Le Marco Polo de la spiritualité Chinoise

Richard Wilhelm

Né en 1873 en Allemagne Richard Wilhelm est devenu le Marco Polo du monde intérieur de la Chine.

Richard Wilhelm
Richard Wilhelm

Il est plus que tout autre celui qui à  fait découvrir à  l’ ouest ( l’ occident dit on aujourd’hui) le vaste héritage spirituel de la Chine.

A la fin du dix neuvième siècle , alors qu’ il avait vingt-huit ans , ce pasteur missionnaire fût envoyé en Chine : à  Tsin-Tao afin d’ évangéliser des Chinois.

Wilhelm rapidement envahi par la grandeur de l’ âme Chinoise , n’ avait que du respect pour la sagesse de ce peuple ancien et au moins aussi riche en connaissances de toutes sortes que le sien.

A la fin de sa vie , il confiera à  son ami Jung sa fierté de n’ avoir jamais évangéliser un seul Chinois.

Lao Nai-Hsuan
Lao Nai-Hsuan
En 1911 lors de son deuxième voyage en Chine , Wilhelm , fit la connaissance d’ un grand lettré appartenant à  la famille de Confucius.

Cet homme, Lao Nai-Hsuan , conscient que l’ évolution spirituelle de son pays devrait passer par une ouverture au monde , trouva en Wilhelm un disciple épris de sagesse :

– « Lao à  ouvert pour la première fois mon esprit aux merveilles du livre des changements.
Sous ses conseils expérimentés , j’ ai erré ravi dans ce monde étrange et pourtant familier.
La traduction du texte à  été faite après de longues discussions détaillées.
Alors la version Allemande à  été retraduite en Chinois et c’ est seulement après avoir entièrement vérifié
que la signification des textes avait été rapportée que nous avons considérez que notre version était une traduction
« .

Richard Wilhelm – Préface à  la première édition Allemande 1923

En dehors de l’ aspect spirituel de leur travail ce qui rapprocha les deux hommes fut leur passion mutuelle pour les langues.
Wilhelm créa une grande école à  Tsin-Tao dont Lao Nai-Hsuan fut le directeur jusqu’ à  sa mort en 1921.

Lors de son premier voyage en Chine , Wilhelm avait contracté une infection amibienne très grave.
Plus tard Lao (maître en yoga Chinois) essaya de le soigner en vain.

Revenu en Allemagne Wilhelm fit paraître sa traduction du livre des transformation avec l’ aide de son fils Helmut (né en 1905).

C.G.Yung qui avait déjà  fait la préface de la traduction de Legge , reconnut le travail de Wilhelm comme le seul ouvrage Occidental de référence concernant le Yi King.

Wilhelm créa une école de langue Chinoise en Allemagne et publia conjointement avec Yung une nouvelle traduction en 1929 : Le secret de la fleur d’or.

Richard Wilhelm mourut en 1930 à  l’ âge de 57 ans d’ une rechute de l’ affection contractée en Chine.
Son ami Yung dira que cette maladie représentait le combat intérieur de Wilhelm entre l’Est et l’Ouest.

Le 10 mai 1930 à  Munich, lors de son allocution à  la mémoire de Wilhelm, C.G.Yung dira :

« La science du Yi King en effet , ne repose pas sur le principe de causalité , mais sur un autre principe qui n’ à  pas jusqu’ à  présent de nom ,
parce qu’ il n’a pas cours chez nous . Je l’ ai appelé à  l’ essai « principe de Synchronicité« 

Nouvelle_image.jpg

2 réponses

  1. > Le Marco Polo de la spiritualité Chinoise
    Effectivement, la figure de Richard Wilhelm est très intéressante. J’ai en ma possession sa biographie en allemand écrite par son épouse, et publiée dans les années 50. Le livre n’a jamais été traduit en anglais ou en français. Dommage !

  2. > Le Marco Polo de la spiritualité Chinoise
    Effectivement, la figure de Richard Wilhelm est très intéressante. J’ai en ma possession sa biographie en allemand écrite par son épouse, et publiée dans les années 50. Le livre n’a jamais été traduit en anglais ou en français. Dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

SUR l'Officiel de la Voyance

Dans la même catégorie

Réservez UNE CONSULTATION-TEST