à des spécialistes qui les prennent pour des fous, ou qui leur font comprendre que leur cerveau est en dysfonctionnement, voire qu’il est incomplet (ce dernier terme étant un doux euphémisme). Ces médecins sont des individus dangereux, ils traitent par la psychiatrie un problème d’un autre ordre. Ils sont incapables de réduire ou d’éliminer les symptômes autrement que par l’administration de neuroleptiques, antidépresseurs et autres « merveilles » du genre, dont les effets secondaires s’avèrent terrifiants sur le long terme. En fait, ils ne savent pas et tâtonnent, essaient, expérimentent. Le cobaye est docile ! Dommage de s’en priver ! Pourquoi se bornent-ils à cet orgueil savant ou à leurs connaissances qu’ils savent limitées ? Ils ne veulent pas savoir par peur de l’inconnu, qui les rend impuissants et terrasse leur science. Mais savoir quoi au juste ?

Je prendrai pour exemple le cas d’un jeune schizophrène qui s’est confié à moi de façon impromptue. Il avait pour une fois rencontré quelqu’un qui l’écoutait et le comprenait. Il en était visiblement heureux et resplendissait de bonheur. A ses yeux, je n’étais pas le soignant tout puissant qui écrase l’ignorant du haut de sa chaire et de son savoir, mais simplement quelqu’un épousant son vécu et partageant sans aucune hésitation les causes de sa souffrance. Ce garçon entendait très clairement des voix plutôt mauvaises et négatives, provenant du monde invisible. Il était et demeure à son corps défendant, un médium clairaudient, incapable de gérer cette pénible faculté d’origine obscure. L’une des voix lui disait avec grande insistance d’aller se suicider. Une autre l’enhardissait assez régulièrement, toujours à la même heure, de se saisir d’une arme et d’aller tuer des gens, gratuitement, sans motif, si ce n’est simplement celui de faire du mal. Cet exemple n’est pas malheureusement un cas isolé et débouche parfois sur une tuerie incompréhensible. Qui n’a pas en mémoire ce type de drame, lié selon la médecine et la justice à une crise de démence, alors que l’auteur est souvent dans la vie courante reconnu sain de corps et d’esprit par ses proches ou ceux qui le côtoient ?

Pour revenir à notre schizophrène, celui-ci était envahi, infesté par les voix de ces esprits errants qui le traumatisaient, profitant certainement d’une grande faiblesse. Son psychiatre affirmait qu’il inventait tout ça, et qu’il était victime d’hallucination ou de « délire mystique » venant de son cerveau. Honteusement, le jeune homme, écrasé par le roi de la médecine mentale baissait la tête, coupable qu’il était d’avouer ses perceptions. Il n’osait plus rien dire de peur de fâcher le « savant ». De fou qu’il n’était pas, il allait devenir, et occuper bientôt une place à l’asile ! Où se cache le perfide ? Qui a besoin de soins ? Et les médicaments pleuvaient à tour de bras, alors qu’il n’en demandait pas. Il attendait autre chose de la part d’un médecin qu’il avait en estime, mais qui malheureusement était incompétent pour traiter son problème. Il souhaitait avant tout que le praticien fasse preuve d’humilité, et produise un honnête et gigantesque effort de compréhension. Pour résumer, le schizophrène voulait être reconnu « normal » par son environnement.

Malheureusement pour lui, les études du psychiatre n’avaient pas abordé la question sous cet angle, et pour cause ! Il était donc temps d’éclairer le « malade » et de lui prodiguer rapidement et bien sûr gratuitement, les moyens les plus simples pour se libérer, par lui-même, des esprits obsédants. Fort du message reçu quelques jours plus tôt, et des conseils transmis par le docteur Alzheimer au cours d’une communication consignée dans mon premier ouvrage, j’appris à ce jeune une courte prière d’exorcisme à prononcer avec foi, fermeté et force de conviction, au nom du Christ Jésus, grand exorciste de son époque. C’est bien sûr ce qu’il fit dès les jours qui suivirent et qu’il élimina, peu à peu, toutes ces voix dérangeantes qu’il pouvait et devait maîtriser. L’une d’entre-elles s’effaça d’ailleurs presque instantanément, elle avait compris que la supériorité avait basculé et changé de camp. En effet, le jeune schizophrène, hésitant pour modifier sa position et prendre un ascendant « hiérarchique » sur l’intrus, devint dominateur et s’imposa sans faiblir avec l’appui de Dieu.

Prenez désormais connaissance du message reçu le 14 septembre 2003. Quant à vous, schizophrènes, esprits très évolués : ne tombez plus dans le piège que vous tendent des esprits limités. Ils sont jaloux de vous et ne désirent que votre perdition. Soyez forts et conscients de votre puissance spirituelle et de grâce, ne vous laissez plus impressionner ni manipuler par tous ces magiciens aliénistes qui jonglent avec la vie, qui jouent avec le feu, et vous « sacrifieront » sur l’autel de leur science !

Le schizophrène est un esprit évolué, mais il est perturbé par l’utilisation anarchique et involontaire de ses facultés sensorielles, supérieures aux organes qui génèrent les cinq sens, c’est à dire les facultés propres à son âme.
Être schizophrène, c’est être prisonnier d’un réseau de communications avec le monde invisible, qui n’est pas structuré ni organisé de façon cohérente. En conséquence, celui qui est pourvu de ce type de réseau s’en trouve très malheureux parce qu’il ne sait pas comment agir pour faire taire certains correspondants, ou pour en appeler d’autres. Rester dans cet état peut, en effet, conduire la personne atteinte de ce dérèglement médiumnique à vivre des situations très désagréables. Les esprits de toutes catégories se manifestent à elle parce qu’ils cherchent toujours un canal pour s’exprimer. Cela est surtout vrai pour les esprits des fréquences inférieures.

Le schizophrène a donc de fortes chances d’entendre plutôt ces esprits, parce qu’ils sont très proches de la terre et s’amusent comme ils le peuvent. Cependant, ils ne sont pas conscients, pour certains, du mal qu’ils font en agissant ainsi. Ils échappent tous à la hiérarchie spirituelle, et se livrent aux pires excès qui vont parfois jusqu’à manipuler un être faible en le conduisant jusqu’au suicide.

Les possibilités de guérison du schizophrène ne passent pas par l’absorption massive de ces médicaments chimiques, écrasant l’esprit et transformant le soi-disant malade en une véritable légume, afin d’anéantir ses perceptions. Il faut, au contraire, lui expliquer ce qui se passe réellement, et l’aider à gérer tout le désordre auquel il est confronté. Il faut que la personne soit sensibilisée à ses réelles possibilités de guérison si elle arrive à contrôler ces voix qui l’obsèdent, et qui pour la plupart lui font peur. Il faut que toute personne atteinte par ce problème ne soit plus en situation de faiblesse. Bien au contraire, le schizophrène est un être spirituellement très évolué, qui peut et qui doit s’opposer avec une grande autorité à ces esprits invisibles qui le perturbent, en leur imposant le silence et le respect.

Pourquoi certains esprits évolués sont-ils désignés comme étant schizophrènes, et d’autres ne le sont pas ? C’est une grande interrogation, mais nous allons y répondre.

Les êtres qui sont sensibles aux voix et aux manifestations du bas astral ( lesquelles sont très souvent éprouvantes et traumatisantes pour la personne qui les reçoit ) sont des esprits prisonniers d’un douloureux passé spirituel, qui les a mis dans une situation de vulnérabilité excessive. Ils ont vécu la peur dans une vie antérieure. Ils ont été placés dans les pires situations qu’un être normalement constitué ne pouvait supporter. Presque toujours, ils ont subi des sévices physiques et moraux et sont devenus des esclaves de l’esprit humain. C’est à dire qu’ils ont subi la domination outrageante d’êtres ignobles et sans scrupule. Ces esprits ont été affaiblis par ces expériences de vie, mais ils ont également développé de grandes facultés de résistance et de communication avec le seul être susceptible de les comprendre et de les aider : Je parle de leur guide spirituel ou de leur ange gardien.

Ces expériences douloureuses les ont suivis, et les suivront jusqu’au terme de leurs multiples vies. Cependant, il faut comprendre qu’un schizophrène est souvent à la fin de sa vie spirituelle, c’est à dire de ses multiples vies, lorsque de telles souffrances se manifestent. Il est toujours fragile et se met sans en être conscient, sous la tutelle de l’autorité la plus négative du monde invisible. Je parle de Satan : cette force noire qui ne souhaite que le mal, et qui s’empresse de se manifester auprès de tous ceux qui sont en situation d’extrême fragilité psychique.

Il est plus facile d’en sortir lorsque la personne atteinte n’est pas schizophrène. Et pour cause, elle n’en perçoit que la pensée et reste donc moins facile à atteindre. Celui qui perçoit la voix de façon très claire est beaucoup plus vulnérable, parce qu’il croit se retrouver dans la situation de soumission précédemment décrite, dont le souvenir est inscrit dans la mémoire de son âme.

Le processus de guérison est donc simple et complexe à la fois. Il passera toujours par l’écoute et par la compréhension du possédé, parce qu’il s’agit en l’occurrence d’une véritable possession. Elle n’est surtout pas à prendre à la légère. Bien sûr, les cas sont divers et ne présentent pas tous les mêmes symptômes, mais le fond du problème ou la cause est identique. C’est la raison pour laquelle le traitement passe obligatoirement par une compréhension objective, traduite dans les moindres détails à la personne qui souffre. C’est la seule possibilité qui s’offre à elle de se sentir soutenue et renforcée dans son propre combat intérieur qui consiste à éliminer les voix perturbatrices, et à se débarrasser définitivement des intrus qui s’emparent de façon intempestive, de son esprit. L’être soumis à de telles agressions ne peut résister très longtemps, surtout si le traitement qui lui est proposé est exclusivement chimique. Le traitement psychiatrique doit passer par la compréhension spirituelle des manifestations. Elles ne proviennent pas du cerveau comme le pensent les médecins, mais se produisent au contraire par le processus d’écoute télépathique ou clairaudient du corps éthérique. Il faut donc que le traitement soit approprié à celui qui est la cause du désordre, et non à celui qui ne l’est pas.

Sachez, savants psychiatres, que si la folie se manifeste chez une personne schizophrène, la cause est essentiellement liée à l’absorption de vos médicaments chimiques qui ne font que détruire. Rien de ce malaise observé ne peut être guéri de la sorte. En agissant ainsi, vous réduisez l’être à l’état d’esclave. C’est à dire que vous relayez avec une méthode de soins uniquement chimique, les méfaits de l’action occulte et invisible précédemment décrite. Le cercle est très vicieux. Oh ! Bien sûr, vous n’êtes pas responsables puisque vous ignorez pour la plupart l’existence de cette influence, malgré tout ce que vous entendez de la bouche même de vos patients. Mais il faut que vous sachiez à partir de maintenant inverser la tendance : alterner soins physiologiques et spirituels, et progresser lentement mais sûrement vers une nouvelle thérapie.

Notre souhait le plus cher est celui-là, et ainsi, l’évolution que vous observerez ou plutôt que vous reconnaîtrez chez vos « malades » ne pourra qu’être bénéfique à la vôtre. Je parle non seulement de l’action thérapeutique, mais également et surtout de votre progression spirituelle commune. Prenez le risque, à partir d’aujourd’hui, de vous lancer dans cette merveilleuse aventure qui vous est proposée, et ne soyez pas inquiets si vous en prenez le chemin parce que votre réussite en sera le couronnement. Soyez certains que votre nouvel engagement sera honoré par tous vos patients. Ne restez pas plus longtemps les bras croisés ou dans l’expectative : ils vous attendent !

Pour terminer, je dirai ceci : les schizophrènes sont des êtres merveilleux d’amour et lumineux dans toute leur splendeur. Ils doivent lutter eux-mêmes contre les esprits sombres qui les réduisent à l’état d’esclaves, et savoir qu’en agissant avec la foi d’être vainqueurs, ils s’en débarrasseront définitivement sans aucun secours thérapeutique médicamenteux.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
- le 25 août 2005

Cher "Puit de science", Monsieur ou Madame "Je sais tout",

Je trouve votre intervention extrêmement dangereuse d’affirmations, disons tirées par les cheveux. Nul besoin de vous contredire quand vous affirmez que les schizophrènes sont des êtres merveilleux. Tout être humain a un potentiel de merveilles.... Cependant, je suis horrifiée en lisant vos remarques sur la psychiatrie et la médecine. Cher (e) ami (e), qui semblez si bien connaître la schizophrénie, comme vous devez parfaitement le savoir, il n’y a pas qu’une sorte de schizophrénie mais plusieurs. Cette maladie ne se résume pas seulement à entendre des voix, mais plusieurs autres variétés existent. Je ne vais pas rentrer dans les détails ici puisque vous semblez tout savoir. Certains schizophrènes sont effectivement excessivement dangereux pour eux mêmes, et/ou leur entourage. Qu’il y ait une histoire de communication avec le bas astral, ou de possession ne se discute pas ici. Car ni vous, ni moi, ni personne ne peut en apporter la preuve. Cependant, ce qui est indiscutable est le risque de suicide, d’automutilation, d’agressivité extrême, de meurtre, de viol, ... et bien d’autres horreurs. Si ces malades ne recoivent plus les traitements psychotropes qui leur sont adaptés, parce qu’ils sont merveilleux de lumière et qu’il faut écouter leur spirit, allez-vous alors cher (e) intervenant (e) répondre personnellement de leurs actes violents ??? Allez vous prendre sur vous les meutres, les viols, ... qu’ils commettront ??? Allez vous vous sentir responsable de leur suicide ???? Comment peut on simplement blâmer un médecin de prodiguer les soins adaptés à son patient ? Si ce sont les psychotropes qui arrivent à "socialiser" ces malades, vous n’avez aucun droit de les critiquer. Au contraire, je trouve que votre intervention est insidieusement dangereuse pour les personnes venant sur ce forum et n’ayant pas les ressources soit intellectuelles soit culturelles d’analyser vos remarques. Comme j’ai pu le constater à maintes reprises, certaines personnes postant des messages sur ce forum semblent être atteintes d’une certaine fragilité (pour ratisser large). Ce sont ces gens là qui risquent de prendre vos affirmations pour argent comptant... et pourquoi pas arrêter leurs traitements si toutefois ils en suivent un !
Je ne condamne aucunement votre liberté de penser et d’expression. Ce que je trouve intolérable, c’est le fait d’affirmer avec véhémence, des vérités qui n’en sont pas. On peut exprimer sa pensée en disant "je pense que, il se pourrait que, interrogeons nous sur..". Mais sûrement pas en induisant les faibles vers une erreur non réparable.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Florinda - le 3 septembre 2005

je ne crois pas qu’il faille être si véhément quant à ce sujet très controversé malgré tout. si je retiens une chose de mon contact avec des schizophrènes, c’est bien leur humanité, leurs émotions exacerbées.
le sujet n’étant pas la psychiatrie je ne m’étalerais pas davantage. mais le corps psychiatrique tend vers la réinsertion des électrochocs. et rien que cette pensée laisse à croire à une régression certaine.
la psychiatrie manque cruellement de pédagogie, de recul et d’ouverture. La connaissance ne réside pas qu’en un savoir unique, qu’en une vérité. je crois qu’il faut réellement peser nos arguments avant de s’avancer quant à la définition de la schizophrénie qui n’est autre qu’un ensemble de troubles tout à fait gérables pour certains. chacun a sa schizophrénie et l’écoute de chacun est indispensable afin de bien la comprendre. la négligence du domaine psychiatrique sur ce point pourrait avoir des conséquences fâcheuses.

le sujet pourrait être tout à fait en rapport avec l’article Marie-Josée Lupfer. car nous sommes bien loin de connaître toutes les causes des phénomènes que subissent les schizophrènes. d’ailleurs leur état d’esprit n’étant pas plus ni moins choqué par la crise économique et sociale et une tendance à la perdition, à l’abandon, à la dérive sociale et psychique, il est normal que la soumission soit de rigueur dans leur manière de supporter leurs crises, leurs symptômes etc. autant que pour les dépressions.

je pense que nous devrions davantage envisager des raisons et rationnelles et irrationnelles, une réflexion alternative et moins rigide. après tout la rigidité a couté la vie de bien des Hommes depuis des siècles. des fausses croyances émanent également des "non malades" en raison d’une ignorance. et c’est normal. les choses, les mentalités, la science évoluent. et chaque temps à ses fausses croyances telles que le géocentrisme, la forme de la terre, le mode de transmission du sida etc etc. toute chose mérite réflexion. si une vérité est affirmée par une majorité a priori compétente, posons nous la question de savoir s’il n’y a pas d’autres possibilités.

il n’y a pas besoin d’être supra cultivé, instruit pour émettre une hypothèse, une réflexion censée. car si toute pensée était réservée aux experts alors on se situerait dans une société élitiste, loin de la démocratie.
l’intelligence permet en dehors de toute culture de penser par soi même et de réaliser combien nous sommes parfois dirigés, ne serait ce que par les médias. ces derniers véhiculent tant d’idées souvent fausses ou des vérités déformées. l’individu est donc tenu de prendre une distance vis à vis de ce que les experts affirment. c’est un recul nécessaire, non une contradiction totale mais un possible enrichissement.

on ne peut se permettre de créer un monde avec ceux qui savent a priori de part leur statut et diplômes et ceux qui doivent se taire.
les médias, et je les cite encore car ce qu’ils diffusent est souvent assez scandaleux lorsqu’on est placé d’un autre point de vue, dramatisent énormément de chose. nous vivons dans un monde d’apparence, de voyeurisme et de profit. donc les esprits intelligents (pas savants, intelligences émotionnelles, intellectuelles confondues. j’en souris parce que cette phrase est pédante :) mais soyons intelligents, cherchons à comprendre et à savoir au delà des apparences) sauront s’ils se donnent la peine de penser par eux mêmes ce qu’impliquent ces notions mondialement reconnues.

je pense également que ce qui oppose le visible et l’invisible se retrouve également en ce qui oppose les différentes réalités imposées sur cette terre. des réalités sociales, des réalités politiques, économiques... etc
le médium doit avoir la faculté d’être impartial et à la fois clairvoyant, compréhensif et reconnaître ce qui est juste. car je pense sincèrement que cette interactivité entre le visible et l’invisible crée nécessairement une interactivités entre les particularités de l’invisibles et celles du l’être humain et de son esprit comme les émotions, le surmoi, la raison etc. ainsi, il s’agit encore d’interprétation malgré un ressenti ou une vision précise.

il ne faut pas perdre de vue que notre esprit interprète sans cesse toute réalité et peut la déformer.
de nos jours, nous ne savons pas nous remettre en question. nous n’assumons pas notre liberté offerte par nos aïeux après des existences strictes dans l’ensemble et peu tolérantes, voire pas du tout.
on parle aussi de la liberté de l’esprit, et a posteriori de l’âme si on considère que l’esprit est une passerelle entre l’âme et le corps terrestre.
ce que je veux dire en fait c’est que la conjoncture psychique vue l’histoire de l’humanité ces derniers siècles, on ne peut pas encore lier visible et invisible sereinement. sauf ceux qui acceptent différents états de conscience et qui acceptent toujours de se soigner. nous sommes dans une ère névrotique voire psychotique qui ne permet pas cette communication sans conséquences invalidantes.
(je parle d’un point de vu général évidemment. je sais bien que beaucoup le vivent en paix)

tant que nous serons esclaves de notre propension à l’interprétation et à l’écoute d’une majorité convainquante, je doute que les gens soient réellement aptes à admettre un invisible même quantique, descriptible "scientifiquement". et même pour ceux qui l’admettent, des vérités, des théories fusent et s’installent, transmises de génération en génération.
on ne voit et entend que ce qui nous arrange dans le fond. on se contredit rarement.

pourtant remettre en question ne signifie pas dénigrer le premier point de vue mais il peut s’agir de lui apporter une nuance. est-ce si compliqué ?

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
- le 5 septembre 2005

Votre réponse est un bel exemple de "hors sujet"...!!!!!!
A reproduire en classe de Français comme exemple ;-)))
Il y a aussi une pièce de théatre qui sappelle "Beaucoup de bruit pour rien"... N’est ce pas de Shakespeare ??

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Florinda - le 21 octobre 2005

juste pour répondre aux sarcastiques, je connais des schizophrènes qui ont pu sortir de leur crise grâce à des médiums.
d’autre part, le sujet a bien dévié certes mais la conversation n’en est pas moins riche. mais si vous désirez remettre cette discussion sur la bonne voie pour répondre au sujet d’origine, ne vous en privez pas.

cordialement

> Médiumnité-Entités-Contact
- le 17 novembre 2005

Bonjour Florinda,

Exact, force a été de constater que le sujet préliminaire a pris largement ses distances au cours du débat.

N’étant nullement compétente en matière de psychiatrie, les quelques lignes d’origine ont eu simplement pour but de mettre en lumière l’expérience et la passion qui animent le canal médiumnique que je représente, ainsi que la source d’inspiration inépuisable de richesses énergétiques à la portée de tout médium qui se respecte.

De surcroit, étant totalement dénuée d’informations et de compétences sur le plan médical, il est évident que je ne me permets pas d’entrer dans ce genre de polémique !

Bien à vous.
Marie-Josée.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
danièle - le 17 septembre 2005

je réponds à jean qui n’avance que des postulats.

En effet, qui ou quoi peut vous prouver qu’un schizophrène est un médium.

Vous ne pouvez rien démontrer ni prouver, exactement comme le psychiatre ne peut pas prouver que les manifestations auditives ou visuelles de ses patients sont des hallucinations.

Quoiqu’il en soit, le médecin s’attache aux symptomes et tente d’apaiser la souffrance de son malade, c’est toujours mieux que de ne rien faire face à autant de souffrance.

Vous parlez d’emprise par les entités du bas astral parce que vous croyez que cela existe, ce n’est qu’une croyance et comme telle, elle ne peut être que personnelle et indémontrable.

En attendant que l’on prouve que le monde de l’au-delà existe, il faut bien gérer le quotidien et les souffrances qui vont avec.

Tant qu’on ne m’expliquera pas ce qui justifie que des être humains continuent à se faire violer, tuer, massacrer sans que ces pseudo entités ou autres anges gardiens, saints et saintes de tout bord ne bougent le petit doigt, j’aurai beaucoup de mal à entendre les personnes qui se posent en censeurs et croient aveuglément.

Je pense que le minimum acceptable est de s’en tenir à un doute raisonnable et de rechercher des preuves tangibles sur toutes les théories qui sont émisent à longueur de temps.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Florinda - le 9 novembre 2005

je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites.

mais dans ce cas, il faudrait également prouver la légitimité de la psychanalyse et des théories de freud, son précurseur. cette discipline n’explique rien concrètement de l’esprit. elle ne fait que supposer les mécanismes d’un inconscient supposé également.
prouver que les fantômes ou le bas astral existent est pour le moment impossible autant que prouver que nous avons bien un insconcient.
les logiques des deux tiennent la route. la différence est que la psychanalyse est rentrée dans le rang scientifique grâce aux efforts de freud et que l’au delà a toujours été ésotérique et tabous pour diverses raisons que tout le monde connait.
rappelons tout de même que freud se réunissait au départ avec d’autres juifs. leur groupe était la Société Psychanalytique de Vienne. elle n’avait rien d’une institution renommée et leurs théories révolutionnaient les croyances de l’époque.

la science et l’ésotérisme doivent faire leur chemin. mais elles sont trop repliées sur elles mêmes, divergentes en apparence, cantonnées dans leurs positions et trop orgueilleuse pour parvenir à s’entendre. la sémantique n’a que peu d’importance en réalité. le tout est d’accepter que la matière n’est pas si stable qu’on le croit. mais l’évolution n’est possible que si les disciplines s’écoutent mutuellement et acceptent de se libérer de préjugés qui perdurent à cause d’esprits étriqués.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
- le 10 novembre 2005

bonsoir florida,

Vous confondez psychiatre et psychanalyse ou psychothérapeute.

dans les hôpitaux par exemple, les médecins psychiatres "ne font" que soigner les symptômes et soulager, par des médicaments, les effets les plus pénibles d’une maladie mentales, ils n’allongent pas les malades sur des divans pour qu’ils leur parlent de leur enfance ou autres.

En ce qui concerne le théories psychanalitiques, je suis tout à fait d’accord avec vous, ce ne sont que des hypothèses et il ne faut pas oublier de ne les voir que comme telles.

amitiés .
Daniele

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Florinda - le 11 novembre 2005

non je ne confonds pas. la psychiatrie est médicale contrairement à la psychanalyse, plus abstraite. la psychiatrie nécessite des études de médecine.

j’ai simplement pris l’exemple de la psychanalyse, rentrée dans les petits papiers des scientifiques car démystifiée et proposée à un large panel de spécialistes en sciences de l’esprit.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
Freud et son ami le psychiatre ne sont pas le mal - le 16 janvier 2006

Il faudrait peut être étudié un domaine et ne pas se baser sur des à prioris avant de le briser ainsi. Un psychanaliste pourrait d’ailleurs dire que de telles réactions pourraient montrer une peur, un refoulement ?

On dirait parfois deux grandes religions qui se détestent car se ressemblent trop.

De tout ce que j’ai pu lire ici comme critique contre la psychiatrie et la psychanalyse, rien ne ressemble à ce que j’ai pu voir. Surtout dans la descritpion des "pathologies" (j’emploi ce terme pour rester dans cette paranoïa ambiante, qui me laisse penser que beaucoup ont l’air de croire que la psychiatrie est la meme que dans le 19 eme siècle). Pour ma part les psychiatres que j’ai été amené à rencontrer, ainsi que les psychologues, considère les patients non pas comme des malades mais comme des êtres en souffrance, ce qui est plus enviable comme statut que médium "maudits" (j’éxagère volontairement le trait).

Mais attention, personnellement je n’afirme rien. Et comme pour les guérrisseurs qui aide parfois des médecins, pourquoi ne pas imaginez un jour une sorte de multi thérapie.
D’ailleurs vous autres grands ennemis de la psychiatrie sachez que de nos jours, en hopital psy, les patients sont aidés sous un angle multifocal, ils ne sont pas juste abreuvés de médicaments ultra nocifs, beaucoup d’ateliers leur sont proposés, des psychologues de plusieurs orientations sont là aussi, ainsi que des artistes et personnes extérieurs à l’hopital. Par exemple j’ai pu voir un service où le personnel pensait sincérement que l’art (ici la peinture) était une thérapie aussi valable que le chimique.

Pour résumer ma pensée, renseignez vous avant de partir dans des guerres idéologiques incensées. Et je précise que quand j’écoute des personnes comme notre ami Majax qui lui fustige certains domaines qui vous sont surement chers (à moi aussi), et bien j’éprouve la même chose que pour ici, dans le sens où s’il se renseignait, et s’il ne voyait pas que ce qu’il veut voir, il ne dirait peut etre pas autant de choses si éloignées de ce qui est.

Tout ça fait parti de l’ouverture d’esprit que vous pronez si souvent.

Quoiqu’il en soit ça a permit d’amener le débat, ce qui est toujours une bonne chose, tant que tous les courants sont représentés.

> Schizophrène, qui es-tu ?. Communication avec l’au-delà
LIONEL - le 7 mars 2006

des preuves tangibles il y en a eu et il y en aura toujours !!! ( voir CENTRE SPIRITE sur le net !!! ) arreté d’etre incrédule et intéressé vous aux phénomènes au lieu de CRITIQUER !!!

> Médiumnité-Entités-Contact et schysophrénie
SABRINA - le 27 octobre 2010

je m’appelle Sabrina et je suis malheureusement schysophrène.
j’affirme avoir eu des expériences avec des entités du bas astral, personnes désincarnées me voulant du mal ou et vouloir entrer dans mon corps. Les psychiatres s’il avaient vécu ne fusse qu’une expérience comme ça verraient les choses autrement. J’ai ainssi eu des contacts angélique ainsi que des délires qui semblent tellement étranges que je crois fermement qu’il y a des influences négatives externes. Je m’adresse souvent à mes anges gardiens dans mes prières et suis très attirée par ce beau monde là loin des expériences que j’ai pu vivre. Une medium m’a aidée gratuitement à faire partir ces entités dans l’avion de l’au delà. je suis quelqu’un de très idéaliste, doux et spirituel et ne comprend pas pourquoi j’ai vécu de telles expérience. J’en ressors un peu détruite. Sabrina

> Médiumnité-Entités-Contact et schysophrénie
- le 27 octobre 2010

Je rajoute que je me serai bien passées de ces expériences avec le bas astral, qu’elles furent très pénibles et que je ne m’intéressais pas du tout à ce genre d’énergie. Sabrina

je cherche...
lys - le 27 décembre 2008

je cherche constamment ce qui m arrive...un voisin est decede pres de chez moi et des que j entre dans cette maison,je me sent mal, j ai froid, je ne demande qu une chose, partir...meme chez moi je me sent continuellement observee...j aimerais bien savoir ce que je peux faire...car si jamais je peux entrer en contact...comme ca... j ai besoin d attendre. je ne me sent pa prete. donnez moi des conseils, merci

Inquiétant.
Laetitia - le 30 juillet 2007

Bonjour, je viens de découvrir ce site à vrai dire très intéressant. L’année dernière je suis allée consulter une voyante, à la fin de la consultation elle me dit que je suis soumise régulièrement à des attaques maléfiques, j’ai vraiment été prise de panique. Imaginez ma tête à cette nouvelle. ( Il est vrai que pratique la cartomancie, et il m’arrive d’avoir des présentiments très fort et même de sentir des présences autour de moi. )
En continuant la consultation je lui parle d’une pièce de la maison dans laquelle je ne peux entrer sans avoir de frissons. Mais cela fait 10 ans que nous vivons dans cette maison et je ne me suis jamais sentie en danger. En même temps cette pièce est la chambre de ma soeur, cela a peut - être une relation psychologique ?! A la suite de cette consultation je me suis mise à faire brûler de l’encens, et même à parler avec " cette présence " suite aux conseils de cette dame.
Pourriez - vous m’éclairer sur ce qu’elle entend par attaques maléfiques, car j’étais tellement paniqué que je n’ais pas trop osé approfondir le sujet. Je suis partie une année à l’étranger, mais il est vrai que depuis mon retour cette présence est toujours là, et je profite de l’occasion d’avoir trouvé ce site pour vous soumettre mes interrogations.

cause à effet....
estelle des enclos - le 31 juillet 2007

bonjour Letitia .Par rapport à votre consultation nous voila encore face à de la "voyance" de bas étage qui vise à amener dans la plus part des cas à faire une proposition de travaux occultes pour que la paix revienne face à ces soit disant phénoménes.Pour ce qui concerne votre maison et notamment la chambre de votre soeur il peut s’agir simplement d’une cheminée tellurique que l’on trouve souvent à coté des portes et qui donne une sensation d’air froid quant on la traverse. Pour en avoir confirmation il faut si cette chambre est à l’étage aller vérifier dans la pièce au même emplacement au rez de chaussé et la sensation de froid sera identique. La solution est d’alors faire venir un geobiologue qui déplacera cette cheminée hors de la maison car l’on ne peut la détruire. Et cette sensation désagréable disparaitra.Maintenant s’il s’agît d’un esprit il faudrait définir qui il est et pourquoi serait il spécialement dans la chambre de votre soeur car même dans l’ésotérisme il y a toujours une cause à effet. Au plaisir de vous lire pour plus amples renseignements. Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

inquiétant
Je ne vois rien de maléfique et encore moins d’attaques !
ANY KLER - le 31 juillet 2007

Bonjour Laetitia,
Juste quelques lignes pour vous donner mon interprétation personnelle de ce que vous viviez.
J’y vois un esprit qui cherche, certe, entrer en conctact avec vous, car cette âme n’a pas trouvé le chemin qui lui permettrait de s’élever.Elle peut être besoin de prières et d’aide, la peur ne peut pas être une solution ni pour vous ni pour la "présence" en question.
Je ne vois l pas vraiment d’attaques dans ce que vous décrivez mais plutôt un mal être qui vous envahie, un ressentiment qui ce déclancherait dans cette pièce. Il peut y avoir des tas de raisons, dont nous n’avons pas l’explication rationnelle. Ce qui est certain c’est que vous êtes réceptive et ultrat sensible ce genre de phénomènes. Ni voyez pas de maléfices, au contraire, ce qu’il faut c’est juste que ce mal être personnel que vous vivez ce transforme en positif et vous le viviez mieux.
Je me permet de vous dire que ce que vous faites - engager un conctact dans la parole, compatir poser des questions c’est bien continuez !-. Vous n’avez pas provoqué ce contact , c’est du positif, il faut controler votre peur.
et chercher ce qui bien pu ce dérouler dans cet endoit.
Vous pouvez me joindre par le biais de LOV. Hors consultation et tout fait GRATUITEMENT

Bien vous ANY KLER

Inquiétant.
max_40000 - le 4 août 2008

salut moi aussi je ressent constament des frissons que ce soit chez moi ou dans mon auto ou a des place que je vais faire des livraison et quand je suis chez moi mon chat ressent la presence quand ca l arrive.le soir avant de me couché j entend souvent des voix j essaie de communiquer j ai reussis une fois elle s appellais julie lagacé mais je n ai pas pus aller plus loin car une voix d homme la interonpu et elle n est jamais revenu mais hier il m est arriver quelque chose d inquiétant une voix bizarre ma dit et je ne sais pas si c est comme ca que ca s ecris marihezsqui.
apres une femme a dit mon nom et ca la fini comme ca j entend souvent des voix mais pas comme celle qui ma dit ca quelqu un a une idée.

merci d avance

comment reagir ?
killbill - le 15 mai 2007

Je me demande s il existe un livre comment vivre avec les esprit ? ou on nous conseils , comment reagir face un fantome,esprit ect..... Que faut il faire et pas faire....Toute ces questions ou des milliers de personnes ce pause.
De ma part je ne cherche pas en entree en contacte avec eux, mais si eux on desider le contraire !
Que vais je leures dire ou lui dire..
( Salut ! tu est chez moi sans ma permission... Si tu veux parler c est o Tearom devant un bon café ? )
Blague apars.. comment faire apart crier et avoir peur ou se facher ... ou. ..
Vous vous avez reagi comment la 1er fois ?

COMMENT REAGIR (ghislaine)
- le 23 mai 2007

Killbill,

il n’y a pas de livres ou pas à ma connaissance qui peuvent expliquer comment "vivre avec l’esprit" et, non pas un fantôme.l’esprit ne vit pas toujours avec nous. il ne se manifestera que lorsque vous serez près à le recevoir, et, vous n’y pourrez rien. il n’y a aucun danger à moins que vous ne soyez dans des séances de spiritisme où, là, c’est lui qui peut se révolter. jouer avec l’occulte est dangereux si l’on arrive pas à se maîtriser.

les fantômes c’est encore un autre sujet.

il y a le bas astral (personnes qui errent dans la tourmente, les remords. etc)

et qui ne trouvent pas la paix. mais là, la question se posent qu’avez vous fait pour qu’ils viennent vous hanter si c’est le cas.

autrement, il n’y a acun risque, cela se passe comme dans un rêve et dans la ouate. c’est un peu éprouvant au début, mais chacun (e) reagit à sa façon.

après on l’apprivoise ou pas. sujet encore vaste et long et, délicat car cela est très intime. bien à vous. ghislaine.

comment réagir face aux messages de l’au-delà (réponse à kilbill)
Celtika - le 27 mai 2007

Bonjour Killbill,

votre message m’a de suite inspirée à vous répondre, avec un principe que j’applique personnellement depuis toujours, dans ma condition de medium.
Mon principe s’est récemment constitué en une phrase très simple :

- Un message de l’au-delà ne se demande pas, il se reçoit.

Je parle seulement en ma propre conception des choses bien sûr, mais il y a comme chez nous ( sur la terre ferme ) des règles de communication.
Soyez assurée que les seuls messages qui sont vraiment importants, vous seront transmis d’eux-même, SI ils doivent l’être, et SI cela est nécessaire et autorisé dirons-nous.

Voilà ma petite contribution !

Celtika ( Céleste )

ps : attention dans votre question vous parlez de "vivre avec les esprits", peut-être avez-vous écris ainsi sans le vouloir, mais il est important de rappeler que l’on ne "vit" pas avec les esprits, chacun vit dans son monde, et pour rester équilibrés dans le notre, nous devons bien veiller à respecter cet équilibre.

> Médiumnité-Entités-Contact
- le 21 octobre 2006

bonjour marie josée
j’ai beaucoup apprécié votre article,votre approche du sujet me convient.je suis hésitante parce qu’il se trouve que j’ai vécu certaines choses récemment,qui m’ont fait m’interesser aux entités.j’ai eu beau faire comme si de rien,les manifestations recommençaient de plus belles jusqu’à ce que dernièrement un coup soit donné sur la vitre de ma table,un coup plutot violent qui m’a completement appeurée.alors voilà je ne sais pas trop par quel bout prendre la chose, peut-etre pourriez-vous m’aiguiller ?s’il vous plait.fanny

> Médiumnité-Entités-Contact
Odile Vitali - le 27 juillet 2006

Bonjour,

Cet article est très intéressant et ne me surprend pas . Le mot "médium" dérange parfois dans la société on le galvaude à volonté mais pourtant c’est tellement simple ;
Je suis médium, médium non professionnelle par choix, depuis l’enfance je m’accomode de ce don, j’ai souffert longtemps de ne savoir maîtriser le mal-être que cette réceptivité excessive et involontaire occasionnait chez moi, notamment des déséquilibres des angoisses des état fébriles etc...
Je ressentais très fortement physiquement les énergies des endroits où je me trouvais sans pouvoir exactement dire quoi. Ensuite à l’adolescence cette hypersensibilité s’est accentuée je devinais des chose et cela me faisait rire parfois, il m’arrivait parfois de ressentir la douleur ou la souffrance de gens proches malades ou dans la difficulté , et quand je les appelais pour savoir ce qu’il en était effectivement j’apprenais que cela n’allait pas très bien . Plus tard je ressentais dans des lieux certaines choses et en posant mes mains sur des objets je pouvais ressentir une ambiance de paix ou bien du mal être voire jusqu’à de la douleur. parfois je peux voir dans le passé des gens ou dans leur pensée. Pour moi la médiumnité c’est un don cela s’entretien , il ne faut rien vouloir et rester receptif ouvert complètement ouvert. Il y a la souffrance dans le monde des vivants et celle des vivants qui entretiennent la souffrance des morts le lâcher prise du médium permet d’aplanir en absorbant les souffrances des deux mondes. Après à lui de se purifier par une vie saine et les méthodes qui lui conviennent rien de spéciale.

Au début il y a bien longtemps je me disais que être médium c’est pas un cadeau, maintenant je me dis c’est un don du ciel pour aider l’autre et aplanir la souffrance du monde . Merci pour votre article et merci à tous les médiums. Odile

> Médiumnité-Entités-Contact
- le 19 mai 2006

Merci pour votre article, je commence à m’intéresser à la médiumnité. Pourquoi ?
Je suis rejetée et constamment surveillée par ma famille car après m’avoir fait subir des atrocités morales, je pense avoir été traumatisée...??

Et bizzarement, je me suis beaucoup plus penchée sur un sens que j ai toujours eu, un sens de l’observation très poussé, qd je sens qque chose de fort, je le rêve et c’est comme une réponse claire à une question ; aussi je ressens fortement des choses, des sortes de sensations forte et je constate et cela se produit après. Mais jusqu’à je ne me suis jamais prise au sérieux, et j ai consulté qqu’un qui ma dit que je possède des don médiumnique mais je ne sais pas s il faut le croire ou pas ; ou est-ce simplement un pure hasard ????
Je reste dans les spectatives, je ne sais pas !!!

Merci pour votre article
Cordialement,
Mireille

> Médiumnité-Entités-Contact
Florinda - le 12 février 2006

bonjour

Je voudrais revenir sur l’article sans revenir sur les états schizophréniques qui ont été évoqués. Cet article soulève, à mon sens, un débat tout autre également. A savoir, le rapprochement de l’invisible et du visible. Pour un médium c’est un fait avéré que l’intéraction existe entre les deux mondes. On peut constater par ailleurs la précipitation des gens vers les croyances populaires et quelque soit le moyen : la voyance, l’horoscope que certains liront tous les matins.

Mais au delà de ce phénomène qui semble profaner une croyance et des pratiques ancestrales, se trame certainement cet apprentissage qui est évoqué dans l’article. Cela peut être une forme de sensibilisation de l’être rationnel à ce monde invisible de manière incidieuse ou grotesque selon les cas. Alors qu’on pense que les gens se fourvoient bêtement dans des futilités qui ne sauraient être en apparence qu’une imposture, peut être que l’intention est toute autre. Pour moi, de cette mascarade à outrance de profanes dans les sciences occultes vulgarisées n’est autre qu’un apprentissage d’une part et une sélection naturelle d’autre part. Elle sert à sensibiliser et donc à former, à éveiller les sens. Et, les plus sensibles et les plus censés face au monde de l’invisible développeront leur monde intérieur et leurs aptitudes à communiquer avec l’invisible.

D’autre part, car il me semble qu’il y a deux débats dans cet article, les sciences et le monde de l’invisible se rapprochent au fur et à mesure des découvertes des "rebelles" de la science. Les plus à même de démystifier l’invisible sont les sciences modernes à mon sens, comme la physique quantique. Nous nous trouvons dans une ère où l’être humain s’enferme dans le béton, est rivée sur la télévision et sur la désinformation, ne compte plus que sur les machines pour lui apporter du bonheur pour une grande majorité. La liste est longue. Mais l’être humain a oublié (depuis des milliers d’années) qu’il évolue en intéractivité totale avec le monde et l’univers. Il n’est pas fait que de chair et de sang. Et je pense que la mission des médiums, notamment, devrait être de ramener le monde vers une certaine vérité en partenariat avec la science. Les deux mondes sont trop distincts à mon sens, trop hiérarchisés chacun de leur côté. Et je suis complètement d’accord avec votre définition des entités Marie-Josée. Je trouve nécessaire que l’invisible prenne une toute autre tournure dans nos esprits se rapprochant davantage des particules, d’énergies etc pour tourner le dos à des croyances très populaires dont les notions proviennent tout droit d’une culture judéo chrétienne.
Et j’insiste lourdement sur cette idée. En occultisme, par exemple, le "dragon noir" n’est autre qu’une série de prières religieuses. Or l’invisible n’a pas de religion, pas de démons, pas de diable. Il est ambivalent, il est un reflet, une vie, un mouvement. Il est tout ce que l’être humain ne veut plus voir de lui au nom de principes moraux, de règles de société, du droit chemin dicté par l’église. L’invisible c’est la vie, celle qu’on ne voit pas, celle qu’on ressent, celle qui communique avec l’inconscient et peut nous renvoyer nos peurs.

Démystifier l’invisible pour moi c’est avant tout accepter qu’il ne soit pas un monde de lutins, d’esprits farceurs, de monstres, en somme tout ce que l’homme dominateur a crée pour dominer autrui, pour être craint et agir librement voire arbitrairement. Démystifier c’est vivre en harmonie avec cet invisible en se détachant de tous ces conditionnements, techniques d’infantilisation pour mieux dominer l’être humain et utiliser sa peur de l’inconnu. Et démystifier c’est aussi intégrer les domaines de recherche en sciences physiques, en sciences humaines, les comprendre, les adopter et enseigner que l’invisible et le visible ne font qu’un. Ce n’est pas créer des sociétés secrètes qui en fin de compte de servent qu’à servir une soif de pouvoir et de domination. Les initiés doivent être modestes autant qu’un scientifique. Démystifier c’est croire et enseigner que les particules et l’imaginaire s’accordent sans complexe contrairement à ce qu’inculque cette société moderne qui coupe l’homme de ses racines mystiques pour le transformer en humanoïde.

> Médiumnité-Entités-Contact
Florinda - le 30 juillet 2005

Bonjour, j’aime beaucoup votre article. Et, j’aimerais vous demander votre avis sur les conséquences d’un effet médiumnique sur un médium qui s’ignore et instable émotionnellement. A savoir, ses facultés à se voir tel qu’il est sans l’avoir demandé en clair.

> Médiumnité-Entités-Contact
fée clochette - le 12 juillet 2005

bravo ! c’est vraiment très bien écrit, je n’ai pas encore eu l’occasion de vous contacter mais je le ferai dès que possible. j’adore votre conclusion...

> Médiumnité-Entités-Contact
- le 21 juillet 2005

Bonjour Fée Clochette,

Je vous remercie bien vivement d’avoir apporté votre contribution à laquelle j’adhère de façon pleine et entière.

Amicalement.
Marie-Josée.

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Professionnels testés et accrédités



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39
Hébergeur : Serveur dédié OVH