...L’épreuve des preuves©

Depuis 1999 LOV recense, grâce vous,
le meilleur des arts divinatoires pour vous préserver du pire.

Forum de l'article

La voyance est-elle toujours bonne pour soi ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Rappel de la discussion
De l’utilité de la voyance
Eysméralda - le 6 janvier 2014

Bonjour, et, bien évidemment, une bonne année 2014 à tous.

Vincent, vous répondez à la question posée en exergue comme un jeune débutant qui n’a jamais eu à traverser des épreuves difficiles ou délicates, ni ne s’est trouvé isolé, ou confronté à des choix trop complexes pour permettre aisément d’avoir le recul nécessaire.

On dirait, à vous lire, que notre métier se résume à dire la bonne aventure. Alors, peut-être que cela est votre cas et je ne juge pas votre pratique en temps que professionnel, mais pour la plupart des voyants notre métier ne se limite pas à inquiéter prématurément par des consultations annonçant des catastrophes ou, au contraire, à distribuer des "cadeaux de Noël à l’avance".

Il est extrêmement réducteur de présenter la voyance sous cet angle peu flatteur, et j’entends bien que vous puissiez vous demander à quoi sert une consultation de voyance si vous ne l’envisagez que par ce biais étriqué.

C’est fort dommage.

C’est également fort triste, car, si vous passez à côté de la communion et de la complicité qui peut se lier dans les premières minutes de la consultation, vous ratez ce qui fait la plus belle facette de notre métier. C’est un don extraordinaire que de pouvoir, simplement à l’intonation d’un « bonjour », dérouler le fil de la vie d’une personne perdue dans ses questionnements, remettre les pièces du puzzle en ordre pour elle, lui donner par cette impulsion recul et vision d’ensemble sur sa vie présente, sa situation, ses possibilités d’avenir.

Nous consultons, pourquoi ? N’est-ce pas évident pour vous ? Notre rôle est d’aider les gens à comprendre ou ils se situent dans leur vie, par rapport à leur passé mais aussi à leur avenir qui déjà se dessine, limpide à nos yeux. Notre rôle est d’éclairer tous les chemins qui se présentent à eux, leurs implications, leurs conséquences, et cela pour que, s’il y a des choix à faire, ils puissent les faire en toute conscience.

En leur permettant de comprendre où ils en sont, d’où ils viennent et où il vont, nous leur offrons de pouvoir construire, à la force de leurs espoirs, le meilleur avenir possible.

Non, définitivement non, il ne s’agit pas de dire « attendez la bouche ouverte que les prédictions se réalisent ». Il s’agit bien au contraire de les mettre face aux choix qu’ils sont en train de faire, parfois inconsciemment, à cette heure ou ils nous consultent et en quoi ils peuvent agir pour éviter les pièges que toujours tends la vie. Leurs points forts du moment, leurs faiblesses aussi. Les personnes dont ils doivent se garder, celles sur qui ils peuvent compter et pourquoi : bref, toutes ces choses de la vie que l’on a jamais le recul de pouvoir analyser posément sur le moment.

Même si la voyance n’existait pas, personne ne serait obligé de faire sa propre introspection. Croire le contraire est aussi absurde que s’imaginer que les blessures graves de la main guériraient toutes toutes seule s’il n’y avait tous les progrès modernes en chirurgie de la main.

Bien sur que certaines personnes feraient seules leur introspection... Mais : je vais vous annoncer un scoop : les personnes qui se sentent la force de prendre sur elles et elles seules leur introspection personnelle ne consultent pas de voyants. Ces personnes font juste leur introspection personnelle comme elles l’entendent, aussi libres que l’on peut l’être : c’est un choix, elles n’ont pas besoin de nous et c’est très bien ainsi.

Les personnes qui consultent le font parce qu’elles ressentent le besoin d’une aide extérieure. Vous prenez le droit de leur répondre avec suffisance qu’elles se porteraient bien mieux si elles faisaient un peu d’efforts pour prendre sur elles de s’en sortir toutes seules : c’est odieux. Vous êtes odieux.

Vous ne vous êtes donc jamais rendu compte que, souvent, les personnes qui nous consultaient avaient réellement besoin d’un éclairage sur leur vie, leur passé, leur présent, leur avenir ? Quel genre de voyant êtes vous ?

Bien sur qu’un professionnel peut se tromper. C’est le cas dans toutes les professions, ceci dit : avocat, médecin, chercheur : pas une exception qui tienne. Oui, nous devons faire preuve de prudence, oui, nous devons nous garder de tout dogmatisme. Oui, nous devons prendre garde à ce que les personnes fragiles qui peuvent êtres amenées à nous consulter ne se mette pas martèle en tête jusqu’à nous considérer comme la voix incarnée de Dieu Infaillible ou un quelconque gourou. Oui.

Tout ça, c’est ce que l’on appelle le métier, sans vouloir être désobligeante. Cela s’apprend par l’expérience. Tout le monde fait des erreurs, et il est à la portée de chacun de réfléchir sur sa propre pratique et de se corriger. Ce n’est jamais facile, mais n’allez pas prétendre que cela est impossible. On peut être voyant et donner des consultations avec toute la prudence nécessaire. On peut éclairer la vie des gens sans les transformer en pantins dont on tire les ficelles : bien au contraire. Car les informations que l’on délivre et le recul qui en découle, lorsque tout est présenté avec la prudence nécessaire, libère l’horizon.

Où avez-vous vu que le recours à la voyance était un phénomène moderne ? Que notre métier puisse être librement exercé est récent, certes, après tout nous sortons de longs siècles de prohibitions qui firent suite à d’encore plus longs siècles de persécutions. Mais, sincèrement : d’où tirez-vous que las aïeux ne consultaient pas ? C’est proprement n’importe quoi ! Lisez les écrits de Marie-Anne Lenormand, vous en apprendrez un peu plus sur l’histoire de notre métier et vous ne vous en porterez que mieux. Un peu d’introspection sur le sujet ne peux pas vous faire de mal.

La voyance n’est pas devenue une marchandise comme une autre. Le créneau à été pris d’assaut par une kyrielle de lignes surtaxées diverses plus ou moins douteuses, un business de la détresse humaine s’est formé, oui : mais cela n’est pas de la voyance. à‡a en usurpe juste le nom.

Enfin, permettez-moi de vous dire que vous n’avez pas à vous inquiéter de votre avenir, si vous n’imaginez même pas que l’on puisse vivre des situations complexes qui empêchent d’apprécier le présent avec sérénité, alors vous ne savez rien de la vie.
Pouvoir lâcher son passé n’est pas donné à tout le monde, hélas. Parfois, il n’y a pas d’autres choix que de vivre avec et de trouver des stratégie pour qu’il ne nuise pas à l’avenir.

Pouvoir consulter avec la sérénité que nous souhaitons pour tous n’est pas non plus évident : parfois, c’est juste impossible. Et la dépression n’est pas un état dont on sort par le simple fait de le décider. La dépression est une maladie, et une maladie grave, parfois mortelle. Oui, il est toujours préférable de consulter dans les meilleurs conditions, mille fois oui. Simplement, ce n’est pas toujours possible.

On peut (et on doit) rediriger les personnes victimes de dépression vers des professionnels de la santé compétents. Comme nous devons rediriger les femmes victimes de violences conjugales vers les professionnels compétents. Comme nous devons encourager les victimes de viols à porter plainte. Il arrive que, parfois, mettre des mots sur leur drame et leur douleur, les rassurer, les laisser faire de nous la première personne au monde à qui elles osent raconter leur histoire. Il arrive que notre rôle de voyant se limite à leur faire comprendre que nous avons vu qu’il y avait quelque chose de grave, sans précisions, pour ne surtout pas influencer, afin qu’en parler soit leur choix personnel. Il arrive bien des choses parce que nous sommes parfois pris comme le seul interlocuteur de confiance possible. Nous ne pouvons pas rejeter ce rôle, même si, dans ce genre de cas, la voyance ne sert qu’en tout début de consultation, pour établir le climat de confiance qui découle de cette poignante impression d’être compris sans même avoir besoin de parler que nous donnons aux personnes qui nous consultent. Mais c’est ce lien crée par la voyance qui libère la parole. Une parole qui n’aurait peut être jamais été libérée autrement. Nous ne pouvons pas négliger ce rôle.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une vie simple et un petit angelot qui susurre des conseils avisés. Certaines personnes sont perdues. Et, quand elles viennent nous voir, notre rôle est de les aider à se retrouver.

Si vous ne vous sentez pas capable d’assumer ce rôle entièrement, dans toute sa complexité, ou si vous pensez que votre voyance est inutile, s’il vous plaît, tirez-en les conclusions qui s’imposent.

Et n’oubliez pas d’introspêter un peu sur le sujet.

Belle journée.

Eysmé.

De l’utilité de la voyance
de Carli - le 6 janvier 2014

bonjour Eysmé, bonjour à toutes et à tous.

Je trouve votre commentaire très intelligent, sensible, plein de discernement et sensé.

Belle année 2014. ghislaine de Carli. qui a été médium par l’écriture automatique durant de nombreuse années et a du analyser bien des épreuves que les gens subissaient dans leur vie. Humaniste certainement pas médium oui au fond de l’âme.

De l’utilité de la voyance - mon cancer face à la voyance et la médecine
de Carli - le 8 janvier 2014

Suite à la télépathie animale.

Le lendemain du sauvetage de mon chat Pimpon, je sens en faisant ma toilette matinale une boule au-dessus de ma poitrine. J’avoue aussi que depuis quelque temps mon jeu de cartes est très dur mais je l’avais mis sur le compte de Pimpon. En refaisant un tirage d’autres cartes vont éclairer mon esprit. Je sais que j’ai quelque chose de grave. Intérieurement, intuitivement, je le sens.

Sans perdre de temps, je téléphone à mon médecin traitant qui me prend de suite. Une fois son examen terminé lui aussi n’est pas très optimiste mais sans s’avancer m’ordonne de suite une mammographie et écographie. (j’en avais passé une deux mois avant où tout était normal.)

Pas possible nous sommes sur un week-end ou le spécialiste n’est pas là .

Je rentre donc chez moi et pendant trois jours comme pour Pimpon je fais des tirages. le jeu ne change pas et les cartes sont disposées de telle manière que je n’ai plus de doute. j’ai un cancer.

Pour se tirer les cartes, cela n’est pas si facile et même déconseillé au risque de ne pas être objective. Mais....

j’ai ma petite voix intérieure.

Le jour de l’examen, le diagnostic est : tumeur suspecte - il n’y a que la biopsie qui fera le bon diagnostic.

Biopsie faite - culture attente quinze jours.

je laisse les cartes de côté et attend la veille du résultat pour refaire un tirage. Rien a changé.

Visite pour le résultat du médecin : cancer. Ah bon.

Opération prévue en juillet 2011.le chirurgien part 15 jours en vacances.

A ma question. Je lui dit : Monsieur, j’ai un mauvais pressentiment je sens que la tumeur va augmenter.
Non c’est impossible. Soyez tranquille. Nous nous revoyons pour enlever la tumeur puisque vous refusez l’ablation. (Précaution de l’hôpital). papiers signés devant mon père
à qui j’ai demandé de m’accompagner et qui respecte ma décision ainsi que le chirurgien.

Veille Jour J. Je suis installée dans ma chambre, pris le téléphone et la télévision. je téléphone à mes parents pour leur dire que je suis installée mais que je ne reste pas. Ils pensent que j’ai signé une décharge pour ne pas me faire opérer. Mais non, je vous dit que l’on ne m’opérera pas demain.
21h visite du chirurgien. Examen

Oh, non je ne vous opère pas demain votre tumeur a presque doublé. on commence rapidement la chimiothérapie.

Taxi - retour chez moi.

Attente. trois semaines.

Que me disent les cartes. Curieux je commence bien la chimio dans l’hôpital de mon département mais curieusement il y a une carte qui me bloque. Pourquoi. Là je ne sais.

Deux séances de chimio pas d’amélioration -encologue odieux
personne ne comprend pourquoi j’ai refusé d’être mutilée.
on change la chimio. J’averti mon médecin et lui demande mon transfert dans un autre hôpital spécialisé dans mon cas. il accepte.

je sais pour moi, je sais que je ne le serai pas. Combat lutte oui mais pas d’ablation ou.... je suis prête, je me prépare.

8 chimios.
opération prévue le 9 janvier 2012.

Rendez-vous normaux. Anesthésite - chirurgienne.

Curieux mes cartes me donnent un chirurgien. bon pas grave.

jour J. je vois dans ma chambre d’hôpital trois Messieurs.

Demain c’est moi qui vais vous opérer. Le chirurgien (femme est malade). Etes-vous d’accord.

je n’en peux plus.

oui. j’ai confiance.

opération le lendemain. 10 jours d’hospitalisation.

Cartes. Encore une opération. Pourquoi.

Résultat des analyses. Le cancer est trop profond nous tentons une autre opération en février mais il faut réfléchir. Non et non. Ma décision est sans appel.

Opération 13 février résultat : la tumeur est enlevée complètement. Ouf.

Rayons à partir d’avril 2012. traitement pour cinq ans.contrôles réguliers.

Ah les cartes si vous n’aviez pas été là . et merci à mes amies médiums qui m’ont soutenue.

Après chacun est libre bien sûr de suivre son intuition.

bien à vous toutes et tous.

Ghislaine de Carli.

De l’utilité de la voyance
vincent voyant - le 7 janvier 2014

Chere Eysméralda,

Vous avez entièrement raison sur le fond. Mes écrits dénonçaient certaines personnes qui , de consultations en consultations se détachaient de la réalité et devenaient de surcroit indépendant ou accrocs.
Concernant nos aieux de l’époque de Mlle Lenormand, ou meme de l’antiquité (puisque cela existait depuis fort longtemps), n’oublions pas que "la voyance" (terme générique) était plutot réservé à une classe économique supérieure.
Et puis si l’on consultait parfois un grand prete, un sorcier, cela était pour le bien de la communauté (dans l’antiquité) avec des questions du genre "va t il pleuvoir sur les récoltes pour la survie du village ?" par exemple.
Dans tout ce que j’ai écrit, il ne fallait pas généraliser et prendre tout pour soi.
Comme quoi les écrits peuvent etre interprétés de diverses manières (à moins que je me sois mal exprimé). Ce n’est pas parce que je dénonce des arnaques par exemple, que tout le monde arnaque son voisin.
Je n’ai jamais dit non plus que le recours à la voyance était un phénomène moderne. Je disais, qu’avec la modernité, on avait recours à la voyance parfois (je fais attention aux mots que j’emploie sous peine d’etre mal interprétés) comme on achète sa baguette.
Attention, là non plus je ne mets pas tous les consultant(e)s dans le meme panier. En gros, le vrai visage de la voyance a été bafoué d’une certaine manière par certaines sociétés ou individus (je dis bien certains et pas tous).
Prendre du recul sur la nécessité de consulter n’est pas donné à tout le monde, certes. Ceci étant, pour les personnes qui le peuvent, mes écrits leur étaient destinés.
Vous me dites " Vincent, vous répondez à la question posée en exergue comme un jeune débutant qui n’a jamais eu à traverser des épreuves difficiles". Qu’est ce qui vous permet d’affirmer cela, vous ne me connaissez pas. C’est justement dans des épreuves très difficiles, que l’on se rapproche parfois de l’essentiel et plus du superflue. Je dis bien parfois.
Vous me dites "On dirai à vous lire que le métier se résume à dire la bonne aventure". Là encore, chacun comprend ce qu’il a envie de comprendre, car tel n’est pas du tout ma pensée. Je peux dénoncer une partie du système qui est grippé sans pour autant tout dénigrer comme vous avez l’air tous et toutes de le penser.
Ensuite, il s’agissait d’un partage d’opinion, je ne demandais pas à etre jugé et condamné sur des écrits mals dits de ma part, ou bien mals interprétes de l’autre.
Là encore, ce n’est pas parce qu’une partie de l’iceberg est fragile, que tout l’iceberg l’est.
Bref, ce que je disais surtout, était de faire appel à la voyance avec parcimonie, en essayant de prendre du recul sur la réelle nécéssité car comme vous le dites dans vos écrits, il y a aussi des gens qui en deviennent dépendant, et certains professionnels (certains pas tous : si des personnes ne connaissent pas la définition du mot certain, référer vous à un dictionnaire) sous un prétexte économique entretiennent cette dépendance afin d’accroitre leur chiffre d’affaire ou leur réputation.

Vincent

De l’utilité de la voyance
Eysméralda - le 7 janvier 2014

Bonsoir Vincent,

Que je vous rassure tout de suite : je n’ai pas du tout pris ce que vous avez écrit pour moi, ou même pour nous en général. Je l’ai pris pour vous et vous seul, tant il me parait étonnant qu’un professionnel de la voyance écrive qu’une consultation de voyance ne sert à rien.

Vous ne dénoncez pas les abus dans cet article, si tel était votre but vous vous êtes effectivement très mal exprimé. Je vous conseille de vous rendre sur l’excellent site d’Estelle Des Enclos : http://www.arnaques-voyance-audiotel-plateforme.com/

C’est évidement un exemple parmi d’autre de comment l’on peut s’y prendre pour dénoncer avec clarté et précision les problèmes d’abus, mais c’est un bon exemple. Estelle est en effet engagée dans ce combat contre les arnaques depuis plus de vingt ans. J’espère que la lecture de ses textes vous permettra d’y voir un peu plus clair. Mais, en gros, le problème essentiel de votre article est que vous ne définissez à aucun moment sa cible. Or il faut toujours préciser de qui l’on parle et à qui l’on s’adresse lorsque l’on écrit sur un sujet.

C’est parce que vous n’avez pas posé ces axes essentiels au discours que votre texte semblait écrit par un débutant qui ne connaît rien de la vie. Un texte bien construit ne laisse qu’une place secondaire à l’interprétation : voyez le mien, vous n’avez eu aucun problème à comprendre et à relever tous les angles sur lesquels je questionnais votre prose. Il a été facile pour vous d’identifier les points sur lesquels vous deviez apporter des précisions pour répondre à mon message.

Dites vous bien que si tout le monde, en vous lisant, a pu penser que vous étiez en train de dénigrer l’ensemble de la profession, il ne s’agit plus d’une mauvaise interprétation mais bien d’une mauvaise présentation de vos idées. Le plus sage, au lieu de répondre sèchement à nos estimées collègues comme vous l’avez fait, aurait été de leur présenter des excuses en bonne et due forme et de reprendre points par points votre discours en précisant son cadre : si vous ne parlez que des personnes rendues "addict" au blah blah de complaisance par des audiotels ou des plates-formes usurpant le mot "voyance", il suffisait de commencer par cela dès l’introduction de votre article.

Il est effectivement important de dire qu’il ne faut faire appel à la voyance qu’avec parcimonie et raison, en se référent de préférence à des professionnels reconnus (l’accréditation des lecteurs de LOV étant un exemple de reconnaissance à citer dans l’article, pourquoi pas !)

Je ne vous juge ni ne vous condamne. Je ne veux que vous aider à exprimer au mieux votre pensée qui est un peu brouillonne actuellement.

Enfin, la voyance n’a jamais été réservée à une classe économique supérieure. Je ne comprends pas d’où vous sortez cela. Toutes les couches sociales de la population ont toujours consulté, des plus humbles aux souverains. Il y a toujours eu des voyantes de village et de grands astrologues dans les palais.

Belle soirée et bonne continuation,

Eysmé.

De l’utilité de la voyance
vincent voyant - le 8 janvier 2014

Chere eysméralda,

Dans votre dernier post vous mettez ceci :
"Le plus sage, au lieu de répondre sèchement à nos estimées collègues comme vous l’avez fait, aurait été de leur présenter des excuses en bonne et due forme et de reprendre points par points votre discours en précisant son cadre : si vous ne parlez que des personnes rendues "addict" au blah blah de complaisance par des audiotels ou des plates-formes usurpant le mot "voyance", il suffisait de commencer par cela dès l’introduction de votre article."

Dans tout dialogue, ces "estimées collègues" comme vous ledites auraient pu aussi me poser la question du type "vincent, que veux tu dire au juste", au lieu de partir également dans un jugement de premier abord. J’estime qu’il s’agit d’une faute collégiale et non exclusive, donc je n’ai aucune excuse à faire. Et même si leur première interprétation aurait été la bonne, les choses auraient été les mêmes.
De plus, chacun est libre de penser, de travailler comme il l’entend. Ce n’est pas parce que certains collègues travaillent ou pensent de telle manière, qu’il faille que j’en fasse autant.
Vincent

De l’utilité de la voyance
Eysméralda - le 8 janvier 2014

Bonsoir,

En temps qu’auteur de l’article, il était de votre ressort de dissiper les malentendus découlant de vos maladresses d’écritures.

Si nous devions à chaque instant, parce que nous sommes voyants, compter en premier lieu sur nos facultés pour remettre dans l’ordre les idées des personnes qui ne s’expriment pas clairement, ce serait bien un monde : ne croyez-vous pas ? Alors pourquoi exigez-vous de fait de vos lecteurs qu’ils soient avisés à lire dans vos pensées ?

Bien sur que chacun est libre de travailler comme il l’entend, dans le respect du métier et des personnes qui viennent nous consulter. Bien sur également que chacun est libre de ses réflexions et de sa pensée. Mais c’est bien à ce titre que votre texte pouvait être compris complètement de travers : personne ne remet en doute votre droit de penser ce que vous voulez sur l’utilité des consultations de voyance.

Vous avez le droit également de refuser de présenter des excuses. C’est chouette la démocratie, n’est-ce pas ? :)

Belle soirée.

Eysmé.

De l’utilité de la voyance
vincent voyant - le 10 janvier 2014

Re bonjour Eysméralda,

Je voulais également rajouter un petit quelque chose par rapport à votre commentaire., ce n’est pas méchant donc n’y voyez pas une agressivité quelconque.

Sur ce post en particulier, vous présumez (je dis bien présumer) que ma vision concerne surtout la bonne aventure : annoncer un futur et point final.
En ce qui me concerne, tout comme vous, je guide les personnes qui viennent à moi, ou du moins j’espère les guider car je ne prétends pas avoir la science infuse comme l’a suggéré Estelle de manière anodine.
Notre role est d’aider les gens certes, mais en leur faisant comprendre qu’ils doivent aussi interagir seul(e)s et sans voyance , médiumnité ou autre , n’est ce pas également les aider ?
Si vous tenez toujours le velo d’un enfant, il ne saura jamais en faire seul. La chute n’est pas mortelle, et cela fait aussi partie de l’expérience de la vie.
Dans vos propos, vous mettez en avant la pratique (la votre aussi en passant) et votre vision de la voyance : certes, mais mon texte d’origine ne critique d’aucune façon la pratique mais plutot les fréquences d’utilisation, et aussi, soyons franc, la façon de "rendre " d’une certaine manière dépendant les consultant(e)s par X façons (et de manière très subtile) car ils sont nos sources de revenus.
Je peux comprendre que cela gene. En quoi, lorsque je dis aux gens d’essayer d’agir seul(e)s, de se faire confiance (je dis bien essayer meme s’ils n’y arrivent pas) est mal ? S’ils en ont des difficultés, apprenons leur cette démarche. Certain(e)s confreres ou consoeurs ne le feront pas car on tue un commerce (je dis certains si ce n’est pas tous d’ailleurs). Ainsi, je ne dénonce pas la philosophie propre ou le vrai visage de la voyance, mais ceux qui la pratiquent : là encore, je ne généralise pas et ne mets pas tout le monde dans le meme panier.
Suis je assez claire dans mes propos ma chère Eysméralda ?
Cordialement Vincent

De l’utilité de la voyance
Eysméralda - le 14 janvier 2014

Bonjour à tous,

@Fabienne :
Je l’ai traité d’odieux parce qu’il s’est montré odieux dans son article, comme dans les développements en commentaires, tout simplement. Si vous êtes en désaccord avec mon sentiment, qui est largement partagé ici, c’est votre droit. Mais cela ne me fera pas regretter de l’avoir exprimé.
Ce n’est pas que je manque d’empathie, c’est au contraire que j’ai eu l’occasion de lire d’autres textes de Vincent, et que... Eh bien, il est incohérent. Ses écrits se contredisent entre eux. Il se contredit ici même.

S’il n’accusait pas implicitement les personnes qui nous consultent d’être des lâches ou des paresseux, cela ne porterait pas à grande conséquence. Mais, comme il est parti (involontairement, ce n’est pas réfléchit) du principe qu’il n’était pas nécessaire de définir son sujet (en l’occurrence : l’addiction à la consultation comme phénomène de société encouragé par les lignes surtaxées et autres audiotels) son article se retrouve de fait à englober tout le monde, et pas seulement les victimes de l’addiction morbide aux lignes de bonne aventure vaseuse.

Je comprends bien ce qu’il a voulu dire, il s’est perdu en circonvolutions explicatives dans les commentaires.
Mais ce qu’il a voulu dire n’efface pas ce qu’il dit réellement dans cet article.

@Vincent :
Il faut que vous appreniez à vous relire. Sincèrement... Je le dis pour votre bien. Regardez :
« Ainsi, je ne dénonce pas la philosophie propre ou le vrai visage de la voyance, mais ceux qui la pratiquent : là encore, je ne généralise pas et ne mets pas tout le monde dans le meme panier. »
D’un côté le vrai visage de la voyance, de l’autre : "ceux qui la pratiquent".
Expliquez-moi comment il est possible, pour vous, que cette formulation "ceux qui la pratique" fasse autre chose que mettre TOUTES les personnes qui pratiquent la voyance dans le même panier ?

Vous comprenez ce que je veux dire lorsque je parle du gouffre qui existe entre ce que vous voulez dire et ce que vous dites en réalité ?

L’écrit n’est pas une pratique qui se construit en partant du principe que celui qui vous lit va deviner votre pensée quand cette dernière est en complet décalage avec ce que vous écrivez !

Ce qui gène n’a rien à voir avec le fond de ce que vous tentez d’exprimer. Ce qui gène est que vous dites très exactement le contraire de ce que vous prétendez penser.
Cela nuit à notre combat commun.

Bien sincèrement,

Eysmé.

De l’utilité de la voyance
Fabienne - le 13 janvier 2014

Bonjour....était-il absolument nécessaire de le traiter d’ odieux ? Vincent est un professionnel, je ne vais pas reprendre point par point tout ce qui a été écrit ici, il a sûrement été maladroit, bien que je sois d’ accord avec une partie de ce qu’ il exprime quand il évoque "les clans". Votre façon de lui répondre manque cruellement d’ empathie. Tout cet échange me re re re confirme que dans notre métier nous sommes décidément seuls...

De l’utilité de la voyance
Laurent EDOUARD - le 13 janvier 2014

Bonjour Fabienne,
cruellement seuls.
Merci de ton intervention.

De l’utilité de la voyance
ESTELLE des ENCLOS - le 13 janvier 2014

Bonsoir Fabienne et ravie de ce premier échange. Dans la vie on m’a appris qu’il faut mieux être seul que mal accompagné.Alors quand seul s écrit au pluriel c’est que ce n est pas vraiment le cas ...Il n’y a pas de clan seulement des personnes qui défendent des même idées ou non. Pour être original ou marginal il faut avoir des idées originales et désolée mais dans le sujet se poser la question sur l utilité d une consultation de voyance est totalement aberrante pour un professionnel de la voyance et arrêtons le coté le pauvre Vincent car pour répondre à Ghislaine,Eysmé et moi même sur le ton qu’il a employé je ne pense pas qu’il est besoin d être chaperonné ! Nous ne ssommes pas les méchantes et lui le gentil un peu trop réducteur nous ne sommes pas dans la cours de l école maternelle mais sur un forum d intervenants de la voyance il me semble et que certains propos fassent bondis à leur lecture n’a rien d étonnant... Je pense que je suis bien placée pour parler de la voyance compulsive et des déviantes qui si réfèrent menant le combat depuis vingt et seule à cette époque contre toute la profession et oui là on pouvait parler de pavé dans la mare ! Cette période à été bénéfique puisque j y est rencontrée des passionarias telle Eysmé, Ghylaine de carli etc... qui ont su communiquer sur différents forums comme celui ci, alors quand elles interviennent elles savent de quoi elles parlent et répliquent comme moi sur sur le ton ou on leur adresse les messages rien de plus, car avoir des idées et les défendre c est bien, copier celles des autres faute d’en avoir me pose comme un gros problème....Amicalement ESTELLE des ENCLOS

De l’utilité de la voyance
Elisa - le 17 janvier 2014

Bravo, Eysméralda, pour votre analyse si pertinente et fine qui remet "l’église au milieu du village".L’intervention de Vincent est en effet superficielle, approximative et bourrée de clichés. Il n’a pour seul mérite que de faire réagir ses confrères et consoeurs qui ont ainsi l’occasion d’approfondir ce débat qui mérite d’exister.
Belle journée !
Elisa

Professionnels testés et accrédités

Sites favoris

Ici vous pouvez afficher les logos (ou à défaut une vignette "easy-thumb" automatique) des sites avec le mot-clé "favori".

Et les images défilent.

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

La réponse est dans l’énoncé de votre question
Bonjour, Relisez bien le message de Myl et ma réponse. "Marie et Christian", qui m’étaient (...)

La réponse est dans l’énoncé de votre question
Bonjour J ai de meme été contacté par ce duo frere et soeur qui precisent que ma vie devrait (...)

Sagittaire ascendant scorpion
J’ajoute que je n’éprouve absolument aucune pitié pour personne même pour ma famille et mes amis les (...)

Sagittaire ascendant scorpion
Les gens comme moi faut se les taper il me semble . Je suis tout sauf facile à vivre et je fais (...)

Indiquer des bonnes voyances à 30, 60 euros
Bonjour, Oui, bien sûr : Cliquez sur cette page ==> https://www.officieldelavoyance.org/La-Consulta

Professionnels testés et accrédités

Visuel megaphoneLes promotions

Pour être prévenu des offres promotionnelles, réductions, gratuités, avantages, offerts ponctuellement par les praticiens accrédités, remplissez le champ suivant :



Contact Espace rédacteurs

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2019 © L’Officiel de la Voyance - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90