...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce à vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

lien vers le forum
Rencontre avec Cyrille J-D Javary
Entretien mené par Claude Sarfati
Article mis en ligne le 14 septembre 2006

par Claude Sarfati
logo imprimer

Voilà longtemps que je voulais rencontrer Cyrille J-D Javary, depuis la découverte d’une nouvelle traduction du Yi King appelée "Yi Jing Le livre des changements" et signée de sa main.

Monsieur Javary étant très occupé et souvent en Chine, la rencontre n’était pas facile.

Inscris au centre Djohi, j’ai reçu une proposition de stage organisée par cette association (Présidée par Cyrille Javary) du 30 juin au 6 juillet en Isère.

C’était l’occasion rêvée de rencontrer Cyrille Javary et de voir fonctionner la méthode de lecture et d’analyse du Yi King qu’il propose.

Nouvelles infos rentrées :

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aurore M.:
Avis sur Sephora Gide, voyance :"je recommande cette voyante"

"indique clairement les chemins à prendre et ceux à éviter dans (...)

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Yhann S.:
Avis sur Any Kler - Voyance : "100% de satisfaction"

"généreuse dans ses réponses et dans ses explications"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Catherine G.:
Voyance - Avis sur Euphoria, médium :"elle devinait toutes mes pensées"

"elle devinait toutes mes pensées"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Pascal S.:
Avis sur Carole 3f, voyante : "EXTRAORDINAIRE !!"

"Ma plus belle consultation à ce jour !"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Mouna Z.:
Voyance - Avis sur Sevasty, médium :"Je la recommande donc sans hésitation"

"très juste pour le présent et le passé"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Laetitia T.:
Voyance - Avis sur Rebecca Val, taromancie :"résume étonnamment bien la situation"

"a très bien cerné la situation présente"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Aïcha B.:
Avis sur Daphnée Klauser, voyance pure :"je vous dis bravo"

"éclairée dans ce brouillard"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution de Dienabou D.:
Voyance - Avis sur Caroline April, taromancie :" Bref... c’était bluffant !"

" zéro erreur sur mon passé, mon présent, mon état d’esprit, ma (...)

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Amélie B.:
Avis sur Marie Damotte - Voyance :"très contente de cette consultation et recommande vivement"

"consultation dans son ensemble criante de vérité"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Isabelle M.:
Voyance - Avis sur Raphaël Henri, médium :"Consultation impressionnante"

"son ressenti cadre, avec une incroyable perfection, à la réalité"

Compte-rendu de Consultation-Test © Officiel de la Voyance
Contribution d’Amélie B.:
Avis sur Stéphanie Toscane, voyance :"Consultation édifiante"

"a vu juste sur beaucoup de faits"

J’ai rencontré un homme chaleureux, très accessible et très curieux de l’expérience de chacun. C’est donc dans une ambiance studieuse mais très sympathique que j’ai fais mon stage.

J’ai rappelé à Cyrille notre projet d’article pour L’officiel de la voyance, un de ses collaborateurs et amis, Alain Rambaud, à gentiment proposé de nous prêter son matériel et son temps pour faire un enregistrement de cet entretien. Cyrille Javary m’a offert 1h30 de son temps précieux et je l’en remercie du fond du cœur.

Né en 1947, Cyrille J.-D. Javary est écrivain et conférencier, consultant et formateur en civilisation et culture chinoise ancienne & moderne. Il est aussi traducteur du Yi Jing, le « Classique des Changements » fondement depuis vingt-cinq siècles du mode de penser Yin/Yang.

Cyrille Javary intervient dans de nombreux cours, conférences audio-visuelles et séminaires sur des points spécifiques ou des présentations d’ensemble de la culture chinoise à Paris (principalement au Temps du Corps), en France (IEQG, FTCCG), en Espagne (Madrid, Barcelone), en Belgique (Bruxelles), en Suisse (Lausanne, Fondation Ling) ainsi qu’en Italie (Institut MediCina, U. de Milan) et au Brésil.

L’entretien :

- Claude Sarfati : "Comment avez-vous rencontré le Yi King ?"

- Cyrille Javary : "Tout naturellement, mon premier exemplaire de Yi King m’a été donné à Katmandou par une none Bouddhiste canadienne.

Un jour, au travers de la petite chambre que je partageais avec mon épouse, elle m’a jeté un livre en me disant en :
- Lis ce livre, c’est bon pour toi.

J’ai lu le livre, cela m’a intéressé et quand je suis rentré en France, j’ai cherché à me documenter un peu plus.
Deux ans plus tard, j’avais lu tous les livres sur la question. En 1976 ce n’était pas dur, il n’y avait que deux livres en Français et quatre en Anglais.

Ensuite, pour avancer, il ne me restait plus qu’à apprendre le Chinois.

J’ai appris le chinois, mais l’on enseignait cette langue aussi mal que les autres à cette époque là dans les universités.

Je travaillais comme éducateur dans un foyer de la D.A.S.S à Marseille, il y a eu une restructuration et l’on m’a fichu à la porte.

Marseille, porte de l’Orient, je me suis retrouvé à Taiwan où j’ai passé deux ans, et là j’ai beaucoup appris sur la Chine, les Chinois et leur mode de vie.

Mais aussi sur la Chine ancienne parce-que le père Lefeuvre [1] qui, grand spécialiste mondial des carapaces de tortues, me faisait l’honneur de me recevoir tous les quinze jours dans son bureau encombré de piles de papiers extraordinaires.

Rentré en France, je m’intéressais toujours au Yi King et pour en savoir plus et rencontrer d’autres personnes curieuses de ce livre, j’ai créé une association : Le centre DJOHI association pour l’étude et l’usage du Yi King [2]."

- C.S : "Pourquoi avez-vous décidé de publier une nouvelle traduction du Yin King ?"

- C.J : "Parce-que, tout ce qui nous avait été décliné par toutes les traductions Occidentales de ce texte chinois depuis la première en 1840, ont toutes véhiculées un regard biaisé sur le Yi King. Un regard restrictif, réactionnaire et surtout particulièrement misogyne, c’est à dire avec une appréciation dévalorisée du Yin.

Hors, justement l’une des grandes leçons que nous enseigne le Yi King c’est que la stratégie Yin est souvent beaucoup plus efficace que la stratégie Yang.

Mais, au cours de l’histoire de la Chine, les dynasties réactionnaires ont fait des interprétations biaisées du Yi King valorisant le Yang plutôt que le Yin.

Ces interprétations erronées ont étés rapportées par les traducteurs Occidentaux parce-qu ‘elles étaient auréolées de l’age et de la tradition.

Il m’a donc semblé nécessaire de donner un nouveau regard juste sur le Yi King.

Du fait de ma pratique du Yin King, j’avais un avantage sur les traducteurs précédents, qui est : que je pouvais ajouter à la recherche Sinologique, ma connaissance de la pratique du Yi King.

Voici un exemple :
- Il y a une série de mots dans le Yi King qui servent à définir la qualité énergétique de la situation. Certains de ces mots apparaissent 150 fois, 100 fois, 80 fois dans le texte.

Pour en chercher la traduction, je ne l’ai pas cherché uniquement dans le dictionnaire chinois, je l’ai aussi cherché en la situant dans chacune des apparitions dans le texte.

Et donc, en jouant avec ces deux éléments, c’est à dire à la fois une certaine connaissance du Chinois ancien et la pratique du Yi King, j’ai cherché à faire plus qu’une traduction ; j’ai essayé de faire une compréhension en trouvant les mots français qui ne sont pas forcément une traduction des mots chinois, mais qui permettent aux lecteurs français de comprendre ce que les mots chinois signifiaient dans l’optique de l’utilisation du Yi King.
Cela, je crois, n’avait jamais été fait auparavant, parce-que, jusque là, tous les gens qui ont écrit sur le Yi King, soit écrivaient dessus sans le pratiquer, soit le pratiquaient sans connaître le chinois.
J’avais la chance d’avoir ces deux appuis qui me permettaient de marcher sur mes deux jambes."

- C.S : "Qu’est-ce que c’est le Yi King ?"

- C.J. : "C’est un catalogue de 64 situations types exprimé en fonction de leur rapport Yin/Yang et de la dynamique qui les anime.
Voici un exemple :
- Parmi ces 64 situations types, il y en a une qui est mise en relation avec le moment de l’année qui correspond au mois de juillet. Si on nous demande ce que c’est que juillet, on répond c’est le plein été, il fait beau et chaud. Si on demande au Yi King ce qu’est juillet, il nous répond : C’est le début de l’hiver. A partir du 22 juin les jours commencent à raccourcir.

Mais nous qui voyons le soleil briller dans le ciel, sommes obnubilés par l’idée que c’est l’été. Le Yi King nous dit : oui mais l’hiver gagne.

Il nous permet donc à ce moment là, en nous donnant la dynamique de la situation, de coupler notre action de la manière la plus favorable qui soit.

En juillet, parce-qu’il fait chaud, c’est le moment de réparer le toit, d’acheter du gaz, cela nous permet d’entre couvert et au chaud quand l’hiver est là et de ne pas être comme la cigale fort dépourvue."

- C.S : "Qu’elles sont les bases pour comprendre le Yi King ?"

- C.J : "Pour mieux appréhender le Yi King, il y a une base simple qui est : un se divise en deux.
Toute situation se divise toujours en un rapport fluctuant de Yin et de Yang, comme la durée du jour et de la nuit au cours de l’année, comme les phases de la lune au cours du mois.

Pour le reste, c’est un apprentissage. C’est à dire que le Yi King, comme tout ce qui est chinois ne s’apprend pas en un jour mais demande une forme d’imprégnation et c’est là qu’il est un instrument de liberté dans la mesure où plus on pratique le Yi King, moins on pratique le Yi King, je m’explique...

Quand on découvre le Yi King, on l’interroge beaucoup parce-que l’on découvre un monde fascinant, intéressant, intelligent.

Mais, petit à petit on intègre sa manière de dialectique Yin/Yang de voir les problèmes et plus on l’intègre et moins on a besoin de lui.

C’est en cela qu’il est un instrument de liberté, parce-que le but ultime de l’apprentissage du Yi King c’est de ne plus avoir besoin de s’en servir pour pouvoir toujours repérer dans la propension de la situation l’action qui convient et donc faire toujours l’action juste au moment opportun."

- C.S : "Le Yi King est-il divinatoire ?""
- C.J : ""C’est une question à 100 Yuans ?
- C.S : Oui, il faut bien la poser..."
- C.J : "ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant...(rires...)

La réponse est non, dans la mesure où les Chinois sont des gens pragmatiques, ils savent très bien que le futur soit imprévisible.

Mais en tant que gens pragmatiques, ils savent bien aussi que les choses se déroulent selon un rythme, un rythme paysan et que l’été suit toujours le printemps, l’automne suit toujours l’été.

Comment ça se passe chaque année, c’est différent, mais ça se passe toutes les années et leur objectif, ce n’est pas de connaître l’avenir, c’est de savoir de quoi le moment actuel est gros. De quoi le moment actuel est porteur et donc de déterminer quelles sont les dynamiques à l’œuvre dans le moment actuel de façon à pouvoir coupler leur action de la manière la plus profitable qui soit ?"

- C.S : "On ne peut donc pas parler de divination concernant l’usage du Yi King ?"
- C.J : "Divination, est un mot bâtard, il est le fils illégitime des mots divin et deviner.

Deviner, ce n’est pas dans l’esprit chinois, quant à devin, c’est un mot qui n’existe pas dans la langue chinoise.

On ne peut donc pas parler de divination pour le Yi King mais plutôt de : Manuel d’aide à la prise de décisions."

- C.S : "Le Yi King est-il la bible des Chinois ?"

- C.J : "La bible est-elle le Yi King des Occidentaux ?

Si on devait comparer le Yi King à un ouvrage Occidental, il faudrait le comparer au discours de la méthode. C’est à dire à un livre que tout le monde connaît, que personne n’a lu et que tout le monde applique.

Il est le grand livre du Yin et du Yang, il est le livre qui à fondé le mode de pensée Yin / Yang qui est le mode de pensée fondamental Chinois.

Le comparer à la bible serait lui rajouter une dimension religieuse totalement absente du Yi King. C’est un livre exotérique et pragmatique."

- C.S : "Et la sagesse dans le Yi King n’est-ce pas une forme de spiritualité ?"
- C.J : "La sagesse pour les Chinois c’est de faire ce qu’il faut au moment opportun.

Est-ce une forme de spiritualité, je pense que c’est à chacun d’y répondre."

- C.S : "Le Yi King est-il consultable par M. tout le monde ?"

- C.J : "Le Yi King est consultable par M. tout le monde, c’est évident.

Mais, comme c’est un instrument d’analyse raffiné, il n’est pas analysable par M. tout le monde.
Quand on s’en approche, il vaut mieux que ce soit avec quelqu’un qui en est familier."

- C.S : "Faut-il être intellectuel pour analyser le Yi King ?"

- C.J : "Non, parce-que le Yi King est le produit d’une société fondamentalement paysanne et pragmatique.
Son nom "Livre des changements" s’écrit en combinant le signe du soleil et le signe de la pluie.

Il nous parle des changements de temps, il nous parle de ces réalités que chacun peut observer. Mais, savoir quant il fait beau, quand la pluie va arriver, et quand elle va se terminer demande une finesse que l’on acquiert par l’expérience beaucoup plus que par l’étude."

- C.S : "Il y a t’il une éthique du pratiquant de Yi King ?"

- C.J : "Oui, bien-sûr. Elle n’est pas spécifique au Yi King où à la Chine, c’est un ethnique de respect humain.
Qui est fondée sur le fait que les conseils que peut donner le Yi King peuvent être décliné par la personne qui fait l’analyse, mais seule la personne qui est concernée peut les comprendre.

Il ne faut donc jamais hésiter à expliquer le Yi King parce-que de toute façon la résonance se fait à l’intérieur du cœur de la personne concernée.
Surtout, le respect de la personne qui consulte et le désir de l’aider.

Il est vrai que le Yi King peut être utilisé par des gens malveillants pour des techniques de prise de pouvoir sur une personne mais à ce niveau là, ce n’est pas le Yi King qui est en cause mais la malveillance de la personne.
Quand on utilise le Yi King dans le but d’aider les gens, il fonctionne en toute clarté."

- C.S : "Peut-on consulter le Yi King pour une autre personne ?"

- C.J : "Il y a des gens qui le font en Chine et en Occident.

Personnellement, je pense que ce n’est pas possible dans la mesure où ce qui se passe alors n’a aucune explication raisonnable.

Que se passe t’il lorsqu’une personne consulte le Yi King ?
Elle obtient par des manipulations aléatoires une radiographie de la manière dont l’énergie Yin / Yang est organisé à un moment donné, en fonction d’un but donné.
Si la personne concernée n’est pas celle qui « charge » les manipulations de sa propre constellation énergétique, la validité devient mystérieuse, inexplicable."

- C.S : "Que peut-on conseiller à une personne curieuse du Yi King ?"

- C.J : "On peut lui dire que l’on ne perd jamais son temps à fréquenter le Yi King, parce-qu’il nous apprend une manière de penser différente de la nôtre.

Comme quand on apprend une langue étrangère, on ne perd jamais sa langue maternelle mais on a moins de chance, d’être coincé dans les impasses de notre propre langue ou de notre propre manière de penser.

En particulier en Occident où l’on est souvent bloqué par les impasses du mode de pensée rationnel, cartésien. Le Yi King nous apprend que chaque situation est double, qu’elle se divise en une partie Yin, une partie Yang et que ce rapport est constamment changeant.

Le Yi King nous permet en cela de sortir des impasses de la rigidité cartésienne.

Un simple exemple :
- Un enfant qui incube la rougeole, a t’il la rougeole ?
Il n’a pas la rougeole puisqu’il n’a ni fièvre ni boutons, mais en même temps, il a la rougeole puisqu’il va l’avoir.
Par rapport à notre mode de pensée, il n’a rien donc il n’y a rien à faire.

Le Yi King nous apprend, qu’il est en devenir de rougeole et cela nous donnent donc à ce moment l’idée que ce n’est peut-être pas le moment de l’envoyer en colonie de vacances."

- C.S : "De manière pratique que peut-on conseiller à une personne qui voudrait se rapprocher du Yi King ?"

- C.J : "La meilleure façon de s’en approcher, c’est de le faire fonctionner avec quelqu’un qui en est familier.

Parce-que la différence entre le mode de pensée Oriental et le mode pensée Occidental c’est que la validité que le mode de pensée Occidental requiert par la preuve et le renouvellement de l’expérience, le mode de pensée Oriental se suffit de son efficacité.

Là dessus, on peut comparer le Yi King à toutes les techniques Orientales.

Par exemple, l’acupuncture n’a toujours pas d’explications rationnelles mais ça fonctionne.

Donc, de voir fonctionner le Yi King peut éveiller chez quelqu’un l’envie soit d’en savoir plus, soit d’aller voir ailleurs.

Exactement de la même façon lorsque l’on a quelque-chose à guérir, on va voir tel ou tel type de praticien. Qu’importe celui qu’on choisit, l’important c’est d’être guéri.

Il y a une phrase du président Mao qui n’était pas vraiment un auteur new age qui disait :
- Est vrai ce qui réussit, est faux ce qui échoue.
On retrouve là le pragmatisme chinois."

- C.S : "Comment peut-on aider concrètement une personne grâce au Yi king ?"

- C.J : "D’abord en l’aidant à formuler sa question, c’est à dire à trouver le centre de gravité de son problème. Ce préalable est beaucoup plus essentiel qu’il n’y paraisse, ensuite, une fois que le centre de gravité de la problématique est atteint, on l’écrit pour qu’il soit fixé.
Après, la personne qui connaît le Yi King peut décliner les conseils que délivrent les textes.

Comme un vieil oncle chinois plein de sagesse.
Mais, il y a un élément fondamental, si le Yi King donne des conseils, ces conseils se terminent toujours par une phrase non dite mais évidente qui est :
Et de toute façon, c’est toi qui choisis.

S’il n’était pas cet instrument de liberté, il serait répréhensible.

En quoi voit-on que c’est un instrument de liberté ?
Tout simplement parce-que le degré de liberté se mesure toujours au degré d’informations.
Cela est valable pour juger un régime politique mais aussi pour juger une pratique psychologique. Le Yi King n’enferme jamais.

Ce qu’il y a de dramatique dans la divination, la prédiction du futur, c’est qu’elle enferme dans ce qui est prévu.

A partir du moment où le devin dit : ça va se passer comme ça, ou bien ça ne se passe pas comme ça parce-que le devin est nul, ou bien ça se passe comme ça parce-que le devin l’a dit. Dans les deux cas, on est pieds et poings liés.
Alors que le Yi King nous dit : ça va dans telle direction et donc il nous donne des informations qui nous permettent de gérer notre barque et c’est en cela qu’il est un instrument de liberté et non pas d’oppression comme peut l’être la divination."

- C.S : "Le Yi King est-il un ouvrage Taoïste ?"

- C.J : "La tradition chinoise à attribué à Confucius la rédaction de la totalité des commentaires canoniques du Yi King.

C’est évidemment une attribution à posteriori, faite 450 ans après la mort de Confucius.

Bien-sûr, il ne pouvait rien y redire, de toute façon, Confucius n’a jamais rien écris de sa main. Mais cette attribution montre bien que pour l’école Confucéenne le Yi King soit un excellent moyen d’apprendre et de suivre les objectifs de constante amélioration de soi-même que proposait Confucius.

On classe le Yi King dans les livres Taoïste pour deux raisons :
- D’une part à l’époque des Tang, les Taoïstes se sont parés des trigrammes du Yi King sur leur chasuble pour lutter contre le Bouddhisme, religion étrangère implantée en Chine.
- D’autre part, parce-que ce sont les devins de marché ( parés des trigrammes du Yi King ) que les Occidentaux ont vu.

Mais en dehors de l’attribution à Confucius de la rédaction des dix ailes, le Yi King est dans le classement impérial, le premier des classiques Confucéen.

Que tout candidat aux examens impériaux depuis maire de village jusqu’à Premier ministre devait connaître par cœur tous les classiques Confucéens et en premier lieu : le Yi King.

Ce qui est une évidence puisque le Yi King est un manuel d’aide à la prise de décisions et que la prise de décisions est bien ce qui attend quiconque occupe une fonction politique.

La confusion vient aussi du fait que dans le Yi King, il est question du Tao, c’est pourquoi beaucoup d’occidentaux pensent que c’est un livre Taoïste.

Mais, en fait, Tao est un mot qui est dans toutes les formes de philosophie chinoise.

Tao, ça veut dire : la conduite.

Les Chinois n’ont jamais eu d’autre problème philosophique que de savoir comment se comporter. La différence, c’est que les Confucéens limitent le problème à : Comment dois-je me comporter vis-à-vis de mes semblables et que le Yi King est horizontal, il se situe au niveau humain. Confucius ne parlait de ce qu’il y avait au-dessus ou en dessous, ce qui l’intéressait, c’était comment puis-je m’améliorer sans cesse dans mes relations avec les autres et le Yi King aide à cela.

Les Taoïstes, eux, s’intéressent à : comment puis-je me rapprocher au plus prés de ce qui fait que les choses fonctionnent ? Cela, ils l’ ont appelés Tao parce-que c’est un mot général.

C’est cette confusion qui fait que l’on pense que le Yi King est Taoïste, alors que son essence et son objectif est de nous aider à augmenter le degré d’humanité dans les relations entre les être humains. Donc profondément Confucéen."

- C.S : "Et si l’on devait comparer Tarot de Marseille et Yi King ?"

- C.J : "Les deux sont des plans du monde, les deux sont des systèmes fort achevés. Les deux
sont utiles et les deux sont une profonde connaissance de la psyché humaine.

Néanmoins, ils ont quelques différences :

D’abord, d’expérience, le Tarot de Marseille ne peut être né avant l’imprimerie puisque ce sont des cartes. Le tarot à donc environ un demi-millénaire, le Yi King est cinq à six fois plus ancien.

Ensuite, le Tarot de Marseille fonctionne avec un ensemble de vingt-deux situations types, alors que le Yi King fonctionne avec un ensemble de situations types presque trois fois plus important.

Enfin et c’est le plus important je crois, le Tarot est un mutus liber, c’est à dire que se sont des images sans mot. Des images dont la complexité, les symboles, les couleurs, les harmonies sont excessivement respectables mais sur lesquelles, la personne qui pratique le Tarot doit rajouter des mots alors que dans le Yi King, il y a un texte.

Ce texte, nonobstant les difficultés de traduction est quand même compréhensible, quand un hexagramme s’appelle Avancer, il ne nous conseille pas de reculer.
Le système du Yi King non seulement comporte 64 situations types mais par le jeu même du Yi King, chaque réponse est formée de 2 hexagrammes.

Globalement, le Yi King comporte 4096 couples de situations, 4096 types de réponses, cela dénote un niveau de finesse important. Le fait qu’il y ait un texte est essentiel parce-qu’il empêche les dérives, les délires.

C’est un garde fou qui est peut-être justement l’âme Confucéenne du Yi King et, il est remarquable de penser que nous qui écrivons avec des symboles qui n’ont pas de sens : les lettres, avons produit un système d’image sans texte : Le Tarot de Marseille, alors que les Chinois qui écrivent avec des dessins ont produit un texte sans image car les hexagrammes sont des représentations du Yin et du Yang sous forme d’un trait redoublé ou d’un trait continu."

- C.S : "Pensez-vous que le Yi King va retrouver sa juste place dans l’esprit Occidental ?"

- C.J. : "Non seulement je le pense mais je l’espère et depuis une trentaine d’années que je m’intéresse au Yi King, je n’ai pas d’autre but que de lui donner la place qu’il devrait avoir.

C’est à dire d’un guide utile pour devenir le meilleur de nous même."




Les illustrations sont extraites de "Le discours de la tortue" ( voir plus bas ) et du site Djohi.


Je remercie Cyrille J-D Javary , Arlette de Beaucorps , Jean-Pierre De Leeck , Alain Rambau , les Djhoistes sans lesquels ce travail n’aurait pas exister et bien-sûr L’officiel de la voyance pour nous permettre de nous exprimer librement.


Quelques ouvrages de J-D Javary :
- Le Yi Jing, le Livre des Changements. 2002. Traduction complète du chinois (commentée avec l’aide de P. Faure). Éd. A. Michel. la symbolique des nombres écrits en chinois. A paraître en 2006. Ed. Signatura.
- Le Discours de la Tortue - Découvrir la pensée chinoise au fil du Yi Jing. 2003. Éd. A. Michel
- Paroles de Confucius, coll. Carnets de sagesse. 2005. Éd. A. Michel.
- Le Yi Jing, grand livre du Yin & du Yang. 1989. Éd. du Cerf, Paris. coll. Bref n° 20.
- Les Rouages du Yi Jing - Principes d’utilisation du Yi Jing. 2001. Éd. P. Picquier.
- Les mots du Yi Jing. 1994. traduction mot à mot du texte chinois. En collaboration avec le Centre DJOHI. Revue « Question de » n°98bis Éd. A. Michel.
- Les mutations du Yi Jing. 1994. collectif (400 pages). Revue « Question de » n° 98. Éd. Albin Michel.
- Le Yi Jing en Dessins. 1992. bande dessinée par Tan Xiaochun & Li Dianzhong. traduit du chinois en collaboration avec Wang Dongliang. Éd. Librairie You Feng Paris.
- Y a-t-il quelque chose après la mort (collectif). 2004. Éd. de l’Atelier.
- Les Esprits est-ce que cela existe ? (collectif). 2005. Éd de l’Atelier.
- Chine Nouvelle, avec A. Wang, coll. Petites Encyclopédies Larousse. 2006. Éd. Larousse.
- tiguer la douleur. 2004. Contribution à l’« Encyclopédie de la mort et de l’immortalité ». Éd. Bayard.
- Cité Pourpre Interdite - Visite Yin Yang du palais impérial de Pékin. 200. Illustré par PatriceSerres. Éd. P. Picquier.

Notes :

[1Père Lefeuvre, Jésuite, un des cinq plus grands spécialistes mondiaux des transcriptions sur les carapaces de tortues, travaillant à l’institut RICCI à Taiwan

[2L’association Centre Djohi, dont Cyrille J-D Javary est le président depuis sa fondation en 1985, a pour but de tisser le lien entre tous ceux que passionnent l’étude et l’usage bénévole du Yi Jing, le Livre des Changements. Le Centre Djohi est avant tout un réseau, un canal de communication accueillant celles et ceux que le Yi Jing intéresse, un moyen de recevoir, d’approfondir et d’échanger pratiques et informations.
(http://www.djohi.org}

Forum
Répondre à cet article
Rencontre avec Cyrille J-D Javary
Lisette Papineau-St.Germain - le 11 août 2008

Bonjour,
J’aimerais connaître l’opinion de Cyrille Javary sur la qualité et l’intégrité des traductions de Thomas Cleary -du chinois à l’anglais- du I Ching, du Secret de la Fleur d’Or, etc. Je les ai lu en anglais mais je sais que les livres de T.Cleary ont été traduits également en français. Serait-il possible de lui faire parvenir mon message ?
Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma demande.

Rencontre avec Cyrille J-D Javary
- le 24 août 2008

Bonjour madame,

la dernière fois que j’ai eu Cyrille J-D Javary au téléphone, c’était par hasard (sa secrétaire était absente) et il m’à prévenu aussitôt : on à quelques secondes...
Cyrille est très ocuppé, surtout à la rédaction de ses nombreux livres sur le Yi King, Confucius, la Chine ancienne et moderne.

Vous pouvez toutefois vous rendre sur le forum DJOHI et poser la question.

L’oeuvre de Thomas Cleary est largement reconnue, cependant dans la version originale : The Taoist i ching, il est clairement stipulé qu’il s’agit de l’interprétation Taoïste du Yi Jing, hors Cyrille Javary interprète la version Confucéenne du livre des transformations.

Bien à vous : Claude Sarfati

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :

Professionnels testés et accrédités



puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39
Hébergeur : Serveur dédié OVH