La voyance comme unique source de revenu

Les nombreux praticiens du site et d’ailleurs ont expliqué que l’erreur de prédiction existait et qu’elle était inévitable étant donné l’impossibilité à  voir sur commande, du nombre de parametres nécessaires pour que le phénoméne de divination survienne, de la nécessaire compatibilité entre le consultant et le praticien.


Nombreux sont les praticiens qui revendiquent leur pratique honnête et disent professer dans le cadre d’une déontologie.

Or les voyant qui ouvrent un cabinet et décident de vivre de leur don de voyance ne mettent -ils pas à  mal cette déontologie ?

En effet, le fisc réclame sont dû, le praticien comme chacun de nous à  des échéances obligatoires et doit vivre, il a donc besoin d’un revenu régulier pour faire face à  tout cela.

S’il respecte sa déontologie, il doit fournir au client une consultation de voyance de qualité, mais puisque qu’il ne peut pas voir sur commande comment fait-il lorsqu’il ne voit pas, et que cette panne dure quelques jours ou plus ?

Imaginons qu’il ait 10 clients dans la semaine, peut-il voir 10 fois ? Cela fait 40 fois dans le mois, cela fait 480 fois dans l’année.

S’il a absolument besoin de ses 10 consult. Par semaine pour boucler son budget et que pour une raison ou une autre sa capacité à  voir ne fonctionne pas, que fait-il ?

Y-aura-t-il quelqu’un pour me répondre, sans se sentir agresser ?

Je me pose cette question toute bête depuis longtemps mais aussi simple que soit cette question, elle me semble difficile à  poser.

Daniele

32 réponses

  1. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour

    Si je suis votre raisonnement, la qualité ou la véracité de la voyance serait liée au nombre de voyances effectuées – impliquant par là  une possibilité de « fatigue » du medium qui serait obligé, du fait de devoir gagner sa vie, d’accepter un grand nombre de voyances.

    Dissocions : votre argument demeure identique si les consultations,trop nombreuses, étaient gratuites, n’est-ce pas?

    Purquoi pas?

    Il est vrai qu’il doit y avoir une limite : mais, je ne la fixe pas comme vous.

    Parfois, il peut y avoir peu de voyances et parfois davantage.

    L’on peut fort bien effectuer un excellent travail en état de fatigue et se mettre dedans lorsqu’on est en forme. Ici encore, il ya des nuances : une rage de dents par exemple ou des douleurs trop aïgues nous ramènent trop près de notre corps physique et nous empêchent d’accéder au monde du consultant…Même chose pour des souffrances morales ou affectives qui nous prendraient de trop la tête!

    Non, c’est un art avec son quota de réussites et d’échecs – et le facteur de devoir accepter pour des raisons pécunaires des voyances n’est pas le point déterminant qui réduirait le pourcentage d’échecs.
    En tout cas, pas pour moi.

    Par contre, il y a quelque chose de fondé dans votre assertion que je comprends ainsi :je crois que c’est un métier où les ambitions pécunaires doivent être réduites : il y a, du fait du système des charges financières, une logique à  contrer : celle d’avoir des revenus qui augmentent le chiffre des charges et impôts et qui engage alors dans un engrenage préjudiciable : plus de « bnéfices » = plus de charges » à  régler donc nécessiter de prendre plus de consultations. Dans ce cas, effectivement, il y a un risque de dérapage. Mais, quant à  moi, je ne franchis pas cette ligne…

    Cordialement

    Alain Bougearel

  2. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour

    Si je suis votre raisonnement, la qualité ou la véracité de la voyance serait liée au nombre de voyances effectuées – impliquant par là  une possibilité de « fatigue » du medium qui serait obligé, du fait de devoir gagner sa vie, d’accepter un grand nombre de voyances.

    Dissocions : votre argument demeure identique si les consultations,trop nombreuses, étaient gratuites, n’est-ce pas?

    Purquoi pas?

    Il est vrai qu’il doit y avoir une limite : mais, je ne la fixe pas comme vous.

    Parfois, il peut y avoir peu de voyances et parfois davantage.

    L’on peut fort bien effectuer un excellent travail en état de fatigue et se mettre dedans lorsqu’on est en forme. Ici encore, il ya des nuances : une rage de dents par exemple ou des douleurs trop aïgues nous ramènent trop près de notre corps physique et nous empêchent d’accéder au monde du consultant…Même chose pour des souffrances morales ou affectives qui nous prendraient de trop la tête!

    Non, c’est un art avec son quota de réussites et d’échecs – et le facteur de devoir accepter pour des raisons pécunaires des voyances n’est pas le point déterminant qui réduirait le pourcentage d’échecs.
    En tout cas, pas pour moi.

    Par contre, il y a quelque chose de fondé dans votre assertion que je comprends ainsi :je crois que c’est un métier où les ambitions pécunaires doivent être réduites : il y a, du fait du système des charges financières, une logique à  contrer : celle d’avoir des revenus qui augmentent le chiffre des charges et impôts et qui engage alors dans un engrenage préjudiciable : plus de « bnéfices » = plus de charges » à  régler donc nécessiter de prendre plus de consultations. Dans ce cas, effectivement, il y a un risque de dérapage. Mais, quant à  moi, je ne franchis pas cette ligne…

    Cordialement

    Alain Bougearel

  3. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonsoir Danièle

    En ce qui me concerne, et bien que, (ne soyons pas hyppocrites), il est vrai qu’il faille payer ses charges et son quotidien, lorsque mon état physique ( fatigue, douleurs) ou mon état émotionnel (douleur morale, lassitude, choc émotionnel) ce qui nous arrive aussi, et oui ! je ne prends pas de consultations et si j’ai déjà  pris rendez-vous, je décale. Il m’est complètement impossible de voir quoi que ce soit, ni même d’entamer une consultation.
    La réserve d’énergie psychique (beaucoup plus que physique) doit toujours être bonne. ( enfin pour moi)
    Car comme Alain le soulignait, consulter dans ces cas-là  peut nous amener à  se « mettre dedans ».

    Du reste, faire des consultations à  la chaine ou de manière immédiate, dès qu’un consultant appelle ( comme certains consultants le demandent, comme si nous étions des machines à  distribuer un avenir) n’est pour moi pas non plus une bonne solution, car il faut un minimum de receuillement avant de commencer un travail et un minimum de transition aussi entre les consultations.
    àŠtre médium, ce n’est pas seument un métier, c’est aussi un art de vivre : sérénité, méditation, introspection et donc à  l’opposé du stress que peut engendrer un abattage, pas plus d’ailleurs que les soucis financiers ou autres. Mais à  ce titre nous sommes comme tout le monde.

    Alors encore une fois, comme le disait Alain, un juste milieu. L’art d e vivre se cultive.

    1. > La voyance comme unique source de revenu
      bonjour et merci d’avoir répondu à  mon questionnement.

      Vous n’avez pas vraiment tout à  fait répondu à  ma question qui était en fait, est-ce que baser sa seule source de revenu sur les consultations de voyance ce n’est pas prendre le risque de mettre à  mal sa déontologie.

      Cependant vos réponses m’ont éclairée sur le fait que certains praticiens pratiquent cet art avec sagesse et modération et que bien entendu, je comprends mieux pourquoi certains disent que cette pratique n’est pas une manne financière, si toutefois on veut la pratiquer conscencieusement.

      Vos explications peuvent aussi aider à  mieux choisir un praticien et je comprends maintenant qu’il vaut mieux se méfier des gens qui pratiquent une pub ostentatoire.

      Le « bouche à  oreilles » me semble le meilleurs moyen de prendre le moindre risque.

    2. > La voyance comme unique source de revenu
      bonjour et merci d’avoir répondu à  mon questionnement.

      Vous n’avez pas vraiment tout à  fait répondu à  ma question qui était en fait, est-ce que baser sa seule source de revenu sur les consultations de voyance ce n’est pas prendre le risque de mettre à  mal sa déontologie.

      Cependant vos réponses m’ont éclairée sur le fait que certains praticiens pratiquent cet art avec sagesse et modération et que bien entendu, je comprends mieux pourquoi certains disent que cette pratique n’est pas une manne financière, si toutefois on veut la pratiquer conscencieusement.

      Vos explications peuvent aussi aider à  mieux choisir un praticien et je comprends maintenant qu’il vaut mieux se méfier des gens qui pratiquent une pub ostentatoire.

      Le « bouche à  oreilles » me semble le meilleurs moyen de prendre le moindre risque.

  4. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonsoir Danièle

    En ce qui me concerne, et bien que, (ne soyons pas hyppocrites), il est vrai qu’il faille payer ses charges et son quotidien, lorsque mon état physique ( fatigue, douleurs) ou mon état émotionnel (douleur morale, lassitude, choc émotionnel) ce qui nous arrive aussi, et oui ! je ne prends pas de consultations et si j’ai déjà  pris rendez-vous, je décale. Il m’est complètement impossible de voir quoi que ce soit, ni même d’entamer une consultation.
    La réserve d’énergie psychique (beaucoup plus que physique) doit toujours être bonne. ( enfin pour moi)
    Car comme Alain le soulignait, consulter dans ces cas-là  peut nous amener à  se « mettre dedans ».

    Du reste, faire des consultations à  la chaine ou de manière immédiate, dès qu’un consultant appelle ( comme certains consultants le demandent, comme si nous étions des machines à  distribuer un avenir) n’est pour moi pas non plus une bonne solution, car il faut un minimum de receuillement avant de commencer un travail et un minimum de transition aussi entre les consultations.
    àŠtre médium, ce n’est pas seument un métier, c’est aussi un art de vivre : sérénité, méditation, introspection et donc à  l’opposé du stress que peut engendrer un abattage, pas plus d’ailleurs que les soucis financiers ou autres. Mais à  ce titre nous sommes comme tout le monde.

    Alors encore une fois, comme le disait Alain, un juste milieu. L’art d e vivre se cultive.

  5. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle,
    Je pense que vous n’êtes pas la seule à  vous poser cette question, je vais tenter de vous éclairer. Pour qu’une consultation soit éfficace, la voyante a besoin de calme, de sérénité et d’un grand pouvoir de concentration. Lorsque ces trois éléments sont réunis, les « flashs » viennent, avec comme support votre voix et les cartes, pendules ou runes etc….Pour ma part, si je « bloque » sur une consultation, ce qui arrive un jour à  tout le monde, j’en informe la cliente, tout réside dans l’harmonie entre la cliente et le praticien.
    J’espère vous apporter une réponse claire.
    A bientôt de vous lire.
    Joëlle Voyance

    1. > La voyance comme unique source de revenu
      Je viens de lire vos différents commentaires…vous parlez de calme, de concentration, de laps de temps entre 2 voyances. Je pense effectivement qu’une voyance doit être réalisée en obéissant à  ces critères. Et, que penser, de la voyance « par audiotel » où les consultants passent « à  la chaîne » ? n’y a t’il pas, à  ce moment-là , risque d’interférence, de l’un à  l’autre ? et donc manque de fiabilité ? ces consultations à  la chaîne ne sont-elles pas source d’erreurs et mauvais ressentis ? Monique

    2. > La voyance comme unique source de revenu
      Je viens de lire vos différents commentaires…vous parlez de calme, de concentration, de laps de temps entre 2 voyances. Je pense effectivement qu’une voyance doit être réalisée en obéissant à  ces critères. Et, que penser, de la voyance « par audiotel » où les consultants passent « à  la chaîne » ? n’y a t’il pas, à  ce moment-là , risque d’interférence, de l’un à  l’autre ? et donc manque de fiabilité ? ces consultations à  la chaîne ne sont-elles pas source d’erreurs et mauvais ressentis ? Monique

  6. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle,
    Je pense que vous n’êtes pas la seule à  vous poser cette question, je vais tenter de vous éclairer. Pour qu’une consultation soit éfficace, la voyante a besoin de calme, de sérénité et d’un grand pouvoir de concentration. Lorsque ces trois éléments sont réunis, les « flashs » viennent, avec comme support votre voix et les cartes, pendules ou runes etc….Pour ma part, si je « bloque » sur une consultation, ce qui arrive un jour à  tout le monde, j’en informe la cliente, tout réside dans l’harmonie entre la cliente et le praticien.
    J’espère vous apporter une réponse claire.
    A bientôt de vous lire.
    Joëlle Voyance

  7. > La voyance comme unique source de revenu : réponse d’une professionnelle
    Bonjour Marie Laurence

    Je respecte votre point de vue sur le fait qu’il soit pour vous nécessaire d’avoir la personne de manière physique dans votre cabinet.

    Mais je ne pense pas que le degré d’empathie, de communication émotionnelle, de dévouement et d’efficacité soit mesurable sur ce critère.

    Je connais nombre de praticiens pratiquant par téléphone, capable de rester le temps qu’il faut au téléphone, capable de voyances stupéfiantes. En ce qui me concerne et comme pour d’autres je ne me sers pas de la voix de mon consultant pour travailler. Il m’imorte peu que la voix soit déformée ou pas. Je me « branche » différemment, souvent avec l’aide de mon guide. Il se tisse des fils conducteurs entre le consultant et moi qui me permet de le faire, vous expliquer le pourquoi du comment je ne saurais vous dire. Et pour parler avec pas mal de voyants, ils vous diraient aussi la même chose.

    Ils ne connaissant pas non plus le sens du mot week-end ou soirées paisibles avec leurs proches. Qui ne font pas de voyance au rabais ni forcément de tarifs préférentiels, pas forcément mais pas impossible non plus. Tout dépend de la personne et de ce que l’on ressent à  ce moment là . Leur agenda est plein aussi et non pas parcequ’ils font de la pub outrancière mais pour ce qu’ils sont et ce qu’ils donnent.

    Je ne compte plus le nombre de voyances ou moi même comme vous le dites, les drames qui peuvent parfois se jouent parmi notre clientèle m’a profondément perturbé moi aussi. Et je ne susi pas la seule.

    Sauf que j’ai pour principe que si je veux continuer à  aider, je ne peux me laisser entrainer dans le marécage émotionnel dans lequels ils se trouvent, sous peine de m’eliser moi aussi et de ne plus pouvoir les en tirer. Je reste donc sur la berge.

    Deux ou 3 voyances par personne dans l’année ? Je ne me suis jamais fixée ce genre de règles, en général c’est ce qui se produit, mais ma porte reste ouverte si d’autres problématqiues surgissent, des moments de malaise émotionnel paralysent.
    Maintenant il est évident que poser sans arret les mêmes questions ne sert à  rien, sauf à  s’enfoncer plus encore dans la confusion. Et lorsque un consultant s’enferme dans un systèlme de pensée qui le bloque dans sa vie, une aide thérapeutique peut s’avérer nécessaire.

    Quant au tarot et à  l’astrologie, sont en effet deux merveilleux outils, mais ce qui leur donne toute sa valeur, c’est vous !

    Bien cordialement

  8. > La voyance comme unique source de revenu : réponse d’une professionnelle
    Bonjour Marie Laurence

    Je respecte votre point de vue sur le fait qu’il soit pour vous nécessaire d’avoir la personne de manière physique dans votre cabinet.

    Mais je ne pense pas que le degré d’empathie, de communication émotionnelle, de dévouement et d’efficacité soit mesurable sur ce critère.

    Je connais nombre de praticiens pratiquant par téléphone, capable de rester le temps qu’il faut au téléphone, capable de voyances stupéfiantes. En ce qui me concerne et comme pour d’autres je ne me sers pas de la voix de mon consultant pour travailler. Il m’imorte peu que la voix soit déformée ou pas. Je me « branche » différemment, souvent avec l’aide de mon guide. Il se tisse des fils conducteurs entre le consultant et moi qui me permet de le faire, vous expliquer le pourquoi du comment je ne saurais vous dire. Et pour parler avec pas mal de voyants, ils vous diraient aussi la même chose.

    Ils ne connaissant pas non plus le sens du mot week-end ou soirées paisibles avec leurs proches. Qui ne font pas de voyance au rabais ni forcément de tarifs préférentiels, pas forcément mais pas impossible non plus. Tout dépend de la personne et de ce que l’on ressent à  ce moment là . Leur agenda est plein aussi et non pas parcequ’ils font de la pub outrancière mais pour ce qu’ils sont et ce qu’ils donnent.

    Je ne compte plus le nombre de voyances ou moi même comme vous le dites, les drames qui peuvent parfois se jouent parmi notre clientèle m’a profondément perturbé moi aussi. Et je ne susi pas la seule.

    Sauf que j’ai pour principe que si je veux continuer à  aider, je ne peux me laisser entrainer dans le marécage émotionnel dans lequels ils se trouvent, sous peine de m’eliser moi aussi et de ne plus pouvoir les en tirer. Je reste donc sur la berge.

    Deux ou 3 voyances par personne dans l’année ? Je ne me suis jamais fixée ce genre de règles, en général c’est ce qui se produit, mais ma porte reste ouverte si d’autres problématqiues surgissent, des moments de malaise émotionnel paralysent.
    Maintenant il est évident que poser sans arret les mêmes questions ne sert à  rien, sauf à  s’enfoncer plus encore dans la confusion. Et lorsque un consultant s’enferme dans un systèlme de pensée qui le bloque dans sa vie, une aide thérapeutique peut s’avérer nécessaire.

    Quant au tarot et à  l’astrologie, sont en effet deux merveilleux outils, mais ce qui leur donne toute sa valeur, c’est vous !

    Bien cordialement

  9. > La voyance comme unique source de revenu : réponse d’une professionnelle
    Bonjour,

    vous nous faites part de vos croyances.
    Je ne les partage pas.

    Première croyance :

    selon vous la consultation téléphonique aurait été inventée par un malin (là , je ne vous suis pas du tout).
    Si je vous comprends bien, toujours selon vous (et vous assimilez votre avis à  celui de tous les gens sérieux), la consultation téléphonique serait une arnaque (là , je résume ce que j’ai compris de votre propos) ?

    mon humble avis est que la consultation téléphonique présente des limites (surtout celles que se fixe le praticien) et des avantages.
    Certaines personnes (praticiens et clients) sont plus à  l’aise lors d’un échange par téléphone.
    Il n’y a pas de règle, c’est selon la nature de chacun…
    La distance permet également de ne pas être influencé par des éléments tangibles, des attitudes, des comportements.

    Si j’en crois les comptes-rendus de consultations-tests des consommateurs, la chaleur humaine est bien présente même au téléphone [et bien plus que ça ;-)].
    Encore une fois, c’est une question de personne plus que de technique.

    Votre seconde croyance selon laquelle “on ne peut pas gagner sa vie avec ce travail quand on le fait avec passion et honnêtement†.
    Je pense au contraire que c’est possible, tout dépend de ce que vous entendez par gagner sa vie ?
    Vous n’allez tout de même pas faire croire aux lecteurs que le voyant honnête est condamné à  vivre misérablement !

    Votre troisième croyance selon laquelle nous n’aurions aucune maîtrise de notre emploi du temps et qui implique que nous n’aurions plus aucune tranquilité personnelle, ne me parle pas non plus. Personnellement, je gère les RDV en fonction de ma vie personnelle que je veux équilibrée et sereine autant que faire se peut.
    Cela n’est pas très facile, mais c’est possible. Il suffit de savoir décrocher 😉
    Chez moi Dimanche c’est dimanche ! Mes journées commencent le plus souvent à  10h du matin.
    Je ne travaille jamais la nuit ni tard le soir.
    Lorsque je suis fatigué, j’arrête et je me repose.

    Quatrième croyance :

    selon vous, si un consultant revient vous voir plus de 3 fois par an, vous avez mal fait votre travail.
    Je ne crois pas que vous soyez responsable de la dépendance de vos clients. Vous ne pouvez pas toujours réussir.

    Enfin, je ne crois pas non plus que la publicité dans les journaux soit l’apanage des escrocs… Le bouche-à -oreille c’est bien gentil, mais il faut bien commencer par trouver quelques centaines de bouches et d’oreilles avant d’y voir clair ;-)))

    Bien à  vous,
    Laurent EDOUARD
    TAROLOGUE

    PS : « La voyance autrement » de Corinne Morel chez JACQUES GRANCHER

  10. > La voyance comme unique source de revenu : réponse d’une professionnelle
    Bonjour,

    vous nous faites part de vos croyances.
    Je ne les partage pas.

    Première croyance :

    selon vous la consultation téléphonique aurait été inventée par un malin (là , je ne vous suis pas du tout).
    Si je vous comprends bien, toujours selon vous (et vous assimilez votre avis à  celui de tous les gens sérieux), la consultation téléphonique serait une arnaque (là , je résume ce que j’ai compris de votre propos) ?

    mon humble avis est que la consultation téléphonique présente des limites (surtout celles que se fixe le praticien) et des avantages.
    Certaines personnes (praticiens et clients) sont plus à  l’aise lors d’un échange par téléphone.
    Il n’y a pas de règle, c’est selon la nature de chacun…
    La distance permet également de ne pas être influencé par des éléments tangibles, des attitudes, des comportements.

    Si j’en crois les comptes-rendus de consultations-tests des consommateurs, la chaleur humaine est bien présente même au téléphone [et bien plus que ça ;-)].
    Encore une fois, c’est une question de personne plus que de technique.

    Votre seconde croyance selon laquelle “on ne peut pas gagner sa vie avec ce travail quand on le fait avec passion et honnêtement†.
    Je pense au contraire que c’est possible, tout dépend de ce que vous entendez par gagner sa vie ?
    Vous n’allez tout de même pas faire croire aux lecteurs que le voyant honnête est condamné à  vivre misérablement !

    Votre troisième croyance selon laquelle nous n’aurions aucune maîtrise de notre emploi du temps et qui implique que nous n’aurions plus aucune tranquilité personnelle, ne me parle pas non plus. Personnellement, je gère les RDV en fonction de ma vie personnelle que je veux équilibrée et sereine autant que faire se peut.
    Cela n’est pas très facile, mais c’est possible. Il suffit de savoir décrocher 😉
    Chez moi Dimanche c’est dimanche ! Mes journées commencent le plus souvent à  10h du matin.
    Je ne travaille jamais la nuit ni tard le soir.
    Lorsque je suis fatigué, j’arrête et je me repose.

    Quatrième croyance :

    selon vous, si un consultant revient vous voir plus de 3 fois par an, vous avez mal fait votre travail.
    Je ne crois pas que vous soyez responsable de la dépendance de vos clients. Vous ne pouvez pas toujours réussir.

    Enfin, je ne crois pas non plus que la publicité dans les journaux soit l’apanage des escrocs… Le bouche-à -oreille c’est bien gentil, mais il faut bien commencer par trouver quelques centaines de bouches et d’oreilles avant d’y voir clair ;-)))

    Bien à  vous,
    Laurent EDOUARD
    TAROLOGUE

    PS : « La voyance autrement » de Corinne Morel chez JACQUES GRANCHER

  11. > La voyance comme unique source de revenu
    bonjour
    je repond a ta question, en ce qui me concerne je suis capable de faire de la voyance par le biais de mes cartes sans limite (ds la mesure du raisonnable )
    bien sur je parle de reel voyance et non d’interpretation legere, neanmoins je tient a souligner que la voyance est un don et de ce fait il appartient a chaque voyant et voyante de se tenir au minimum qu’ est en droit d’attendre un consultant: l’honnetteté.
    il arrive qu’avec certaine personne on ne voit rien et ds ce cas il suffit simplement de le dire .
    cartes75@hotmail.com

  12. > La voyance comme unique source de revenu
    bonjour
    je repond a ta question, en ce qui me concerne je suis capable de faire de la voyance par le biais de mes cartes sans limite (ds la mesure du raisonnable )
    bien sur je parle de reel voyance et non d’interpretation legere, neanmoins je tient a souligner que la voyance est un don et de ce fait il appartient a chaque voyant et voyante de se tenir au minimum qu’ est en droit d’attendre un consultant: l’honnetteté.
    il arrive qu’avec certaine personne on ne voit rien et ds ce cas il suffit simplement de le dire .
    cartes75@hotmail.com

  13. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle ,

    Je viens de  » tomber  » sur votre message et je le trouve intéressant et pertinent .
    Intéressant dans la mesure où à  sa manière il essaye de rentrer dans les coulisses d’ un métier .
    Il est bien-entendu évident que dans l’ activité de la Voyance ( comme dans toute activité commerciale ) ,
    Il y a des abus dans tous les sens .
    Je crois que ce qui nous réunit ici c’ est le choix d’ une éthique , nous sommes nombreux demandeurs
    d ‘une charte de bonne conduite ( voir l’ article d’ Alain Bougarel Août 2004 ).
    Nous nous corrigeons que lorsqu ‘une règle est fixée ( que ce soit consultants ou praticiens ).
    Ceci dit , revenons à  votre interrogation , est-ce que le consultant est pénalisé par le nombre de consultations faites par le consultant ?
    J avoues qu’en ce qui me concerne , là  ,il n’ y à  plus règles .
    Une consultation telle que je la pratique dure 1h à  1h30 ( plus environ 2h de préparations ) ,
    Il m’ est arrivé d’ en faire quatre dans la journée et cela pour une assez longue période .
    Je n’ ai eu aucune vie familiale ( j’ étais partis bosser dans le pays du Yi King )
    Je crois que ça c’ est bien passé …
    Et puis , un matin , le téléphone c’ est arrêté .
    J ai remercié le « Magicien « qui allume ou éteint le téléphone .
    Et puis alors que l’ on est occupé ailleurs , l’ appareil se rallume : Allo?
    On revient au  » travail  » où l’ on n’ y revient pas ,
    Comme il à  été dit , la voyance , c’ est uniquement : Un état d’ esprit ,
    Il est là  où pas ( peut-on commander un rêve ? ) .
    Cela ne veut pas dire que le Rêve soit toujours parfait ou exact , une consultation est Unique comme le dit Laurent Edouard
    Nous pouvons voir : une partie , la moitié , beaucoup , plus encore que ne l’ espérait la personne , ( cela dépend aussi beaucoup du consultant ) .
    Pour ma part lorsque en accord avec la personne , je cale sur un aspect , je remet à  plus tard cette partie de la consultation .
    Faire une voyance , nous prend beaucoup de nous …
    J’ ai beaucoup d ‘ admiration pour les Voyantes qui assument une vie de Famille en exerçant leur savoir-faire .
    Pour ma part , il me serait impossible de tenir une cadence soutenue ( plus de trois consultations ) de manière régulière .
    Je refuse souvent , car l’ esprit n’ est pas là  et lorsque l’ on me demande une consultation immédiate , si je ressent que je peux la faire , je la fais .
    Concernant l’ aspect pertinent de votre message .
    L’ argent est un problème pour la plupart d’ entre nous .
    Il ne s’ agit pas de se plaindre mais la réalité est que sur le prix payé par le consultant environ la moitié reviendra au praticien .
    Il faut donc savoir compter pour vivre normalement .
    Pour ma part j’ ai résolu le problème ainsi :
    J’ ai demandé à  mon comptable de me calculer le prix d’ une consultation ( en fonction du temps passé ),
    Ensuite de me dire combien de consultations je devrais faire dans le mois pour gagner l’ équivalent d’ un salaire moyen .
    Je m’ en tiens donc à  ce chiffre que je gère en fonction de mes possibilités ( d’ esprit ) .
    Je travaille le Dimanche , pour rattraper une consultation que j’ ai du refuser le mercredi …
    Enfin voilà  , j’ espère avoir répondu clairement à  votre interrogations .
    Amitiés : Claude Sarfati

  14. > La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle ,

    Je viens de  » tomber  » sur votre message et je le trouve intéressant et pertinent .
    Intéressant dans la mesure où à  sa manière il essaye de rentrer dans les coulisses d’ un métier .
    Il est bien-entendu évident que dans l’ activité de la Voyance ( comme dans toute activité commerciale ) ,
    Il y a des abus dans tous les sens .
    Je crois que ce qui nous réunit ici c’ est le choix d’ une éthique , nous sommes nombreux demandeurs
    d ‘une charte de bonne conduite ( voir l’ article d’ Alain Bougarel Août 2004 ).
    Nous nous corrigeons que lorsqu ‘une règle est fixée ( que ce soit consultants ou praticiens ).
    Ceci dit , revenons à  votre interrogation , est-ce que le consultant est pénalisé par le nombre de consultations faites par le consultant ?
    J avoues qu’en ce qui me concerne , là  ,il n’ y à  plus règles .
    Une consultation telle que je la pratique dure 1h à  1h30 ( plus environ 2h de préparations ) ,
    Il m’ est arrivé d’ en faire quatre dans la journée et cela pour une assez longue période .
    Je n’ ai eu aucune vie familiale ( j’ étais partis bosser dans le pays du Yi King )
    Je crois que ça c’ est bien passé …
    Et puis , un matin , le téléphone c’ est arrêté .
    J ai remercié le « Magicien « qui allume ou éteint le téléphone .
    Et puis alors que l’ on est occupé ailleurs , l’ appareil se rallume : Allo?
    On revient au  » travail  » où l’ on n’ y revient pas ,
    Comme il à  été dit , la voyance , c’ est uniquement : Un état d’ esprit ,
    Il est là  où pas ( peut-on commander un rêve ? ) .
    Cela ne veut pas dire que le Rêve soit toujours parfait ou exact , une consultation est Unique comme le dit Laurent Edouard
    Nous pouvons voir : une partie , la moitié , beaucoup , plus encore que ne l’ espérait la personne , ( cela dépend aussi beaucoup du consultant ) .
    Pour ma part lorsque en accord avec la personne , je cale sur un aspect , je remet à  plus tard cette partie de la consultation .
    Faire une voyance , nous prend beaucoup de nous …
    J’ ai beaucoup d ‘ admiration pour les Voyantes qui assument une vie de Famille en exerçant leur savoir-faire .
    Pour ma part , il me serait impossible de tenir une cadence soutenue ( plus de trois consultations ) de manière régulière .
    Je refuse souvent , car l’ esprit n’ est pas là  et lorsque l’ on me demande une consultation immédiate , si je ressent que je peux la faire , je la fais .
    Concernant l’ aspect pertinent de votre message .
    L’ argent est un problème pour la plupart d’ entre nous .
    Il ne s’ agit pas de se plaindre mais la réalité est que sur le prix payé par le consultant environ la moitié reviendra au praticien .
    Il faut donc savoir compter pour vivre normalement .
    Pour ma part j’ ai résolu le problème ainsi :
    J’ ai demandé à  mon comptable de me calculer le prix d’ une consultation ( en fonction du temps passé ),
    Ensuite de me dire combien de consultations je devrais faire dans le mois pour gagner l’ équivalent d’ un salaire moyen .
    Je m’ en tiens donc à  ce chiffre que je gère en fonction de mes possibilités ( d’ esprit ) .
    Je travaille le Dimanche , pour rattraper une consultation que j’ ai du refuser le mercredi …
    Enfin voilà  , j’ espère avoir répondu clairement à  votre interrogations .
    Amitiés : Claude Sarfati

  15. La voyance comme unique source de revenu
    bonjour, suite a votre article je me permet de donner mon point de vu en tant que médium voyante depuis plus de quinze ans ce qui je pense me donne le recul nécessaire pour une approche objective du sujet.
    Vous exprimez ce que beaucoup de consultants se posent à  notre sujet à  savoir si nous sommes capables effectuer de bonne voyance si elles se succèdent, si la qualité est toujours au rdv ,si nous ne travaillons pas que pour le côté financier etc…… et bien non, les vrais voyants pratiquent leur métier avec une relation d’échange constructif avec leur consultants et nous sommes a votre écoute et essayons par notre savoir de vous guider au mieux. Contrairement à  certains de mes confrères je n’ai pas besoin de concentration spéciale et suis capable d’enchaîner les consultations sans fatigue car pour moi la voyance est état naturel qui ne me demande aucun effort; il est sur que si je suis malade je décale mes rdv et si je me sens fatigué je n’en prends pas. Quant à  notre capacité de travail chaque voyant doit connaître ses limites car se que vous oubliez c’est qu’une réputation est plus facile à  défaire qu’à  construire ……Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

  16. La voyance comme unique source de revenu
    bonjour, suite a votre article je me permet de donner mon point de vu en tant que médium voyante depuis plus de quinze ans ce qui je pense me donne le recul nécessaire pour une approche objective du sujet.
    Vous exprimez ce que beaucoup de consultants se posent à  notre sujet à  savoir si nous sommes capables effectuer de bonne voyance si elles se succèdent, si la qualité est toujours au rdv ,si nous ne travaillons pas que pour le côté financier etc…… et bien non, les vrais voyants pratiquent leur métier avec une relation d’échange constructif avec leur consultants et nous sommes a votre écoute et essayons par notre savoir de vous guider au mieux. Contrairement à  certains de mes confrères je n’ai pas besoin de concentration spéciale et suis capable d’enchaîner les consultations sans fatigue car pour moi la voyance est état naturel qui ne me demande aucun effort; il est sur que si je suis malade je décale mes rdv et si je me sens fatigué je n’en prends pas. Quant à  notre capacité de travail chaque voyant doit connaître ses limites car se que vous oubliez c’est qu’une réputation est plus facile à  défaire qu’à  construire ……Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

  17. La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle,

    je vais avoir tendance à  vous répondre dans la lignée de ma collègue Estelle des Enclos.
    En ce qui me concerne, le problème qui peut se poser n’est pas celui de voir, car celui-ci est un état, bien que plus ou moins accentué, permanent.
    Le problème est celui d’être concentré suffisamment pour mettre ces perceptions en pratique.
    Donc, un état de déconcentration quelconque, peut être la cause d’une annulation de rendez-vous.

    Je parle de suite d’annulation, ou de report, car je ne vois pas comment on peut faire autrement pour faire un tel travail. Si j’ai un mal de crâne, impossible pour moi de consulter, donc dans ce cas je vais reporter.
    Mais pour être plus générale, lorsque l’on fait ce métier, je crois que l’on est obligés de mener une vie aussi saine que possible. Donc en principe, on s’organise : en ayant le planning de rendez-vous en tête, je vais faire en sorte d’être en forme, et de me préparer mentalement au moins 1h avant chaque consultation.
    De même, pour évacuer les énergies, je consacre également l’heure qui suit à …laisser reposer mon cerveau !

    Donc si l’on prévoit au minimum 1H pour une consultation complète, pour moi cela atteint vite 3H de ma journée qui sont bloquées d’avance sur mon agenda.

    Je crois que pour assurer dans ce métier, il faut faire preuve d’un certain esprit de méditation au quotidien…

    Et pour ce qui est des charges financières, lorsqu’un voyant ouvre un cabinet, c’est qu’il a déjà  une base de clientèle, sinon c’est impossible.

    Celtika

    1. un budjet à  respecter
      Bonjour Daniéle. Votre question est tout à  fait légitime. En effet nous avons des charges à  payer et donc un budget à  respecter. Dans la majorité des cas nous avons soit une bonne clientèle( il faut compter en moyenne 3 ans) , soit un conjoint qui assure le quotidien, soit un revenu complémentaire qui permet de voir venir Car si le « voyant » commence à  angoissé sur le coté financier toutes les dérives sont d’actualité ,consultation bâclée( pour en avoir le plus possible dans la journée), augmentation des tarifs d’une façon disproportionnée , proposition de travaux occultes etc… Heureusement nous sommes encore quelques professionnels à  préférer la qualité à  la rentabilité….Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

    2. un budjet à  respecter
      Bonjour Daniéle. Votre question est tout à  fait légitime. En effet nous avons des charges à  payer et donc un budget à  respecter. Dans la majorité des cas nous avons soit une bonne clientèle( il faut compter en moyenne 3 ans) , soit un conjoint qui assure le quotidien, soit un revenu complémentaire qui permet de voir venir Car si le « voyant » commence à  angoissé sur le coté financier toutes les dérives sont d’actualité ,consultation bâclée( pour en avoir le plus possible dans la journée), augmentation des tarifs d’une façon disproportionnée , proposition de travaux occultes etc… Heureusement nous sommes encore quelques professionnels à  préférer la qualité à  la rentabilité….Amicalement ESTELLE DES ENCLOS

    3. La voyance comme unique source de revenu
      Bonjour a vous .

      Je suis médium pure comme Celtika et je vous confirme le meme mode de fonctionnement en terme de temps et d’organisation avec juste peut etre une petite différence : je travaille uniquement sans support et mon don nécessite un temps d’entretien quotidien de 2 a 4 h par jour (je travaille la vitesse de réception , la précision des flashs , la mémorisation de l’image , des sons , des odeurs et des la scènes reçues pour requestionner selon la demande du consultant etc)

      Je me prépare par la prière une heure avant , je consulte 1h ,puis je me purifie par la prière 1h pour éviter les amalgames de symbolique , de scenes et de flashs avec la destinee du consultant suivant ..je joue la prudence ..question de respect avant tout !

      Je ne peux donc pas faire plus de 2 a 3 consultations par jour également et j’ai fait l’essai d’une de plus par curiosité ..je n’ai aucun soucis de réception vu que je vis ainsi depuis plus de 30 ans au quotidien , mais je préfère me limiter par soucis de qualité .

      Donc oui vous l’avez compris coté financier ..c’est tres « juste » oui mais j’ai fait le choix aussi de vivre pleinement mon don pur , donc j’en accepte le coté modeste au bénéfice de la qualité des échanges humains qu’il m’apporte et surtout du resultat aussi modeste soit il dans la destinee de certaines personnes .

      Pour vous répondre sur la clientéle , voici comment j’ai fait : j’ai pratiqué la voyance gratuite partout et en toute occasion des l’age de 15 ans , d’abord au lycee puis par le biais de mediums purs d’age mur qui m’envoyaient du monde et qui me faisaient confiance .

      Ensuite et en parallele j’ai exerçé mon métier d’infirmiere pour mieux comprendre l’ame humaine , sa complexité et ses souffrances morales , ds les services d’urgence et de chirurgie , j’ai sauvé des vies grace a mes flashs qui me guidaient donc j’ai continué !

      FLASHER.. c’est une petite partie du métier de voyant ..la partie « formulation » et la plus dure face a la souffrance de l’autre surtout quand vous devez annoncer des choses douloureuses et durablement douloureuses meme parfois ..

      J’ai ensuite exercé en activité mixe liberal mi infirmiere et mi voyante .

      Apres j’ai travaillé sur des centaines de questions gratuites sur des forums de voyance car je voulais me tester sur la précision des details , m’ameliorer sur le temps , developper mes capacités ds des domaines plus compliqués en flash ; les politiques de developpement commerciaux , les diversités artistiques , les differentes procedures judiciaires etc etc .

      En plus la voyance en forum permets d’aider ceux qui n’ont plus de cb et une tres grave detresse de vie .

      Les résultats de tout cela sont les « retours » qui fidélisent par le bouche a oreille et c’est pour moi la meilleur carte ..ensuite le temps fait bien les choses ..si vous etes sérieuse et stable dans votre don ..le ciel vous recompence ..tout simplement …et pas que le ciel : l’etre humain est reconnaissant quand vous l’avez accompagné dans une partie « charnière » de sa vie .

      Tres belle route a vous !

      Chaleureusement

      SARA ISABELLE CHASLES

    4. La voyance comme unique source de revenu
      Bonjour a vous .

      Je suis médium pure comme Celtika et je vous confirme le meme mode de fonctionnement en terme de temps et d’organisation avec juste peut etre une petite différence : je travaille uniquement sans support et mon don nécessite un temps d’entretien quotidien de 2 a 4 h par jour (je travaille la vitesse de réception , la précision des flashs , la mémorisation de l’image , des sons , des odeurs et des la scènes reçues pour requestionner selon la demande du consultant etc)

      Je me prépare par la prière une heure avant , je consulte 1h ,puis je me purifie par la prière 1h pour éviter les amalgames de symbolique , de scenes et de flashs avec la destinee du consultant suivant ..je joue la prudence ..question de respect avant tout !

      Je ne peux donc pas faire plus de 2 a 3 consultations par jour également et j’ai fait l’essai d’une de plus par curiosité ..je n’ai aucun soucis de réception vu que je vis ainsi depuis plus de 30 ans au quotidien , mais je préfère me limiter par soucis de qualité .

      Donc oui vous l’avez compris coté financier ..c’est tres « juste » oui mais j’ai fait le choix aussi de vivre pleinement mon don pur , donc j’en accepte le coté modeste au bénéfice de la qualité des échanges humains qu’il m’apporte et surtout du resultat aussi modeste soit il dans la destinee de certaines personnes .

      Pour vous répondre sur la clientéle , voici comment j’ai fait : j’ai pratiqué la voyance gratuite partout et en toute occasion des l’age de 15 ans , d’abord au lycee puis par le biais de mediums purs d’age mur qui m’envoyaient du monde et qui me faisaient confiance .

      Ensuite et en parallele j’ai exerçé mon métier d’infirmiere pour mieux comprendre l’ame humaine , sa complexité et ses souffrances morales , ds les services d’urgence et de chirurgie , j’ai sauvé des vies grace a mes flashs qui me guidaient donc j’ai continué !

      FLASHER.. c’est une petite partie du métier de voyant ..la partie « formulation » et la plus dure face a la souffrance de l’autre surtout quand vous devez annoncer des choses douloureuses et durablement douloureuses meme parfois ..

      J’ai ensuite exercé en activité mixe liberal mi infirmiere et mi voyante .

      Apres j’ai travaillé sur des centaines de questions gratuites sur des forums de voyance car je voulais me tester sur la précision des details , m’ameliorer sur le temps , developper mes capacités ds des domaines plus compliqués en flash ; les politiques de developpement commerciaux , les diversités artistiques , les differentes procedures judiciaires etc etc .

      En plus la voyance en forum permets d’aider ceux qui n’ont plus de cb et une tres grave detresse de vie .

      Les résultats de tout cela sont les « retours » qui fidélisent par le bouche a oreille et c’est pour moi la meilleur carte ..ensuite le temps fait bien les choses ..si vous etes sérieuse et stable dans votre don ..le ciel vous recompence ..tout simplement …et pas que le ciel : l’etre humain est reconnaissant quand vous l’avez accompagné dans une partie « charnière » de sa vie .

      Tres belle route a vous !

      Chaleureusement

      SARA ISABELLE CHASLES

  18. La voyance comme unique source de revenu
    Bonjour Danièle,

    je vais avoir tendance à  vous répondre dans la lignée de ma collègue Estelle des Enclos.
    En ce qui me concerne, le problème qui peut se poser n’est pas celui de voir, car celui-ci est un état, bien que plus ou moins accentué, permanent.
    Le problème est celui d’être concentré suffisamment pour mettre ces perceptions en pratique.
    Donc, un état de déconcentration quelconque, peut être la cause d’une annulation de rendez-vous.

    Je parle de suite d’annulation, ou de report, car je ne vois pas comment on peut faire autrement pour faire un tel travail. Si j’ai un mal de crâne, impossible pour moi de consulter, donc dans ce cas je vais reporter.
    Mais pour être plus générale, lorsque l’on fait ce métier, je crois que l’on est obligés de mener une vie aussi saine que possible. Donc en principe, on s’organise : en ayant le planning de rendez-vous en tête, je vais faire en sorte d’être en forme, et de me préparer mentalement au moins 1h avant chaque consultation.
    De même, pour évacuer les énergies, je consacre également l’heure qui suit à …laisser reposer mon cerveau !

    Donc si l’on prévoit au minimum 1H pour une consultation complète, pour moi cela atteint vite 3H de ma journée qui sont bloquées d’avance sur mon agenda.

    Je crois que pour assurer dans ce métier, il faut faire preuve d’un certain esprit de méditation au quotidien…

    Et pour ce qui est des charges financières, lorsqu’un voyant ouvre un cabinet, c’est qu’il a déjà  une base de clientèle, sinon c’est impossible.

    Celtika

  19. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
    J’interviens car je suis marié avec une voyante.
    Je l’ai rencontré et j’ai appris à  vivre avec son don original.
    D’un esprit très cartésien (je suis cadre supérieur dans la finances), mais aussi très pragmatique, je l’ai encouragé à  laisser tomber son BTS en alternance non rémunéré (elle touchait une allocation chômage de 800€ et une allocation de mère isolée) pour se consacrer uniquement à  la voyance car elle complétait de 500€ ses allocations en travaillant 4 Dimanches par mois en donnant des cours de tarot de Marseille.

    Partant du calcul simple qu’en 4 fois 3 heures de travail, chaque Dimanche elle gagnait 500€…. Je lui dis qu’en pratiquant la voyance elle gagnerait beaucoup plus qu’en étant animatrice socio-culturelle (1200€/mois).

    Elle a le statut d’auto entrepreneur qui est bien plus intéressant : taux d’imposition de 27%, et de 5% la première année.

    Rien n’empêche de dissoudre son entreprise régulièrement et de la remonter sous une autre dénomination…. Bernard Tapie et nos chers magnats de la finance dont l’actuel président du Médef (Gataz), font ça très bien !!!

    Bref elle tourne à  4×500€ par mois aujourd’hui (net) en travaillant 25h/mois !!! je viens donc logiquement de la pousser à  ouvrir son cabinet (après 1 année complète à  exercer à  domicile et avec une clientèle déjà  établie, car elle a le potentiel (physique et emploi du temps) pour doubler voir tripler ses revenus vu qu’elle a 1/2 clients par jour et pourrait monter à  4/5.

    J’ajoute qu’elle pratique également l’astrologie karmique et le magnétisme et qu’elle combine les trois pratiques dans son emploi du temps pour varier les activités et les compléter. Elle ressent des blocages ou ce qu’elle appelle de la magie noire chez tel ou tel client, soit elle traite elle même où si c’est trop fort elle envoie vers un confrère spécialisé. Généralement sa voyance est bloquée par les personnalités réfractaires et suspicieuses « les testeurs » qui posent des questions bidons dont ils connaissent les réponses. Elle les démasque toujours mais n’a pas encore trouvé l’aplomb de virer la personne quand elle sent un double jeu. La voyance est basée sur une relation de confiance, de lâcher prise et d’acceptation de l’imperfection. Les oracles se prononcent mais sont parfois joueurs et énigmatiques.

    Enfin, pour conclure, ce qui n’est pas évoqué dans le post, ce sont les techniques de débrouille pour diminuer la pression fiscale dans l’hexagone, . Plus ou moins légales : dons aux associations, optimisation fiscale, mais pour les autres techniques moins nettes, je vous laisse deviner 😉 c’est vous les voyants 🙂 pas moi.

    1. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
      Je vous remercie pour ce message, Monsieur le mari de la Voyante 😉

      Voilà  qui fait plaisir de voir un mari soutenir sa femme dans son activité 🙂

      Je lui souhaite de s’épanouir et de se faire totalement confiance 🙂

      Namaste 🙂

    2. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
      Je vous remercie pour ce message, Monsieur le mari de la Voyante 😉

      Voilà  qui fait plaisir de voir un mari soutenir sa femme dans son activité 🙂

      Je lui souhaite de s’épanouir et de se faire totalement confiance 🙂

      Namaste 🙂

    3. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
      Bonjour,

      Je suis en pleine recherche pour construire mon étude de marché et dans l’objectif d’ouvrir aussi mon cabinet de médium et je viens de me régalée en lisant vos commentaires et déductions des choses pour défendre notre métier durement gagné et là je parle humainement. Les tournures de phrases sont excellentes et si vrai. Merci de protéger votre petite femme de ces acquis, c’est aussi un cadeau pour vous et votre profession. Bien cordialement

    4. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
      Bonjour,

      Je suis en pleine recherche pour construire mon étude de marché et dans l’objectif d’ouvrir aussi mon cabinet de médium et je viens de me régalée en lisant vos commentaires et déductions des choses pour défendre notre métier durement gagné et là je parle humainement. Les tournures de phrases sont excellentes et si vrai. Merci de protéger votre petite femme de ces acquis, c’est aussi un cadeau pour vous et votre profession. Bien cordialement

  20. La voyance comme unique source de revenu… Oui !!!
    J’interviens car je suis marié avec une voyante.
    Je l’ai rencontré et j’ai appris à  vivre avec son don original.
    D’un esprit très cartésien (je suis cadre supérieur dans la finances), mais aussi très pragmatique, je l’ai encouragé à  laisser tomber son BTS en alternance non rémunéré (elle touchait une allocation chômage de 800€ et une allocation de mère isolée) pour se consacrer uniquement à  la voyance car elle complétait de 500€ ses allocations en travaillant 4 Dimanches par mois en donnant des cours de tarot de Marseille.

    Partant du calcul simple qu’en 4 fois 3 heures de travail, chaque Dimanche elle gagnait 500€…. Je lui dis qu’en pratiquant la voyance elle gagnerait beaucoup plus qu’en étant animatrice socio-culturelle (1200€/mois).

    Elle a le statut d’auto entrepreneur qui est bien plus intéressant : taux d’imposition de 27%, et de 5% la première année.

    Rien n’empêche de dissoudre son entreprise régulièrement et de la remonter sous une autre dénomination…. Bernard Tapie et nos chers magnats de la finance dont l’actuel président du Médef (Gataz), font ça très bien !!!

    Bref elle tourne à  4×500€ par mois aujourd’hui (net) en travaillant 25h/mois !!! je viens donc logiquement de la pousser à  ouvrir son cabinet (après 1 année complète à  exercer à  domicile et avec une clientèle déjà  établie, car elle a le potentiel (physique et emploi du temps) pour doubler voir tripler ses revenus vu qu’elle a 1/2 clients par jour et pourrait monter à  4/5.

    J’ajoute qu’elle pratique également l’astrologie karmique et le magnétisme et qu’elle combine les trois pratiques dans son emploi du temps pour varier les activités et les compléter. Elle ressent des blocages ou ce qu’elle appelle de la magie noire chez tel ou tel client, soit elle traite elle même où si c’est trop fort elle envoie vers un confrère spécialisé. Généralement sa voyance est bloquée par les personnalités réfractaires et suspicieuses « les testeurs » qui posent des questions bidons dont ils connaissent les réponses. Elle les démasque toujours mais n’a pas encore trouvé l’aplomb de virer la personne quand elle sent un double jeu. La voyance est basée sur une relation de confiance, de lâcher prise et d’acceptation de l’imperfection. Les oracles se prononcent mais sont parfois joueurs et énigmatiques.

    Enfin, pour conclure, ce qui n’est pas évoqué dans le post, ce sont les techniques de débrouille pour diminuer la pression fiscale dans l’hexagone, . Plus ou moins légales : dons aux associations, optimisation fiscale, mais pour les autres techniques moins nettes, je vous laisse deviner 😉 c’est vous les voyants 🙂 pas moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

Dans la même catégorie

Courrier des lecteurs

Don perdu

Réservez UNE CONSULTATION-TEST